La précarité dans l’université italienne : mise en perspective depuis la sociologie économique

Comme nous le prouve quotidiennement la pratique sociologique, la comparaison et la mise en relation sont des sources majeures, voire les principales sources, d’intelligibilité. Aussi, afin de susciter des réflexions sur l’espace sociologique français « par la bande », nous avons décidé d’ouvrir régulièrement les colonnes du carnet de l’AFS à des témoignages de sociologues évoluant hors des frontières françaises. Ces « cartes postales » sociologiques, relativement libres dans leur format et leur objet, auront pour double objectif de présenter un arpent peu ou mal connu de la réalité de la pratique sociologique dans les contextes non français et d’éclairer en creux certaines logiques qui informent la structuration et le fonctionnement de l’espace de la sociologie française. En guise de première contribution, des collègues italien·ne·s nous proposent une analyse édifiante du fonctionnement de l’université et de la recherche dans leur pays, publiée simultanément sur le blog de l’association italienne de sociologie économique. C’est peu dire que la situation est alarmante et révèle la vulnérabilité professionnelle des chercheuses et chercheurs de l’autre côté des Alpes.

L’université publique italienne est dans une situation difficile. En raison de problèmes structurels et des réformes récentes – qui ont aggravé la situation au lieu de la transformer –, le système universitaire italien est aujourd’hui sous-financé. Il accuse en plus des déséquilibres inquiétants par rapport à sa composition interne et sa dimension territoriale.

Dans l’ensemble, le système universitaire italien a perdu presque un cinquième de ses membres au cours des dix dernières années : on observe une baisse de 20 % des effectifs des étudiants, des professeurs et des personnels administratifs, mais aussi une diminution des possibilités de carrières et de financement public. La réduction des financements est injustifiée et difficilement compréhensible pour un pays comme l’Italie, en dernière position parmi les pays OCDE du point de vue du nombre d’étudiants diplômés. Cette restructuration est directement liée à l’arrêt des embauches à l’université, qui a suivi la promulgation de la réforme Gelmini (loi 30 décembre 2010, n. 240). Cette loi a interdit le remplacement des professeurs ayant atteint l’âge de la retraite. Il en a résulté un affaiblissement du système et, en même temps, une limitation drastique des horizons professionnels de la génération de chercheuses et chercheurs formé·e·s au cours des dix dernières années. Après avoir terminé leur formation doctorale, ces jeunes chercheuses et chercheurs italien·ne·s font dès lors face à des obstacles presque insurmontables. Pour cette raison, elles et ils n’ont d’autres alternatives que de travailler dans la précarité, enchaînant des contrats de courte durée sans rattachement stable à une université, les figeant comme étudiant·e·s ou simplement comme collaboratrices et collaborateurs. Ce qui veut dire, entre autres choses, que ces personnes ont une reconnaissance quasi nulle de leurs droits sociaux – contributions aux caisses retraites, congés maladie, assurance de travail, congés payés ou encore assurance chômage. Cette situation s’est aggravée du fait de l’élimination de la position de « chercheur permanent ». Cette position qui ne s’accompagnait d’une obligation d’enseignement a été remplacée par deux positions temporaires : d’une part, celle de « lecteur A », avec un contrat de trois années qui peut être étendu à deux autres années ; d’autre part, celle de « lecteur B », avec un tenure-track de trois années à l’issue duquel il est possible, après une évaluation positive faite par un comité ad hoc choisi par le département et l’obtention de la qualification scientifique nationale, de devenir professeur associé permanent. Les deux positions – lecteurs A et B – comprennent des obligations d’enseignement. Continuer la lecture de « La précarité dans l’université italienne : mise en perspective depuis la sociologie économique »