Déclassements (encore !) en section 36 : Communiqué commun ASES-AFS

L’ASES et l’AFS apprennent avec stupeur et écœurement la décision du jury d’admission de l’InSHS de revenir sur le classement établi par la section 36, et de déclasser pour la troisième année consécutive le même candidat, Akim Oualhaci !

Nos associations dénoncent avec la plus grande fermeté cette décision. A ce degré de répétition, il ne peut plus s’agir d’indifférence, ni même de mépris ou d’entêtement. De toute évidence, ce déclassement relève d’un véritable acharnement des directions du CNRS et de l’InSHS contre un même candidat, et ce n’est malheureusement pas la première fois, Matthieu Grossetête ayant eu à subir deux déclassements successifs, et Eve Meuret-Campfort également. Les conséquences professionnelles et personnelles de ces déclassements sont absolument désastreuses.

Nous exigeons du jury d’admission des explications claires, franches et publiques sur la motivation de ce type de décisions. Dans le cas d’Akim Oualhaci, pour comprendre comment le jury d’admission peut ainsi remettre en cause un classement effectué trois fois de suite par la section 36 — pourtant partiellement renouvelée entre le deuxième et le troisième classement —, sans rapport écrit ni motivation publique, il devient de plus en plus difficile d’écarter les hypothèses liées aux objets de recherche, aux choix théoriques ou encore au nom du candidat. Cela remet profondément en question l’intégrité scientifique et morale du CNRS.

En outre, cette décision méprise le travail considérable et collégial effectué par la section 36. Si ces choix autoritaires et opaques du jury d’admission sont exacerbés en section 36 et relèvent d’une opération inadmissible de disciplinarisation des membres de la section, d’autres sections font ou ont fait les frais ces dernières années de décisions semblables. La managérialisation des admissions et des recrutements au CNRS menace la spécificité de cette institution et l’autonomie scientifique des disciplines qu’elle est censée permettre et même protéger. Elle fait de plus écho aux multiples tentatives pour faire disparaître la procédure de qualification par le CNU, et pour court-circuiter les processus de décisions et d’évaluations collégiales qui sont au fondement de la communauté scientifique.

Nous appelons à une réaction d’ampleur des sociologues, et plus largement de la communauté scientifique, pour dénoncer ces pratiques contraires aux règles déontologiques de recrutement par les pairs et dangereuses pour l’indépendance de la recherche.

Nous demandons à l’InSHS et au président du CNRS de réparer cette injustice et de revenir sur cette décision autoritaire et méprisante pour le travail de la section 36 en accordant immédiatement et de façon exceptionnelle un poste supplémentaire à Akim Oualhaci. 

Nous demandons également la motivation obligatoire, écrite et publique, des décisions de déclassement des jurys d’admission au CNRS, dès cette année.

Enfin, nous appelons la communauté à participer à l’assemblée générale qui se tiendra le mercredi 19 juin à l’EHESS, à partir de 9h, à l’EHESS (Amphithéâtre François Furet, 105 Bd Raspail), destinée à établir collectivement nos moyens d’action.

MAJ 15 juin 2019 : le communiqué ne sera pas ouvert aux commentaires. Un premier commentaire, posté de façon anonyme, contenait des allégations très peu amènes à l’égard des collègues déclassés, nous avons donc préféré rectifier le tir et le retirer.

Des risques de la Loi de programmation 2018-2022 : lettre au Conseil constitutionnel

Le projet de loi de programmation et de réforme de la justice 2018-2022, adopté par l’AN le 18 février 2019, comporte des éléments qui nous semblent pouvoir entraver les recherche sur le fonctionnement, les activités et les décisions des juridictions administrative et judiciaire. L’anonymisation d’une partie des décisions de justice (notamment le nom des magistrats et des parties) conduira à une perte des données accessibles pour les recherches en droit, histoire, science politique, sociologie…. Or, une « exception recherche » aurait tout à fait pu être introduite : la déontologie professionnelle des chercheur.e.s implique en effet déjà une attention de tous les instants en matière de respect du droit à la vie privée. Le Conseil constitutionnel ayant été saisi de ce texte, mais sans que ces questions ne soient abordées, l’AFS, l’AFSP et l’AFSP se donc associées à une « porte étroite » rédigée par Thomas Perroud, professeur de droit public à l’Université Paris 2. Le Conseil devra ainsi se prononcer sur les implications pour la recherche d’un texte qui, comme de multiples autres, n’aborde pas frontalement les pratiques des chercheur.es mais pourrait réduire leurs possibilités d’enquête et l’étendue de leurs questionnements. 

Reproduction de la lettre envoyée le 16 mars 2019 à Monsieur Jean MAIA, Secrétaire général Conseil constitutionnel :

Nous souhaiterions dans cette lettre vous alerter sur les risques que la Loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice fait peser sur la recherche.

L’article 33 de cette loi couvre pour la justice administrative et la justice judiciaire à la fois la mise à disposition des jugements, la réutilisation ainsi que la copie. Alors que le texte pose un principe de liberté, les exceptions qu’il pose sont disproportionnées au regard de l’objectif poursuivi et particulièrement en ce qui concerne l’occultation des noms des juges.

Cette disposition est contraire à la transparence indispensable en démocratie. Imaginez-vous que l’on occulte le nom des juges des procès Papon, Barbie, etc. Mais, plus dangereuse encore pour notre travail est la disposition relative à la réutilisation. Elle concerne en effet directement les chercheurs.

« Les données d’identité des magistrats et des membres du greffe ne peuvent faire l’objet d’une réutilisation ayant pour objet ou pour effet d’évaluer, d’analyser, de comparer ou de prédire leurs pratiques professionnelles réelles ou supposées. La violation de cette interdiction est punie des peines prévues aux articles 226-18, 226-24 et 226-31 du Code pénal, sans préjudice des mesures et sanctions prévues par la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. »

Cette disposition interdira-t-elle aux juristes de contrôler l’activité des juges ? Interdira-t-elle aux historiens d’évoquer l’identité des juges dans un procès ? Le travail sur l’identité des juges et des parties fait partie du travail des historiens et des juristes, comme des politistes et des sociologues. Elle est, en particulier, nécessaire pour toute recherche portant sur les disparités des jugements (enquêtes dites de « sentencing ») et a fortiori pour mettre en évidence les effets éventuellement discriminatoires de la justice. La dissimulation de l’identité des protagonistes du procès empêche manifestement toute analyse des effets des jugements sur la population.

Nous vous demandons donc d’annuler ces dispositions radicalement disproportionnées par rapport à l’objectif poursuivi.

Signataires :

Association française de sociologie (AFS)

Association des historiens contemporéanistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR)

Association française de science politique (AFSP)

Annette Wieviorka, Directrice de recherche émérite (CNRS)

Thomas Perroud, professeur de droit public à l’Université Panthéon-Assas — CERSA

Appel international pour soutenir Füsun Üstel, universitaire turque condamnée à la prison pour ses idées

Le CE de l’AFS se joint à l’appel international pour soutenir Füsun Üstel qu’a lancé  l’association Solidarité avec les universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie (SUP-DDHT), dont nous reproduisons le texte indexé à la pétition, et que nous vous invitons à signer. Que notre collègue universitaire turque soit condamnée à la prison pour ses idées est une atteinte grave à la liberté académique et au principe démocratique de la liberté d’expression.

Dans une démocratie, on ne peut pas aller en prison simplement pour avoir signé une pétition. En Turquie, c’est pourtant ce qui risque d’arriver bientôt à Füsun Üstel.

Cette professeure de science politique de l’université Galatasaray, aujourd’hui à la retraite, fait partie des 2212 universitaires qui ont signé la Pétition pour la paix de janvier 2016, pour protester contre la répression violente qui reprenait contre les civils kurdes. Or depuis trois ans, les procès engagés par l’État contre les signataires pour « propagande terroriste » se multiplient inexorablement : plus de la moitié ont déjà fait l’objet de poursuites.

Jusqu’à présent, on en connaissait d’avance le résultat : de nombreux universitaires ont été condamnés à la prison – mais avec sursis, donc à condition de s’abstenir de réitérer de pareils « crimes ». Pour sa part, Füsun Üstel a rejeté ce dispositif afin de ne pas légitimer ce verdict : en conséquence, elle a été condamnée en appel, le 25 Février 2019, à 15 mois de prison ferme.

Ce pourrait bien être le signe d’un nouveau durcissement de la répression : en décembre 2018, Gencay Gürsoy, professeur de médecine en retraite et militant des droits humains, vient d’être condamné à 27 mois de prison ferme. Depuis, les condamnations longues, jusqu’à 36 mois, se multiplient. Or au-delà de deux ans de sentence, l’option du sursis n’est plus admis. Bien entendu, toutes ces condamnation vont faire l’objet d’un appel. Mais l’évolution des jugements est inquiétante. Alors qu’hier, on pouvait être condamné à de la prison avec sursis pour avoir signé la Pétition pour la paix ; aujourd’hui, on s’expose à se retrouver derrière les barreaux.

Nous appelons le gouvernement et les institutions de Turquie à respecter les droits humains protégés par les conventions internationales qu’elle a elle-même ratifiées, à commencer par la liberté d’expression. Nous demandons aux instances françaises et européennes aussi bien qu’internationales de rappeler avec force aux autorités de Turquie l’importance de ce principe démocratique fondamental.

Compte-rendu de la journée d’études RT13 & 25 « Droit et travail » du 14 décembre 2018

Cette journée d’études co-organisée par les RT 13 (Sociologie du droit et de la justice) et le RT 25 (Travail, organisations, emploi) avec le soutien du Centre Pierre Naville (EA 2543, Université d’Évry, Université Paris Saclay), du Centre de Sociologie de l’Innovation (Mines ParisTech – CNRS UMR 9217) et de l’Association Française de Sociologie.

Le comité d’organisation était constitué des personnes suivantes :
– Lara Alouan (RT 25 et CPN),
– Vincent-Arnaud Chappe (RT 13 et CSI),
– Dominique Glaymann (RT 25 et CPN),
– Claire Lemercier (RT 13 et CSO),
– Antoine Rouillard-Perain (RT 25 et OSC).

La journée intitulée « Droit et travail. Influences réciproques, une approche sociologique des relations entre droit e travail » s’est tenue le vendredi 14 décembre 2018 dans les locaux de Sciences Po Paris

La matinée a été consacrée à un cadrage introductif mettant en perspective la situation et les grands enjeux actuels des relations entre droit et travail, suivi d’une première session présentant deux approches sociologiques des évolutions du droit du travail.

L’après-midi a d’une part abordé l’état des relations entre le droit et les conflits du travail à travers deux exemples (l’un sur les conseils de prud’hommes et l’autre les licenciements collectifs), et d’autre part discuté les usages et les attentes des acteurs sociaux vis-à-vis des travaux sociologiques.

Une captation audio des interventions (lorsque l’intervenant.e a donné son accord) et discussions a été réalisée. Les fichiers ont été mis en ligne sur les sites des deux RT co-organisateurs.  Voir ici.

La journée s’est achevée par une synthèse de la journée puis une conclusion générale. En voici le programme :

Outre les 5 organisateurs et les 9 intervenant.es, 24 des 28 personnes inscrites ont assisté à toute ou partie de la journée.

La sociologie au Brésil : de l’institutionnalisation aux défis actuels

Dans les pays où l’on observe une résurgence des mouvements réactionnaires, il se trouve que la sociologie est très souvent visée. Dernier exemple en date : le Brésil. L’arrivée au pouvoir en novembre dernier de Jair Bolsonaro à la tête du pays fait planer une menace très palpable sur les conditions d’exercice du métier de sociologue. C’est ce que montrent Ana Paula Hey et Carlos Benedito Martins dans le texte qui suit. La publication de cette analyse est l’occasion pour nous de marquer le soutien de l’AFS aux collègues brésiliens.

Le Brésil est devenu une « vitrine » internationale du progressisme depuis 2002 après l’accession à la présidence de la République d’un ancien syndicaliste, membre du Parti des Travailleurs. Cette période a été caractérisée par une croissance économique stable, la mise en place de mesures politiques pour lutter contre la pauvreté et une amélioration des capacités du système d’éducation. Après une période marquée par la dictature militaire (1964-1985) et une re-démocratisation politique troublée ayant engendré un modèle économique aux visées contradictoires – i.e. permettant le développement de certains secteurs productifs et laissant à l’écart le reste de la société, particulièrement ceux qui se trouvent dans les classes les plus modestes –, la société civile a commencé à penser la société brésilienne en se référant à sa base sociale. Même si l’extrême pauvreté a reflué en partie et si l’on constate l’amélioration des indices internationaux de développement humain, la politique qui visait à améliorer le sort des plus pauvres ne s’est pas concrétisée et le niveau d’inégalités socio-économiques demeure l’un des plus importants dans la planète. Un aspect, toutefois, doit être souligné : l’importance donnée à l’éducation et à l’accès des populations les moins privilégiées et des minorités aux universités.

Cette contextualisation liminaire est nécessaire pour situer la condition d’exercice et le métier de sociologue au Brésil. Notre réflexion partira des aspects plus directement liés à la structure universitaire qui permettent la pratique professionnelle de la sociologie, structure qui a souffert des changements significatifs durant les vingt dernières années. Par ailleurs, l’immensité du pays est une donnée importante du problème, notamment lorsque l’on présente des chiffres relatifs à la sociologie : parmi les 207 millions d’habitants au Brésil, une infime partie est inscrite ou diplômée de l’enseignement supérieur[1], avec des profondes variations si l’on considère le type d’institution (université publique ou faculté privée), la distribution régionale (la région sud-est du pays concentrant les institutions les plus consacrées) et le parcours professionnel. Depuis le début des années 2000, on a connu un accroissement des politiques permettant l’accès à l’enseignement supérieur. Il en a résulté une augmentation inédite des inscriptions, passées de 2,7 millions en 2000 à 8,2 millions actuellement. Toutefois, ces politiques n’ont pas cassé la logique qui superpose le secteur privé au public, les institutions de masse aux universités d’excellence, l’enseignement généraliste et peu professionnalisé à la production de recherches scientifiques et appliquées, les filières prestigieuses à la formation pour le marché de travail fluide et informel. À ces clivages au sein du système, il faut ajouter des caractéristiques morphologiques aux sources de fragmentation, qu’elles mettent en jeu la classe sociale, la race et/ou le genre. Ces divisions sont autant d’indicateurs pour les recherches sociologiques, qui s’intéressent aux aspects les plus « naturalisés » de la structure sociale brésilienne jusqu’à présent, tels que les effets de la distribution inégale de la culture légitime dans la formation politique, les croyances religieuses, le marché du travail, la composition des professions, les différences de revenu et salaire, l’accès à des biens et services, ou encore les droits de citoyenneté. Continuer la lecture de « La sociologie au Brésil : de l’institutionnalisation aux défis actuels »

Réaction de la section 40 à propos de l’inégalité de traitement entre les candidats relevée par le Tribunal administratif pour le concours DR2

Le concours DR2 de l’année 2017 de la section 40 du Comité National de la Recherche Scientifique a fait l’objet d’un recours de la part d’un des candidats devant le Tribunal administratif. Celui-ci a rendu sa décision le 4 juillet 2018[1]. Le président de la section 40 en a été informé le 3 octobre 2018 par le DRH du CNRS, qu’il a pris l’initiative d’interroger à ce sujet le 2 octobre 2018. Il a aussi appris à cette occasion que la période de recours était close. En substance ce jugement ne remet pas en cause les résultats du concours, mais il annule les délibérations des jurys d’admissibilité et d’admission. Cette annulation est fondée sur le motif d’une rupture de l’égalité de traitement entre les candidats.

Autrement dit, le travail effectué par les jurys émanant de la section 40 a été explicitement mis en cause. C’est sur ce point, relatif à la phase d’admissibilité impliquant directement le travail de la section réunie en jury, que les observations – et interrogations – de la section se concentrent ici.

Cette note s’attache à deux choses : elle restitue l’argumentaire du Tribunal administratif au terme duquel il conclut à une inégalité de traitement entre les candidats à partir du nombre de rapporteurs qui leur a été affecté ; puis elle retrace la succession des opérations de préparation du travail des jurys d’admissibilité ce qui montre qu’un nombre égal de rapporteurs a été attribué à chaque dossier. La simple juxtaposition de ces deux comptes rendus met en évidence un grand écart entre les pièces produites par la section dans le cours de son activité et celles sur lesquelles le tribunal administratif s’est appuyé et auxquelles il se réfère dans l’acte de jugement.

1. Le Tribunal administratif fonde l’inégalité de traitement sur le nombre de rapporteurs

Rappelons que lors du concours DR2 de 2017, deux jurys d’admissibilité ont siégé, les 22 mars et 14 juin 2017. En effet, le CNRS a décidé, début juin 2017, « de reprendre la procédure de ce concours à compter du moment où cette dernière a été viciée »[2]. Cette décision a été motivée par un courriel envoyé par le président du premier jury (Didier Demazière) en réponse à un candidat mécontent du classement, lequel a manifesté ensuite son intention de déposer un recours hiérarchique et de saisir une juridiction administrative[3]. Un nouveau jury, dont la composition différait par rapport au premier, a donc siégé le 14 juin 2017.

L’annulation des délibérations d’admissibilité se fonde sur un argument majeur : la rupture de l’égalité de traitement entre les candidats. Cette partie du jugement s’appuie sur un considérant très simple : la variabilité du nombre de rapporteurs affectés à chaque candidature. En résumé, le tribunal établit une variation de deux à trois rapporteurs lors du jury d’admissibilité du 22 mars 2017, et une variation d’un à trois rapporteurs lors du jury d’admissibilité du 14 juin 2017. Ainsi, ce jugement met directement et gravement en cause le fonctionnement des jurys d’admissibilité émanant de la section 40.

Repartons des termes mêmes du jugement et de ses considérants.

Dans le cas de ce premier jury (du 22 mars) le tribunal administratif fait les observations suivantes[4] : « Considérant qu’il ressort des pièces du dossier qu’afin de préparer la délibération du premier jury d’admissibilité qui s’est réuni le 22 mars 2017, le bureau de la section 40 du Comité national de la recherche scientifique a [réparti les dossiers de candidature] à raison de deux ou trois rapporteurs par candidat ». Et il ajoute : « tous les rapporteurs ainsi désignés ont siégé dans le premier jury d’admissibilité ».

Ces observations contrastent avec celles qui concernent le déroulement des opérations de reprise des délibérations : « dans le second jury d’admissibilité qui a délibéré le 14 juin 2017 avec la participation d’un autre membre de la section, trois membres du premier jury ont cessé de siégé (sic), dont deux figuraient parmi les rapporteurs désignés par le bureau de la section au commencement de l’ensemble des opérations, [et] cependant, la décision désignant les rapporteurs et leurs attributions n’a pas été modifiée, [et] les deux rapporteurs ne siégeant plus n’ont donc pas été remplacés ».

Le Tribunal poursuit : « qu’ainsi, le nombre de membres du jury qui ont exercé les fonctions de rapporteur et qui ont siégé avec voie (sic) délibérative dans le nouveau jury d’admissibilité qui s’est réuni le 14 juin 2017 n’était pas identique pour chaque candidat, ne variait pas de deux à trois comme dans le premier jury, mais variait de un à trois ; qu’en outre, aucune audition des intéressés, qu’il est loisible au jury de prévoir, n’a eu lieu ; que, si, comme il a été dit au point précédent, le jury d’admissibilité n’est pas lié par la présentation des rapporteurs, et s’il lui appartient de se livrer lui-même à l’étude du « rapport d’activité » et du « rapport sur les travaux » projetés afin d’apprécier la valeur scientifique de chaque candidat conformément aux dispositions statutaires, il résulte de l’ensemble des circonstances précitées que les modalités qui ont été retenues en l’espèce étaient de nature, s’agissant d’un concours qui consiste exclusivement en une sélection opérée sur titres et travaux, et eu égard aux attributions exercées par les rapporteurs ayant siégé avec voie (sic) délibérative au sein du jury, à compromettre l’égalité entre les candidats ; que M. Trom est par suite fondé à soutenir que la délibération du jury d’admissibilité du 14 juin 2017 est, pour ce motif, entachée d’une illégalité de nature à en entraîner l’annulation ; que la délibération du jury d’admission du 28 juin 2017 doit être annulée par voie de conséquence ».

Les motivations du jugement du tribunal administratif s’appuient, pour reprendre l’expression du tribunal, sur les « pièces du dossier ». Quoi que disent ces pièces des appariements entre candidats et rapporteurs ou encore de la présence des rapporteurs lors des délibérations, elles ne rendent pas compte du travail effectué pour organiser l’examen des dossiers par les rapporteurs et les jurys. Les écarts portent tout particulièrement sur des nombres : les nombres de rapporteurs affectés à chaque dossier. En l’espèce l’égalité a été respectée, en attestent les informations que la section a transmises aux services chargés de l’organisation des concours, qu’elle a saisies dans l’application informatique du Secrétariat général du comité national, ou encore, qu’elle a produites dans ses échanges préparatoires internes et qui peuvent être attestés par des courriels.

2. La section a respecté l’égalité de traitement en désignant un nombre égal de rapporteurs

Les motifs du jugement du tribunal administratif ne correspondent pas cependant au travail préparatoire aux deux jurys d’admissibilité effectué par la section et son bureau, dont le résultat a été consigné dans des fichiers. Mais à aucun moment de la procédure la section 40 n’a été interrogée, sollicitée ou consultée, par les services du CNRS pour fournir quelque document ou fichier attestant de la régularité des opérations d’admissibilité qu’elle a effectuées. Nous rendons compte de ce travail préparatoire, et en particulier des opérations de désignation des rapporteurs : attribution systématique de trois rapporteurs (et non « deux à trois ») à chaque dossier pour le jury du 22 mars 2017, et attribution systématique de deux rapporteurs (et non « un à trois ») à chaque dossier pour le jury du 14 juin 2017. Il y a eu stricte égalité du nombre de rapporteurs, et tous les rapporteurs désignés ont effectivement siégé, en attestent les fichiers d’appariement rapporteurs/candidats et les feuilles d’émargement des jurys. Quel est donc ce fonctionnement, et comment a-t-il permis de respecter l’égalité de traitement entre les candidats ?

Référons-nous donc aux opérations préparatoires, et tout particulièrement à l’affectation de rapporteurs aux dossiers de candidature.

Pour préparer le jury d’admissibilité du concours DR du 22 mars 2017, et selon les procédures habituelles, le bureau de la section a été convoqué en tant que bureau de concours par le Service central des concours. Il a procédé le 15 février 2017 à deux opérations : entériner le périmètre du jury en tenant compte de la nature des conflits d’intérêt potentiels déclarés par les membres de la section habilités à siéger[5], et attribuer des rapporteurs à chaque dossier. Compte tenu de l’enjeu (il s’agit d’un concours) et conformément aux décisions prises par la section lors de sa session d’automne 2016, trois rapporteurs ont été désignés pour chaque dossier de candidature, pour le concours DR comme pour les concours CR. Le tableau des appariements candidats / rapporteurs a été transmis le 16 février, soit le lendemain, par la secrétaire scientifique de la section au Service central des concours[6].

Les informations contenues dans les pièces du dossier auxquelles le tribunal se réfère dans l’acte du jugement sont bien différentes. Elles sont contradictoires avec la pratique adoptée par le jury réuni le 22 mars, mais ont donc conduit le juge à indiquer que le bureau avait désigné « deux ou trois rapporteurs par candidat ». Une comparaison terme à terme entre ces pièces et le tableau produit et transmis par la section par courriel aux services administratifs concernés peut prouver ce hiatus et renseigner précisément ces écarts.

Concernant le jury d’admissibilité du 14 juin 2017, la préparation s’est déroulée dans un temps réduit : le jury a été convoqué le 8 juin, soit six jours avant de siéger. En outre, cette période a été marquée par des revirements répétés des services concernés du CNRS à propos de la définition du périmètre de ce second jury[7]. Confrontés à un contexte aussi mouvant et incertain, les membres de la section ne se sont pas retirés afin de préserver les trois postes qui auraient perdus si le jury ne s’était pas réuni. Finalement le périmètre de celui-ci, stabilisé tardivement[8], est différent de celui du jury du 22 mars, pour des raisons de réinterprétation des conflits d’intérêt qui avaient pourtant été déclarés par les membres de la section avant le premier jury, ou de disponibilité. Le nombre de membres du jury est passé de quatorze à douze, avec trois sortants et un entrant.

Le bureau de la section n’a cette fois pas été officiellement convoqué en tant que bureau de concours pour préparer le jury du 14 juin. Néanmoins, il a poursuivi les opérations de préparation du travail de ce nouveau jury, et décidé le 12 juin de réduire le nombre de rapporteurs par dossier à deux et de reconduire autant que possible les rapporteurs du premier jury, autrement dit de limiter l’attribution de nouveaux dossiers aux membres du jury[9].

Cette décision a été prise compte tenu des conditions contraignantes de reprise du concours qui ont été imposées à la section par les services du CNRS (délai de préparation réduit à six jours, changements répétés de périmètre du jury). Dans un tel contexte, maintenir trois rapporteurs pour chaque dossier aurait impliqué la désignation de onze nouveaux rapporteurs (car trois dossiers n’avaient plus qu’un rapporteur et cinq, plus que deux). L’option de deux rapporteurs par dossier a donc été préférée car elle apparaissait la seule susceptible de garantir à la fois une présentation fouillée des dossiers par les rapporteurs et une égalité de traitement entre candidats. Le réajustement des appariements candidats/rapporteurs a consisté à supprimer un rapporteur pour les dossiers qui en avaient toujours trois et à réaffecter un rapporteur aux trois dossiers qui n’avaient plus qu’un seul.

Ce nouveau tableau des appariements aurait normalement dû être établi dans le cadre de l’organisation formelle d’un nouveau « bureau de concours », qui n’a donc pas été convoqué par les services concernés du CNRS. Ceux-ci ne se sont par ailleurs à aucun moment enquis des modalités d’organisation du second jury d’admissibilité auprès du bureau de la section ni des ajustements concernant les appariements candidats/rapporteurs.

Sur ce point des ajustements dans l’attribution des rapporteurs, le tribunal est donc manifestement resté dans l’ignorance, puisque l’acte du jugement indique que la désignation des rapporteurs n’a pas été modifiée et que les rapporteurs ne siégeant plus (il indique qu’ils étaient deux alors qu’ils étaient en fait trois) n’ont donc pas été remplacés. Vraisemblablement, le juge a fondé son raisonnement sur le seul tableau de rapporteurs dont il disposait – celui concernant le jury du 22 mars, déjà contradictoire avec les traces écrites produites et transmises par la section aux services du CNRS – tableau dont il a probablement soustrait les noms des membres du premier jury qui ne siégeaient plus dans le second (en effectuant ces opérations sur le tableau initial relatif au jury du 22 mars on aboutirait aux résultats suivants : trois dossiers ont un seul rapporteur, cinq dossiers en ont deux, et quatorze en ont trois).

Ainsi donc, le travail de la section, du bureau de concours régulièrement convoqué dans le cas du premier jury et du bureau de la section autosaisi faute de convocation dans le cas du second jury, a été conduit en conformité avec les règles élémentaires d’égalité de traitement des candidats.

 Signataires : tous les membres de la section 40 de rangs B et A

Le 15 janvier 2019

 


[1] L’audience s’est déroulée le 20 juin 2018, devant la 3ème Chambre de la 1ère Section du Tribunal administratif de Paris.

[2] Selon les termes de la lettre de convocation du second jury d’admissibilité, émanant de la DRH du CNRS, Service central des concours et datée du 7 juin 2017.

[3] Ce message, daté du 15 mai 2017, était une réponse à un courriel d’un candidat qui mettait en cause « le professionnalisme et la probité du jury » (29 avril 2017). Le président du jury (Didier Demazière) l’assurait que ses doutes sur le travail du jury n’étaient aucunement fondés, et lui précisait afin de faire acte de transparence : « un dernier point que je porte à votre connaissance : étant en conflit d’intérêt sur le dossier de [candidat à ce concours] (j’ai été le garant de son HDR), j’en ai fait la déclaration publique au jury conformément aux règles internes que la section a adoptées à l’automne dernier, et je n’ai pas mené les débats ». Le candidat a ensuite réitéré sa démarche auprès du président du jury et des membres du bureau (le 18 mai 2017) puis des membres de la section (le 19 mai 2017). Sur ce point, voir le texte de la section du 13 novembre 2017 Concours DR2 2017 de la section 40 du CoNRS. Que s’est-il passé ?

[4] Les passages entre guillemets sont des extraits du jugement du tribunal administratif de Paris (1ère Section, 3ème Chambre), en date du 4 juillet 2018. Le document compte 6 pages, et les citations sont extraites du paragraphe numéroté 10, pages 5 et 6.

[5] La liste des conflits d’intérêt potentiels a été établie lors d’un premier bureau de concours, réuni le 23 janvier 2017, et transmise par courriel par la secrétaire scientifique au gestionnaire du Service central des concours chargé de suivre les opérations des jurys émanant de la section 40, le 8 février 2017.

[6] Courriel de la secrétaire scientifique au Service central des concours (adressé au même gestionnaire du Service central des concours) lui transmettant un fichier Excel recensant les noms des trois rapporteurs affectés aux candidats auditionnés au concours CR1 et CR2 ainsi que les noms des trois rapporteurs affectés à chacun des candidats au concours DR2. 16 février 2017. Ce gestionnaire avait participé au premier bureau des concours organisé le 23 janvier 2017 mais était absent le 15 février, jour où la réunion du bureau s’est déroulée en présence de l’assistante du Comité national qui accompagne en permanence les travaux de la section 40.

[7] Les incertitudes et revirements ont été d’une telle amplitude que le bureau de la section a explicitement soulevé la question du quorum, sans qu’il obtienne d’information claire et stable à ce propos.

[8] De nombreux courriels, archivés, en attestent.

[9] Courriel de la secrétaire scientifique à tous les membres du jury les informant du choix du bureau de réduire le nombre de rapporteurs à deux par dossier afin d’équilibrer les absences du nouveau jury, le 12 juin 2017. Un autre courriel du 12 juin 2017, cette fois interne au bureau, atteste également de cette décision.

« L’accès au savoir doit être libre et sans frontières » !

Le Comité exécutif de l’Association française de sociologie s’associe à d’autres sociétés savantes pour contredire la décision gouvernementale d’augmenter les frais de scolarité universitaire pour les étudiants étrangers. Les arguments tombent sous le sens et sont précisés dans la tribune qui suit, publiée dans les colonnes du Monde le 11 décembre 2018.

Nous, sociétés savantes et associations professionnelles, au nom de toutes les disciplines scientifiques et des mondes académiques que nous représentons, manifestons notre opposition à la mesure de hausse des droits d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers « non communautaires », annoncée par le premier ministre Edouard Philippe le 19 novembre, sans concertation préalable avec la communauté académique.

Pour ces étudiants et étudiantes extracommunautaires, les droits d’inscription vont passer de 170 euros à 2 770 euros par an en licence et de 243 et 380 euros à 3 770 euros par an en master et doctorat. La réforme est loin d’être anecdotique : 260 000 étudiants et étudiantes hors Union européenne viennent chaque année rejoindre les bancs des amphithéâtres français.

Avec cette annonce, c’est ainsi une nouvelle page de l’histoire de l’enseignement supérieur qui est en train de s’écrire, dans laquelle les principes fondamentaux d’égalité d’accès au savoir sont remis en question. Des effets sur la venue pour études en France de ces étudiants et étudiantes sont à prévoir, qui toucheront d’abord les plus démunis, issus de pays en développement qui ne peuvent pas les soutenir suffisamment. L’accès au savoir doit être libre et sans frontières, et ne doit pas être réservé à celles et ceux qui peuvent payer plusieurs milliers d’euros de frais annuels pour apprendre et faire de la recherche.

Cette mesure, discriminatoire et injuste, répondra-t-elle à l’ambition affichée par le gouvernement d’accroître l’attractivité de l’enseignement supérieur français ? La Cour des comptes a fait état de résultats contrastés lors de l’instauration de droits d’inscription différenciés pour les étudiants et étudiantes étrangers extracommunautaires dans d’autres pays et souligne la possibilité d’un effet d’éviction. Comme elle le fait remarquer, la réforme pourrait finalement avoir un effet mineur sur les recettes, mais risque de réduire de manière significative la diversité des profils dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche français, nous privant ainsi d’une richesse d’échanges et de liens nécessaires à la constitution de nos savoirs.

L’ironie de ce projet est qu’il touchera particulièrement les étudiants et étudiantes de la francophonie, en premier lieu ceux qui sont originaires du continent africain dans son ensemble (ils sont 150 000 actuellement en France), mettant ainsi en danger notre politique de coopération universitaire qui a fait de cet espace l’un des piliers de l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche français au cours de ces dernières années.

Adopter ce décret, c’est donc aussi compromettre l’avenir de nos relations scientifiques avec cette région en plein essor, puisque les étudiants et étudiantes d’aujourd’hui seront les scientifiques de demain, dans et hors le monde académique. C’est enfin menacer très gravement le développement de la francophonie comme espace de communication et de savoir partagés.

Depuis le Moyen Age, la France a accueilli dans ses universités celles et ceux qui venaient y chercher le savoir et la culture. Les défis du monde contemporain et de la planète exigent encore plus qu’autrefois l’échange international des connaissances scientifiques. Ils nous enjoignent aussi de ne pas soumettre davantage la recherche à la logique de la concurrence, et à celle des frontières et des « défenses d’entrée » de tous ordres.

Nous considérons ainsi que l’instauration de droits d’inscription différenciés aura un effet globalement négatif pour la France et la francophonie, et demandons solennellement son retrait. Nous appelons à une réflexion incluant les acteurs du monde académique sur la stratégie générale de l’Etat en ce qui concerne l’avenir et le financement du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche qui, selon le code de l’éducation, « doit assurer à toutes celles et à tous ceux qui en ont la volonté et la capacité l’accès aux formes les plus élevées de la culture et de la recherche, sans distinction d’origine et de milieu social ».

Liste des signataires : 

Sébastien Barot, Société française d’écologie et d’évolution ; Olivier Berné, Société française d’astronomie et d’astrophysique ; Anne Boyé, association Femmes et mathématiques ; Laure Carbonnel, Association française d’ethnologie et d’anthropologie ; Muriel Darmon, Association française de sociologie ; Bruno Dubois, Société française de neurologie ; Emmanuel Fureix, Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle ; Matthieu Hély, Association des sociologues enseignants du supérieur ; Thierry Horsin, Société de mathématiques appliquées et industrielles ; Florence Jany-Catrice, Association française d’économie politique ; Lydia Kerkerian-Le Goff, Société des neurosciences ; Antoine Le Blanc, Comité national français de géographie ; Patrick Lemaire, Société française de biologie du développement ; Corine Maitte, Association française d’histoire des mondes du travail ; Barbara Morovich, Association française des anthropologues ; Evelyne Nakache, association Femmes & sciences ; Annie Raoult, Centre international de mathématiques pures et appliquées ; Stéphane Seuret, Société mathématique de France ; Andy Smith, Association française de science politique ; Clément Thibaud, Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche ; Raphaël Trouillet, Société française de psychologie ; Dominique Valérian, Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public.


Image en bandeau : argent et billets de banque, par Bru-No, 2017, via Pixabay.com.

La précarité dans l’université italienne : mise en perspective depuis la sociologie économique

Comme nous le prouve quotidiennement la pratique sociologique, la comparaison et la mise en relation sont des sources majeures, voire les principales sources, d’intelligibilité. Aussi, afin de susciter des réflexions sur l’espace sociologique français « par la bande », nous avons décidé d’ouvrir régulièrement les colonnes du carnet de l’AFS à des témoignages de sociologues évoluant hors des frontières françaises. Ces « cartes postales » sociologiques, relativement libres dans leur format et leur objet, auront pour double objectif de présenter un arpent peu ou mal connu de la réalité de la pratique sociologique dans les contextes non français et d’éclairer en creux certaines logiques qui informent la structuration et le fonctionnement de l’espace de la sociologie française. En guise de première contribution, des collègues italien·ne·s nous proposent une analyse édifiante du fonctionnement de l’université et de la recherche dans leur pays, publiée simultanément sur le blog de l’association italienne de sociologie économique. C’est peu dire que la situation est alarmante et révèle la vulnérabilité professionnelle des chercheuses et chercheurs de l’autre côté des Alpes.

L’université publique italienne est dans une situation difficile. En raison de problèmes structurels et des réformes récentes – qui ont aggravé la situation au lieu de la transformer –, le système universitaire italien est aujourd’hui sous-financé. Il accuse en plus des déséquilibres inquiétants par rapport à sa composition interne et sa dimension territoriale.

Dans l’ensemble, le système universitaire italien a perdu presque un cinquième de ses membres au cours des dix dernières années : on observe une baisse de 20 % des effectifs des étudiants, des professeurs et des personnels administratifs, mais aussi une diminution des possibilités de carrières et de financement public. La réduction des financements est injustifiée et difficilement compréhensible pour un pays comme l’Italie, en dernière position parmi les pays OCDE du point de vue du nombre d’étudiants diplômés. Cette restructuration est directement liée à l’arrêt des embauches à l’université, qui a suivi la promulgation de la réforme Gelmini (loi 30 décembre 2010, n. 240). Cette loi a interdit le remplacement des professeurs ayant atteint l’âge de la retraite. Il en a résulté un affaiblissement du système et, en même temps, une limitation drastique des horizons professionnels de la génération de chercheuses et chercheurs formé·e·s au cours des dix dernières années. Après avoir terminé leur formation doctorale, ces jeunes chercheuses et chercheurs italien·ne·s font dès lors face à des obstacles presque insurmontables. Pour cette raison, elles et ils n’ont d’autres alternatives que de travailler dans la précarité, enchaînant des contrats de courte durée sans rattachement stable à une université, les figeant comme étudiant·e·s ou simplement comme collaboratrices et collaborateurs. Ce qui veut dire, entre autres choses, que ces personnes ont une reconnaissance quasi nulle de leurs droits sociaux – contributions aux caisses retraites, congés maladie, assurance de travail, congés payés ou encore assurance chômage. Cette situation s’est aggravée du fait de l’élimination de la position de « chercheur permanent ». Cette position qui ne s’accompagnait d’une obligation d’enseignement a été remplacée par deux positions temporaires : d’une part, celle de « lecteur A », avec un contrat de trois années qui peut être étendu à deux autres années ; d’autre part, celle de « lecteur B », avec un tenure-track de trois années à l’issue duquel il est possible, après une évaluation positive faite par un comité ad hoc choisi par le département et l’obtention de la qualification scientifique nationale, de devenir professeur associé permanent. Les deux positions – lecteurs A et B – comprennent des obligations d’enseignement. Continuer la lecture de « La précarité dans l’université italienne : mise en perspective depuis la sociologie économique »

Compte rendu du colloque « Religions et classes sociales », 5-6 février 2018, Paris

Innovons sur le carnet de l’AFS : voici donc une nouvelle rubrique, « Retours de colloque », dont le propos est de publier des comptes rendus de colloques et de journées d’étude soutenus par l’association. C’est l’occasion de mettre en partage et en circulation des échanges et des résultats scientifiques. Le carnet est ouvert à toutes les idées pour enrichir cette rubrique. À vos claviers !

Ce colloque est né de la conviction que le renouvellement des approches sur les classes sociales peut contribuer à améliorer notre compréhension des phénomènes religieux, tout comme le religieux est susceptible de constituer une perspective heuristique dans l’analyse de la stratification sociale. En dehors du champ des sciences sociales du religieux, la recherche sur les classes sociales est en effet en plein essor, mais elle tend à passer sous silence les pratiques religieuses. Il a donc paru pertinent de réexaminer la question classique du rapport entre religion et classe à la lumière de ces travaux actuels. Une telle perspective a pu être mise en œuvre grâce à la coopération de deux réseaux thématiques de l’AFS, les RT 5 (« Classes, inégalités, fragmentations ») et 43 (« Sociologie et religions ») représentés respectivement au sein du comité d’organisation par Ana Perrin-Heredia (CNRS, CURAPP) et Yannick Fer (CNRS, CMH). Ce comité comprenait également Anthony Favier (LAHRA, Lyon 2) et Juliette Galonnier (INED).

Traditionnellement organisé en février par l’Association française de sciences sociales des religions (AFSR), le colloque a pris en 2018 une dimension particulière avec le soutien de l’AFS, de l’Agence universitaire de la francophonie (qui a permis de financer la participation de deux collègues africains) et de nombreuses institutions ou réseaux de recherche[1], marquant ainsi une ouverture vers la sociologie générale.

 

Les enregistrements audio d’une grande partie des interventions sont accessibles sur les sites suivants : AFSR, Agenda pour une sociologie critique des religions (ACSREL), RT Sociologie & Religions. Continuer la lecture de « Compte rendu du colloque « Religions et classes sociales », 5-6 février 2018, Paris »

Au lycée, des Sciences économiques et sociales pour tous en seconde [Pétition]

Monsieur le Ministre,
Il y a plus de 50 ans, les Sciences économiques et sociales étaient introduites au lycée, permettant l’entrée d’une « troisième culture », aux côtés des humanités et des sciences, contribuant ainsi à l’enrichissement de la formation intellectuelle et citoyenne des lycéens. Chaque jour, l’actualité nous rappelle la nécessité pour chacun de disposer des outils d’analyse proposés par l’économie, la sociologie et les sciences politiques afin de pouvoir mieux saisir les enjeux des grandes questions démocratiques contemporaines que sont, entre autres exemples, l’avenir de la croissance, la mobilité sociale, les dynamiques de l’emploi, la persistance des inégalités, notamment entre les femmes et les hommes, les effets contrastés de la mondialisation ou les défis de la construction européenne.
Cette discipline, très appréciée des élèves, a démontré sa réussite. La série ES, dont elle est la discipline pivot, a indéniablement participé à la démocratisation du lycée en accueillant un tiers des bacheliers généraux, qui présentent un recrutement social particulièrement varié et bénéficient de débouchés diversifiés et de bons taux de réussite dans l’enseignement supérieur.
Les SES devraient être un élément constitutif de la culture commune en étant proposées à chaque lycéen. Absentes du collège et des enseignements obligatoires en première et terminale, il apparaît nécessaire de leur donner une place suffisante en classe de seconde.
C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Ministre, que les sciences économiques et sociales soient intégrées au tronc commun de la classe de seconde générale et technologique, pour un horaire de 3 heures par semaine, incluant des dédoublements définis nationalement.
L’enjeu est ainsi de permettre aux élèves, au moins un an dans leur scolarité, d’avoir le temps nécessaire pour se confronter aux savoirs et aux méthodes des sciences sociales, et ainsi commencer à s’approprier la culture économique et sociale indispensable aux citoyens du XXIème siècle.

 

Pétition soutenue par l’AECSP (Association des enseignants et chercheurs en science politique), l’AFEP (Association française d’économie politique), l’AFS (Association française de sociologie) et l’ASES (Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur).

Pétition contre la répression en Turquie et pour la relaxe de Pinar Selek

C’est un fait : le régime politique turc a pris des accents autoritaires antidémocratiques, sous la férule d’Erdogan. Ce n’est pas une raison pour se résigner, au contraire : plus les citoyens sont passifs, plus le risque de mépris pour les valeurs démocratiques est grand. La menace est réelle, comme on le voit dans bien des pays d’Europe ou du Moyen Orient. Le cas de Pinar Selek est emblématique de la chape de plomb qui s’est abattue en Turquie, des mesures de rétorsion massives autant qu’arbitraires prises contre des universitaires, des journalistes, des magistrats, des militants et contre tous ceux qui revendiquent leur liberté de mouvement, de pensée et d’expression. Pinar Selek, sociologue, écrivaine et militante turque, réfugiée politique en France à partir de 2012 et maintenant citoyenne française, fait l’objet d’un acharnement politique et judiciaire qui dure depuis près de 20 ans. Ses recherches sur le problème kurde sont à l’origine d’une persécution qui l’a conduite en prison, puis en exil, en Allemagne puis en France, où elle réside depuis 6 ans. La persécution qu’elle subit se traduit par une menace d’emprisonnement à vie après quatre acquittements, ce qui donne la mesure du péril démocratique qui règne en Turquie. La répression est massive. L’acharnement se poursuit également contre les 1128 universitaires qui ont signé en janvier 2016 la pétition Pour la Paix. Intitulée « We will not be a Party to this Crime », elle visait à attirer l’attention sur les actes de violence perpétrés par l’Etat dans les régions kurdes de Turquie. Après avoir condamné les signataires à une véritable mort civile en leur interdisant de travailler voire de quitter le pays, le gouvernement turc vient d’accroître la pression sur eux. Le Procureur d’Istanbul a publié un acte d’accusation pour propagande terroriste à leur encontre, avec des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 7 ans et demi. Les premiers procès individuels ont commencé le 5 décembre. Il est urgent que se manifeste un soutien actif et déterminé de la communauté internationale contre cette nouvelle étape de la mise au ban et de la criminalisation juridique de nos collègues. C’est pourquoi nous demandons à nos élus respectifs, parlementaires nationaux et européens, d’exiger le respect du droit et des libertés fondamentales en Turquie et de se mobiliser en faveur de toutes les victimes de la répression, dont les centaines d’universitaires signataires de la pétition pour la paix qui font l’objet de poursuites judiciaires, et en soutien à Pinar Selek qui doit être définitivement acquittée. Nous attendons de leur part non seulement des prises de position auprès des autorités turques, mais également des programmes d’accueil renouvelés et de réels engagements financiers. La solidarité des citoyen‐n‐e‐s européen‐n‐e‐s avec le combat démocratique en Turquie doit se faire entendre d’une seule voix !

Pour signer la pétition, cliquez ici.

Universitaires européens contre la répression en Turquie 

 

Hommage à Michel Verret (1927-2017)

Le 8 juin 2013, Michel Verret était reçu au Lycée Clemenceau, à Nantes, là où, naguère, il avait enseigné la philosophie (1953-1966). Ces retrouvailles avec ses anciens élèves lui inspireront un feuillet de onze pages écrites après-coup, manière de laisser reposer l’émotion. En exergue, on pouvait lire :

Aujourd’hui
Jour de joie
Joie Trop grande
Pour le jour,
Lentement déposée
Au fil des soirées,
Trouve enfin à s’écrire.

L’accueil qu’il aurait réservé aux hommages qui se sont succédé depuis sa mort survenue à l’âge de quatre-vingt-dix ans dans son appartement nantais des bords de Loire, dans la matinée du 28 novembre 2017, ne Trouve(ra plus) à s’écrire. Nous ne lirons plus ses haïkus si personnels où transpirait sa dialectique affutée et devrons nous contenter d’imaginer ses pensées léguées en guise de gratitude. Une seule certitude, cependant : il nous aurait prévenus contre toute révérence qu’il se plaisait toujours à moquer.

Michel Verret, en 2009 (crédits : Walter Forssell, via Wikipedia.fr)

Avec lui, disparait une personnalité complexe, tourmentée par les « Eclats sidéraux » (éd. du Petit Véhicule, 1992) du monde. Sa longue vie pendant laquelle il occupa plusieurs « scènes » (un concept qu’il préférait à celui de champ) expose inévitablement au réductionnisme. Auteur à sa maturité d’une œuvre de référence pour les chercheurs spécialisés dans l’étude des classes populaires, son objet de prédilection, il fut aussi un intellectuel de parti dont l’engagement lui vaudra d’entrer, de son vivant, dans le Maitron, le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (notice rédigée par Isabelle Gouarne). « Enfant du monde des guerres » (« Autobiographie intellectuelle », Politix, n° 13, 1991) dont son Artois natal portait les cicatrices, le jeune Verret s’engage en 1944, à 17 ans, dans les jeunesses communistes et adhère au PCF en 1945. Issu d’un milieu familial qui lui assure l’aisance, il ne connait du dénuement du peuple que ce que son enracinement dans le pays minier lui fait approcher et percevoir. Petit-fils d’un grand-père boucher qui, comme il aimait le rappeler, fleurissait toujours son étal, il est le fils d’un vétérinaire, résistant et dirigeant, pendant la guerre, du mouvement Libération-Nord. Ce père, militant SFIO, devait achever comme Président des Charbonnages de France et membre du Conseil économique et social une carrière politico-administrative entamée à la Libération. Reçu en 1948 à l’ENS de la rue d’ULM, l’adolescent se retrouve alors plongé dans un bouillon de sociabilités propices à se forger des amitiés durables, à satisfaire ses aspirations militantes et à consolider sa culture philosophique, notamment marxiste. Il y côtoie une pléiade d’élèves (Jean-Claude Passeron, Emmanuel Le Roy Ladurie, Lucien Sève, Annie Kriegel (ENS, Sèvres), Maurice Agulhon et d’autres…) promis à s’illustrer dans les sciences sociales pendant près d’un demi-siècle. Beaucoup d’entre eux, avant que leurs convictions ne s’émoussent et, parfois même, ne se retournent, adhérèrent comme lui au PCF mais, contrairement à lui, sans toujours y militer activement. Agrégé en 1953, nommé à Nantes au Lycée Clemenceau, il répond, en 1967, à l’appel de son ami Jean-Claude Passeron qui vient de créer dans cette même ville, le département de sociologie. La carrière d’enseignant-chercheur qui s’ouvre alors procède, certes, de sa conversion à la sociologie mais coïncide aussi avec son éloignement du parti. L’université va offrir à celui que « le rêve (de l’avenir radieux) avait longtemps porté » un cadre approprié à entretenir ce qu’il nomme ses fidélités. Fidélité du professeur à sa vocation de transmettre, de partager et de se confronter avec des auditoires de jeunes gens. Fidélité de l’intellectuel à son esprit de résistance, par la connaissance, aux exploitations et aux dominations. Les principes qui guideront ses manières d’encadrer ses doctorants et de conduire son programme d’étude et de recherche sur la classe ouvrière initié au sein du laboratoire éponyme (LERSCO) dont il fut co-fondateur, en attestent. Je n’ai personnellement pas connu le jeune Verret dirigeant de Clarté (1949-1950) l’organe de la jeunesse communiste dans lesquels ses articles épousaient la plus pure orthodoxie, ni le Verret cautionnant l’intervention soviétique en Hongrie en 1956. Je n’avais pas plus lu ses articles de théorie politique sur le centralisme démocratique et le culte de la personnalité publiés dans la Nouvelle Critique dont il fut membre du comité de rédaction (1958-1968) quand je l’ai rencontré pour la première fois en 1978, à l’occasion de la soutenance de mon mémoire de maîtrise dirigée par Anne Guillou. Il venait cette année-là de prendre la décision mûrement et sûrement douloureusement réfléchie de quitter en silence le PCF, après s’être mis depuis plusieurs années déjà en congé de militance. J’eus ensuite la grande chance de faire mon DEA et ma première année de thèse sous sa direction avant de poursuivre celle-ci sous la direction de Guy Barbichon auprès de qui, me sachant sans ressources, il m’avait recommandé pour enquêter à Lorient sur les sociabilités populaires. Conservant cependant une inscription administrative à Nantes, j’ai profité de son accompagnement officieux et de l’ambiance stimulante de ses séminaires. Ses encouragements appuyés à m’engager dans une thèse et à la continuer dans les moments de relâchement ont tôt contribué à corriger l’image du mandarin cuirassé dans sa renommée et insoucieux des inhibitions de ses étudiants les moins confiants. Au lendemain de mon premier colloque où j’avais commis une communication laborieuse, je reçus de lui un courrier me félicitant par ces mots : « je vous ai senti fragilisé par toutes ces communications brillantes que nous avons entendues, gardez votre cap, cher Jean-Noël, vous visez juste ». Nous sommes nombreux de ma génération à nous souvenir de ces marques d’attention qu’il nous adressait quand il nous sentait envahis par le doute. Mais sans doute n’aurions-nous pas été aussi reconnaissants de sa « chaleureuse humanité » évoquée par Jean-Louis Robert (liste AFHMT, association française d’histoire du monde du travail) s’il ne nous avait pas également fascinés par sa culture si vaste et si éclectique.  Ses enseignements nous administraient continûment la preuve de sa conviction selon laquelle, citant le mot de Brecht, « un homme qui n’a qu’une théorie est un homme perdu ». Toujours marxien à défaut d’être encore marxiste, il nous invitait à puiser, entre autres, chez Tocqueville et chez Le Play, indifférent aux réprobations sectaires dont le milieu des sciences sociales est si coutumier. Outre son érudition classique héritée de son passé de philosophe et sa puissance de lecture et d’interprétation des grandes œuvres de la sociologie dont les bibliographies de sa trilogie portent la marque, il nous étonnait souvent par sa soif de découverte et ses connaissances de la recherche en train de se faire (rappelons que nous sommes dans les années 1978/1987, avant la diffusion par le net). Se fichant des jeux de notoriété académique et à la différence de ces auteurs qui ne savent que citer les morts, il s’enthousiasmait à l’idée de faire connaître les travaux de jeunes chercheurs comme ceux d’auteurs insuffisamment visibles à ses yeux. Défileront dans les séminaires du Lersco de ces années-là tout ce que l’ethnologie, l’histoire, la sociologie comptaient de chercheurs consacrés mais aussi en devenir dont le seul dénominateur commun était de s’intéresser aux classes populaires étudiées dans la pluralité de leurs formes d’existence. Verret, homme de lecture et non de terrain à l’instar de Mauss, n’écrira pas de manuel de sociologie. Bien qu’auteur d’une sociologie des classes populaires marquée par ses accents ouvriéristes d’un autre temps, il  demeure, paradoxalement et par bien des côtés, un précurseur. Sans faire toute une histoire de ses inventions conceptuelles, il livrait au cours de ses séminaires des principes de méthode en nous invitant, par exemple, à penser en termes de processus (mobilisation, désouvriérisation, reprolétarisation, individualisation, décollectivisation) bien avant que les exégètes de Norbert Elias ne nous en révèlent les vertus heuristiques. Lui qui préférait nettement voyager dans les livres qu’en prenant l’avion n’en sera pas moins un formidable passeur des frontières en nous révélant, bien avant certains épistémologues d’aujourd’hui, qu’il était possible, grâce à son écriture inimitable et sans renoncer à la scientificité, de concilier sciences sociales et oeuvres littéraires. Rejeté par l’édition parisienne, « c’est vrai que son style détonnait dans le monde académique (qui considérait qu’il sentait) le renfermé, alors que Verret faisait respirer ». Antoine Prost a raison, Verret faisait respirer. Tous ceux qui se reconnaissent dans l’ainsi-nommée, par Christian Baudelot, ENS (Ecole nantaise de sociologie) ne peuvent que le confirmer.

Jean-Noël Retière,
Indre 10 décembre 2017

Pour Guy Vincent

Guy Vincent vient de disparaître à l’âge de 85 ans. Professeur de sociologie à l’Université Lyon 2, il a formé nombre de sociologues plaçant au cœur de leurs recherches la question de la socialisation. Il fut un acteur central de la création (1976) du Groupe de Recherche sur la Socialisation et du renouvellement de l’analyse sociologique centrée sur les processus de socialisation. En effet, pour Guy Vincent et ses proches, traiter de la socialisation ne revenait pas à constituer un nouveau domaine spécialisé de la sociologie qui viendrait s’ajouter et peut-être concurrencer la « sociologie de l’éducation » ou encore la « sociologie de la famille ». Posant la socialisation comme un processus tramant l’ensemble des univers sociaux, transversal à diverses instances, il s’agissait justement de dépasser les découpages en sociologies spécialisées ou sectorielles et de définir les objets « autrement qu’en suivant les découpages institutionnels »[1]. Prendre pour objet la socialisation impliquait, pour Guy Vincent, une autre manière de faire de la sociologie, d’envisager le monde social en s’intéressant aux processus et à l’historicité du social[2]. Du même mouvement, il sortait le concept de socialisation de deux enfermements conjoints dans lequel la sociologie tendait à le contenir. En soulignant que la socialisation « est sans cesse en train de se faire, de se défaire et de se refaire autrement », on sortait d’une perspective, longtemps dominante, réduisant la socialisation à la production de l’enfant comme être social pour la traiter comme un processus continu et non strictement linéaire qui autorise les transformations comme les renforcements. En proposant, dans une formule large, que socialiser « c’est réaliser une certaine manière d’être ensemble et d’être au monde », on échappait aux conceptions fonctionnalistes et normatives qui encombrent encore nombre de dictionnaires de sciences sociales définissant la socialisation comme apprentissage des valeurs et des normes d’une société.

Guy Vincent est surtout connu pour le concept de forme scolaire qu’il a développé dans sa thèse d’État à partir d’un travail socio-historique sur l’école primaire française[3]. Loin de rabattre son objet dans l’école comme institution (« la notion de forme scolaire n’est pas une manière plus savante de dire “école” »), ses travaux sur la forme scolaire se donnent pour objectif d’« étudier si l’on peut définir par la prééminence de la forme scolaire, – distinguée des institutions et des groupes -, un mode de socialisation qui serait propre au type de société constitué en Europe à partir du 17e siècle » et proposent l’analyse d’une nouvelle forme de relations sociales et de socialisation qui émerge progressivement en lien avec « une restructuration du champ politico-religieux ». Ainsi, avec le concept de forme scolaire, Guy Vincent ouvrait la possibilité d’analyser comment un mode de socialisation se constitue historiquement et peut prendre une place dominante au point d’imprégner de larges secteurs du monde social au-delà de l’institution (l’école) auquel il est associé. Il permettait également l’analyse de la diversité des modes et logiques de socialisation, leurs rencontres et frottements, etc., auquel nous sommes quelques-uns à nous être attelés.

Sylvia Faure, professeure de sociologie, Université Lyon 2

Rachel Gasparini, MCF de sociologie, Université Lyon 1

Gaële Henri-Panabière, MCF de sociologie, Université Paris Descartes

Bernard Lahire, professeur de sociologie, ENS de Lyon

Mathias Millet, professeur de sociologie, Université de Tours

Fanny Renard, MCF de sociologie, Université de Poitiers

Daniel Thin, professeur émérite de sociologie

Stéphanie Tralongo, MCF de sociologie, Université Lyon 2


[1] Guy Vincent, « Avant-propos », in Actes de la table ronde « analyse des modes de socialisation, confrontations et perspectives – 4 et 5 février 1988, GRS – CNRS – Université Lyon 2.
[2] Le GRS a d’abord été nommé « Groupe de recherche sur le procès de socialisation ».
[3] Guy Vincent, L’École primaire française, Lyon, PUL, 1980.

Concours DR2 2017 de la section 40 du CoNRS : Que s’est-il passé ? Communiqué de la section 40 du CoNRS

Au début du mois de juin 2017, le CNRS a pris la décision de faire recommencer les opérations de la phase d’admissibilité du concours DR2 de la section 40. Une telle décision est exceptionnelle. L’objectif était de « rétablir la régularité des opérations de concours » (selon les termes du CNRS). Si la section communique de manière décalée dans le temps (en novembre 2017), c’est en raison des contraintes juridiques liées à la procédure du concours.

La section a, dès novembre 2016, produit un texte définissant les liens entre membres de la section et candidats (à des concours ou promotions et évaluations) susceptibles de perturber le principe d’impartialité, et explicitant les règles de gestion des conflits d’intérêt pouvant en résulter. Puis au vu de la liste des candidats au concours DR2 tous les membres de la section ont déclaré et qualifié les sources de possibles conflits d’intérêt. Ces déclarations ont été transmises au service central des concours, qui a validé le jury du concours. Pendant la phase d’admissibilité de février-mars 2017 (attribution des trois rapporteurs par dossier, examen collectif des candidatures) toutes ces règles ont été rigoureusement respectées. A l’issue des débats, 5 candidats ont été classés sur la liste d’admissibilité (pour 3 postes ouverts).

L’invalidation de cette phase d’admissibilité résulte d’un échange postérieur d’emails, entre un des candidats et le président de la section. Le premier, mécontent du classement produit par le jury, a diffusé au président, aux membres du bureau puis à tous les membres de la section, un message mettant en cause « le professionnalisme et la probité du jury ». Le président lui a répondu afin de l’assurer que ses doutes sur le travail du jury n’étaient aucunement fondés. Il a aussi précisé que, étant en conflit d’intérêt déclaré avec une des candidates (dont il était le garant d’HDR), il n’a pas mené les débats, conformément aux règles internes adoptées par la section. Puis, le candidat ayant manifesté son intention de déposer un recours hiérarchique et de saisir une juridiction administrative, le CNRS a considéré que la réponse du président du jury au candidat, qui publicisait un conflit d’intérêt déclaré, constituait une « irrégularité » faisant courir un risque juridique au concours.

Aussi, le CNRS a décidé de reprendre la phase d’admissibilité du concours. Celle-ci a été de nouveau organisée, avec tous les membres de la section habilités par le service central des concours à siéger dans le jury du concours DR2. Toutefois le président de la section n’en a pas fait partie. Le 14 juin 2017 le jury d’admissibilité s’est réuni dans cette nouvelle configuration afin d’examiner l’ensemble des dossiers de candidatures. Il a finalement produit un classement identique au précédent (les 5 mêmes candidats dans le même ordre) complété par une candidature externe en 6ème rang. Enfin, le 28 juin le jury d’admission a confirmé ce classement.

Depuis lors, le président de la section 40 a adressé, le 9 juillet, à la direction de l’InSHS une note relative aux conflits d’intérêts (notion juridique) et aux règles déontologiques (notion relative aux usages de la profession). Elle s’appuie sur les expériences de la section 40 et vise à lancer une réflexion élargie sur les dispositions à adopter pour le travail en section, en matière de concours comme d’évaluation des pairs.

Communiqué interassociatif ASES-AFS-AECSP-ANCMSP sur les libertés académiques

En tant qu’associations professionnelles, l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES), l’Association française de sociologie (AFS), l’Association des enseignants et chercheurs en science politique (AECSP) et l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) s’inquiètent des récentes attaques à l’encontre des libertés académiques : annulations ou tentatives d’annulation de journées d’études ou colloques, obligation de soumettre ses interventions publiques au « service de la communication » de l’université (la procédure a été suspendue suite à une rapide mobilisation de syndicats et d’élu-e-s dans les conseils centraux), suppression des fonds pour certaines thématiques, etc.

Ces attaques récentes font suite à des entreprises de décrédibilisation de nos disciplines : par exemple, « culture de l’excuse » et « sociologisme » au sujet de la sociologie sont autant de formules qui témoignent des attaques qui vont bon train contre les disciplines relevant principalement, mais pas seulement, des sciences humaines et sociales.

Au regard des faits récents dont nous avons eu connaissance dans plusieurs universités (Strasbourg, UPEC et Lyon 2), ces attaques nous semblent prendre maintenant une tournure particulièrement inquiétante et ayant un impact direct sur le travail de nos collègues, soumis à des pratiques de contrôle croissantes allant à l’encontre des libertés académiques. Cette liberté académique renvoie à l’essence même de l’université et de la recherche comme institutions« autonomes » : des espaces de controverses à l’écart des enjeux politiques et marchands, et dont les objectifs sont d’abord analytiques.

L’ASES, l’AFS, l’AECSP et l’ANCSMP tiennent à rappeler que les concepts élaborés et discutés, débattus, parfois avec âpreté, dans ces disciplines (par exemple : classe, race, genre, reproduction sociale, institutions…) sont des outils scientifiques de décryptage, d’analyse et de réflexions sur nos sociétés. Qu’ils aient pour certains une charge critique est indéniable, mais ce sont avant tout les publications, les communications et les rencontres scientifiques qui constituent les arènes de débats et de controverses légitimes et régulées, notamment par des normes académiques partagées.

Nos associations expriment leur indignation et leur inquiétude face aux tentatives réitérées de contrôle des libertés académiques.