Archives de catégorie : Communiqués

Au lycée, des Sciences économiques et sociales pour tous en seconde [Pétition]

Monsieur le Ministre,
Il y a plus de 50 ans, les Sciences économiques et sociales étaient introduites au lycée, permettant l’entrée d’une « troisième culture », aux côtés des humanités et des sciences, contribuant ainsi à l’enrichissement de la formation intellectuelle et citoyenne des lycéens. Chaque jour, l’actualité nous rappelle la nécessité pour chacun de disposer des outils d’analyse proposés par l’économie, la sociologie et les sciences politiques afin de pouvoir mieux saisir les enjeux des grandes questions démocratiques contemporaines que sont, entre autres exemples, l’avenir de la croissance, la mobilité sociale, les dynamiques de l’emploi, la persistance des inégalités, notamment entre les femmes et les hommes, les effets contrastés de la mondialisation ou les défis de la construction européenne.
Cette discipline, très appréciée des élèves, a démontré sa réussite. La série ES, dont elle est la discipline pivot, a indéniablement participé à la démocratisation du lycée en accueillant un tiers des bacheliers généraux, qui présentent un recrutement social particulièrement varié et bénéficient de débouchés diversifiés et de bons taux de réussite dans l’enseignement supérieur.
Les SES devraient être un élément constitutif de la culture commune en étant proposées à chaque lycéen. Absentes du collège et des enseignements obligatoires en première et terminale, il apparaît nécessaire de leur donner une place suffisante en classe de seconde.
C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Ministre, que les sciences économiques et sociales soient intégrées au tronc commun de la classe de seconde générale et technologique, pour un horaire de 3 heures par semaine, incluant des dédoublements définis nationalement.
L’enjeu est ainsi de permettre aux élèves, au moins un an dans leur scolarité, d’avoir le temps nécessaire pour se confronter aux savoirs et aux méthodes des sciences sociales, et ainsi commencer à s’approprier la culture économique et sociale indispensable aux citoyens du XXIème siècle.

 

Pétition soutenue par l’AECSP (Association des enseignants et chercheurs en science politique), l’AFEP (Association française d’économie politique), l’AFS (Association française de sociologie) et l’ASES (Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur).

Communiqué interassociatif ASES-AFS-AECSP-ANCMSP sur les libertés académiques

En tant qu’associations professionnelles, l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES), l’Association française de sociologie (AFS), l’Association des enseignants et chercheurs en science politique (AECSP) et l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) s’inquiètent des récentes attaques à l’encontre des libertés académiques : annulations ou tentatives d’annulation de journées d’études ou colloques, obligation de soumettre ses interventions publiques au « service de la communication » de l’université (la procédure a été suspendue suite à une rapide mobilisation de syndicats et d’élu-e-s dans les conseils centraux), suppression des fonds pour certaines thématiques, etc.

Ces attaques récentes font suite à des entreprises de décrédibilisation de nos disciplines : par exemple, « culture de l’excuse » et « sociologisme » au sujet de la sociologie sont autant de formules qui témoignent des attaques qui vont bon train contre les disciplines relevant principalement, mais pas seulement, des sciences humaines et sociales.

Au regard des faits récents dont nous avons eu connaissance dans plusieurs universités (Strasbourg, UPEC et Lyon 2), ces attaques nous semblent prendre maintenant une tournure particulièrement inquiétante et ayant un impact direct sur le travail de nos collègues, soumis à des pratiques de contrôle croissantes allant à l’encontre des libertés académiques. Cette liberté académique renvoie à l’essence même de l’université et de la recherche comme institutions« autonomes » : des espaces de controverses à l’écart des enjeux politiques et marchands, et dont les objectifs sont d’abord analytiques.

L’ASES, l’AFS, l’AECSP et l’ANCSMP tiennent à rappeler que les concepts élaborés et discutés, débattus, parfois avec âpreté, dans ces disciplines (par exemple : classe, race, genre, reproduction sociale, institutions…) sont des outils scientifiques de décryptage, d’analyse et de réflexions sur nos sociétés. Qu’ils aient pour certains une charge critique est indéniable, mais ce sont avant tout les publications, les communications et les rencontres scientifiques qui constituent les arènes de débats et de controverses légitimes et régulées, notamment par des normes académiques partagées.

Nos associations expriment leur indignation et leur inquiétude face aux tentatives réitérées de contrôle des libertés académiques.

Qui osera relever le défi amiénois ?

Le 7ème congrès de l’AFS est à peine fini que déjà le Comité Exécutif est sollicité pour savoir où aura lieu la 8ème édition en 2019. Il faut croire que le congrès d’Amiens est passé trop vite, et que les collègues veulent s’assurer qu’il aura bien une suite…

Mais quelle équipe osera relever le défi ? Il est en effet d’envergure, car les collègues du CURAPP et de l’UPJV ont placé la barre très haute.

Le Comité Exécutif de l’AFS tient à les remercier chaleureusement pour leur efficacité, leur engagement, la chaleur de leur accueil et… leur talent sur le dance-floor bien entendu ! Une mention toute particulière à tou-te-s celles et ceux – personnels administratifs et techniques, doctorant-e-s, étudiant-e-s et enseignant-e-s chercheur-se-s – qui ont assuré quotidiennement et depuis plusieurs mois les tâches les plus invisibles qui ont fait de ce congrès une réussite.

Espérons que ce succès sera un encouragement à prendre le relais plutôt qu’un précédent intimidant, et que plusieurs laboratoires se porteront candidats pour le prochain congrès.

Rendez-vous en septembre pour plus d’informations, on prend d’abord quelques vacances pour nous remettre de nos émotions amiénoises !

Futur-e-s candidat-e-s : commencez à aiguiser vos arguments !

Bel été à tou-te-s,

                                                                                                                             le CE de l’AFS

Soutien de l’AFS à Nicolas Jounin et appel au rassemblement aujourd’hui à 13h à Bobigny

Nicolas Jounin, sociologue à l’université de Paris 8, participait ce jeudi matin à une manifestation pacifique au port de Gennevilliers, dans le cadre du mouvement social contre la loi Travail.

Nicolas Jounin et un autre manifestant ont été arrêtés, mis en garde à vue et accusés de violences contre les forces de l’ordre. Tous les deux sont déférés au parquet et cités à comparaître en comparution immédiate aujourd’hui, vendredi.

L’Association Française de Sociologie exprime sa stupéfaction de voir un collègue connu et reconnu ainsi blessé, arrêté et détenu dans le cadre d’une manifestation pacifique contre une loi qui fait par ailleurs l’objet d’une très large contestation sociale dans le pays et dont plusieurs collègues ont souligné les effets délétères. Nous demandons la libération immédiate et l’abandon des poursuites contre Nicolas Jounin et l’autre manifestant, Nicolas Palmire et nous protestons contre les violences policières, qui ont émaillé la journée d’action de ce jeudi et demandons que cesse le recours systématique aux procédures judiciaires expéditives.

Nous appelons le plus grand nombre à se rendre devant le tribunal de Bobigny aujourd’hui, vendredi 29 avril 2016, à 13h, en soutien à notre collègue et en protestation contre les violences policières.