Tous les articles par Rédaction

Hommage à Michel Verret (1927-2017)

Le 8 juin 2013, Michel Verret était reçu au Lycée Clemenceau, à Nantes, là où, naguère, il avait enseigné la philosophie (1953-1966). Ces retrouvailles avec ses anciens élèves lui inspireront un feuillet de onze pages écrites après-coup, manière de laisser reposer l’émotion. En exergue, on pouvait lire :

Aujourd’hui
Jour de joie
Joie Trop grande
Pour le jour,
Lentement déposée
Au fil des soirées,
Trouve enfin à s’écrire.

L’accueil qu’il aurait réservé aux hommages qui se sont succédé depuis sa mort survenue à l’âge de quatre-vingt-dix ans dans son appartement nantais des bords de Loire, dans la matinée du 28 novembre 2017, ne Trouve(ra plus) à s’écrire. Nous ne lirons plus ses haïkus si personnels où transpirait sa dialectique affutée et devrons nous contenter d’imaginer ses pensées léguées en guise de gratitude. Une seule certitude, cependant : il nous aurait prévenus contre toute révérence qu’il se plaisait toujours à moquer.

Michel Verret, en 2009 (crédits : Walter Forssell, via Wikipedia.fr)

Avec lui, disparait une personnalité complexe, tourmentée par les « Eclats sidéraux » (éd. du Petit Véhicule, 1992) du monde. Sa longue vie pendant laquelle il occupa plusieurs « scènes » (un concept qu’il préférait à celui de champ) expose inévitablement au réductionnisme. Auteur à sa maturité d’une œuvre de référence pour les chercheurs spécialisés dans l’étude des classes populaires, son objet de prédilection, il fut aussi un intellectuel de parti dont l’engagement lui vaudra d’entrer, de son vivant, dans le Maitron, le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (notice rédigée par Isabelle Gouarne). « Enfant du monde des guerres » (« Autobiographie intellectuelle », Politix, n° 13, 1991) dont son Artois natal portait les cicatrices, le jeune Verret s’engage en 1944, à 17 ans, dans les jeunesses communistes et adhère au PCF en 1945. Issu d’un milieu familial qui lui assure l’aisance, il ne connait du dénuement du peuple que ce que son enracinement dans le pays minier lui fait approcher et percevoir. Petit-fils d’un grand-père boucher qui, comme il aimait le rappeler, fleurissait toujours son étal, il est le fils d’un vétérinaire, résistant et dirigeant, pendant la guerre, du mouvement Libération-Nord. Ce père, militant SFIO, devait achever comme Président des Charbonnages de France et membre du Conseil économique et social une carrière politico-administrative entamée à la Libération. Reçu en 1948 à l’ENS de la rue d’ULM, l’adolescent se retrouve alors plongé dans un bouillon de sociabilités propices à se forger des amitiés durables, à satisfaire ses aspirations militantes et à consolider sa culture philosophique, notamment marxiste. Il y côtoie une pléiade d’élèves (Jean-Claude Passeron, Emmanuel Le Roy Ladurie, Lucien Sève, Annie Kriegel (ENS, Sèvres), Maurice Agulhon et d’autres…) promis à s’illustrer dans les sciences sociales pendant près d’un demi-siècle. Beaucoup d’entre eux, avant que leurs convictions ne s’émoussent et, parfois même, ne se retournent, adhérèrent comme lui au PCF mais, contrairement à lui, sans toujours y militer activement. Agrégé en 1953, nommé à Nantes au Lycée Clemenceau, il répond, en 1967, à l’appel de son ami Jean-Claude Passeron qui vient de créer dans cette même ville, le département de sociologie. La carrière d’enseignant-chercheur qui s’ouvre alors procède, certes, de sa conversion à la sociologie mais coïncide aussi avec son éloignement du parti. L’université va offrir à celui que « le rêve (de l’avenir radieux) avait longtemps porté » un cadre approprié à entretenir ce qu’il nomme ses fidélités. Fidélité du professeur à sa vocation de transmettre, de partager et de se confronter avec des auditoires de jeunes gens. Fidélité de l’intellectuel à son esprit de résistance, par la connaissance, aux exploitations et aux dominations. Les principes qui guideront ses manières d’encadrer ses doctorants et de conduire son programme d’étude et de recherche sur la classe ouvrière initié au sein du laboratoire éponyme (LERSCO) dont il fut co-fondateur, en attestent. Je n’ai personnellement pas connu le jeune Verret dirigeant de Clarté (1949-1950) l’organe de la jeunesse communiste dans lesquels ses articles épousaient la plus pure orthodoxie, ni le Verret cautionnant l’intervention soviétique en Hongrie en 1956. Je n’avais pas plus lu ses articles de théorie politique sur le centralisme démocratique et le culte de la personnalité publiés dans la Nouvelle Critique dont il fut membre du comité de rédaction (1958-1968) quand je l’ai rencontré pour la première fois en 1978, à l’occasion de la soutenance de mon mémoire de maîtrise dirigée par Anne Guillou. Il venait cette année-là de prendre la décision mûrement et sûrement douloureusement réfléchie de quitter en silence le PCF, après s’être mis depuis plusieurs années déjà en congé de militance. J’eus ensuite la grande chance de faire mon DEA et ma première année de thèse sous sa direction avant de poursuivre celle-ci sous la direction de Guy Barbichon auprès de qui, me sachant sans ressources, il m’avait recommandé pour enquêter à Lorient sur les sociabilités populaires. Conservant cependant une inscription administrative à Nantes, j’ai profité de son accompagnement officieux et de l’ambiance stimulante de ses séminaires. Ses encouragements appuyés à m’engager dans une thèse et à la continuer dans les moments de relâchement ont tôt contribué à corriger l’image du mandarin cuirassé dans sa renommée et insoucieux des inhibitions de ses étudiants les moins confiants. Au lendemain de mon premier colloque où j’avais commis une communication laborieuse, je reçus de lui un courrier me félicitant par ces mots : « je vous ai senti fragilisé par toutes ces communications brillantes que nous avons entendues, gardez votre cap, cher Jean-Noël, vous visez juste ». Nous sommes nombreux de ma génération à nous souvenir de ces marques d’attention qu’il nous adressait quand il nous sentait envahis par le doute. Mais sans doute n’aurions-nous pas été aussi reconnaissants de sa « chaleureuse humanité » évoquée par Jean-Louis Robert (liste AFHMT, association française d’histoire du monde du travail) s’il ne nous avait pas également fascinés par sa culture si vaste et si éclectique.  Ses enseignements nous administraient continûment la preuve de sa conviction selon laquelle, citant le mot de Brecht, « un homme qui n’a qu’une théorie est un homme perdu ». Toujours marxien à défaut d’être encore marxiste, il nous invitait à puiser, entre autres, chez Tocqueville et chez Le Play, indifférent aux réprobations sectaires dont le milieu des sciences sociales est si coutumier. Outre son érudition classique héritée de son passé de philosophe et sa puissance de lecture et d’interprétation des grandes œuvres de la sociologie dont les bibliographies de sa trilogie portent la marque, il nous étonnait souvent par sa soif de découverte et ses connaissances de la recherche en train de se faire (rappelons que nous sommes dans les années 1978/1987, avant la diffusion par le net). Se fichant des jeux de notoriété académique et à la différence de ces auteurs qui ne savent que citer les morts, il s’enthousiasmait à l’idée de faire connaître les travaux de jeunes chercheurs comme ceux d’auteurs insuffisamment visibles à ses yeux. Défileront dans les séminaires du Lersco de ces années-là tout ce que l’ethnologie, l’histoire, la sociologie comptaient de chercheurs consacrés mais aussi en devenir dont le seul dénominateur commun était de s’intéresser aux classes populaires étudiées dans la pluralité de leurs formes d’existence. Verret, homme de lecture et non de terrain à l’instar de Mauss, n’écrira pas de manuel de sociologie. Bien qu’auteur d’une sociologie des classes populaires marquée par ses accents ouvriéristes d’un autre temps, il  demeure, paradoxalement et par bien des côtés, un précurseur. Sans faire toute une histoire de ses inventions conceptuelles, il livrait au cours de ses séminaires des principes de méthode en nous invitant, par exemple, à penser en termes de processus (mobilisation, désouvriérisation, reprolétarisation, individualisation, décollectivisation) bien avant que les exégètes de Norbert Elias ne nous en révèlent les vertus heuristiques. Lui qui préférait nettement voyager dans les livres qu’en prenant l’avion n’en sera pas moins un formidable passeur des frontières en nous révélant, bien avant certains épistémologues d’aujourd’hui, qu’il était possible, grâce à son écriture inimitable et sans renoncer à la scientificité, de concilier sciences sociales et oeuvres littéraires. Rejeté par l’édition parisienne, « c’est vrai que son style détonnait dans le monde académique (qui considérait qu’il sentait) le renfermé, alors que Verret faisait respirer ». Antoine Prost a raison, Verret faisait respirer. Tous ceux qui se reconnaissent dans l’ainsi-nommée, par Christian Baudelot, ENS (Ecole nantaise de sociologie) ne peuvent que le confirmer.

Jean-Noël Retière,
Indre 10 décembre 2017

Pour Guy Vincent

Guy Vincent vient de disparaître à l’âge de 85 ans. Professeur de sociologie à l’Université Lyon 2, il a formé nombre de sociologues plaçant au cœur de leurs recherches la question de la socialisation. Il fut un acteur central de la création (1976) du Groupe de Recherche sur la Socialisation et du renouvellement de l’analyse sociologique centrée sur les processus de socialisation. En effet, pour Guy Vincent et ses proches, traiter de la socialisation ne revenait pas à constituer un nouveau domaine spécialisé de la sociologie qui viendrait s’ajouter et peut-être concurrencer la « sociologie de l’éducation » ou encore la « sociologie de la famille ». Posant la socialisation comme un processus tramant l’ensemble des univers sociaux, transversal à diverses instances, il s’agissait justement de dépasser les découpages en sociologies spécialisées ou sectorielles et de définir les objets « autrement qu’en suivant les découpages institutionnels »[1]. Prendre pour objet la socialisation impliquait, pour Guy Vincent, une autre manière de faire de la sociologie, d’envisager le monde social en s’intéressant aux processus et à l’historicité du social[2]. Du même mouvement, il sortait le concept de socialisation de deux enfermements conjoints dans lequel la sociologie tendait à le contenir. En soulignant que la socialisation « est sans cesse en train de se faire, de se défaire et de se refaire autrement », on sortait d’une perspective, longtemps dominante, réduisant la socialisation à la production de l’enfant comme être social pour la traiter comme un processus continu et non strictement linéaire qui autorise les transformations comme les renforcements. En proposant, dans une formule large, que socialiser « c’est réaliser une certaine manière d’être ensemble et d’être au monde », on échappait aux conceptions fonctionnalistes et normatives qui encombrent encore nombre de dictionnaires de sciences sociales définissant la socialisation comme apprentissage des valeurs et des normes d’une société.

Guy Vincent est surtout connu pour le concept de forme scolaire qu’il a développé dans sa thèse d’État à partir d’un travail socio-historique sur l’école primaire française[3]. Loin de rabattre son objet dans l’école comme institution (« la notion de forme scolaire n’est pas une manière plus savante de dire “école” »), ses travaux sur la forme scolaire se donnent pour objectif d’« étudier si l’on peut définir par la prééminence de la forme scolaire, – distinguée des institutions et des groupes -, un mode de socialisation qui serait propre au type de société constitué en Europe à partir du 17e siècle » et proposent l’analyse d’une nouvelle forme de relations sociales et de socialisation qui émerge progressivement en lien avec « une restructuration du champ politico-religieux ». Ainsi, avec le concept de forme scolaire, Guy Vincent ouvrait la possibilité d’analyser comment un mode de socialisation se constitue historiquement et peut prendre une place dominante au point d’imprégner de larges secteurs du monde social au-delà de l’institution (l’école) auquel il est associé. Il permettait également l’analyse de la diversité des modes et logiques de socialisation, leurs rencontres et frottements, etc., auquel nous sommes quelques-uns à nous être attelés.

Sylvia Faure, professeure de sociologie, Université Lyon 2

Rachel Gasparini, MCF de sociologie, Université Lyon 1

Gaële Henri-Panabière, MCF de sociologie, Université Paris Descartes

Bernard Lahire, professeur de sociologie, ENS de Lyon

Mathias Millet, professeur de sociologie, Université de Tours

Fanny Renard, MCF de sociologie, Université de Poitiers

Daniel Thin, professeur émérite de sociologie

Stéphanie Tralongo, MCF de sociologie, Université Lyon 2


[1] Guy Vincent, « Avant-propos », in Actes de la table ronde « analyse des modes de socialisation, confrontations et perspectives – 4 et 5 février 1988, GRS – CNRS – Université Lyon 2.
[2] Le GRS a d’abord été nommé « Groupe de recherche sur le procès de socialisation ».
[3] Guy Vincent, L’École primaire française, Lyon, PUL, 1980.

Concours DR2 2017 de la section 40 du CoNRS : Que s’est-il passé ? Communiqué de la section 40 du CoNRS

Au début du mois de juin 2017, le CNRS a pris la décision de faire recommencer les opérations de la phase d’admissibilité du concours DR2 de la section 40. Une telle décision est exceptionnelle. L’objectif était de « rétablir la régularité des opérations de concours » (selon les termes du CNRS). Si la section communique de manière décalée dans le temps (en novembre 2017), c’est en raison des contraintes juridiques liées à la procédure du concours.

La section a, dès novembre 2016, produit un texte définissant les liens entre membres de la section et candidats (à des concours ou promotions et évaluations) susceptibles de perturber le principe d’impartialité, et explicitant les règles de gestion des conflits d’intérêt pouvant en résulter. Puis au vu de la liste des candidats au concours DR2 tous les membres de la section ont déclaré et qualifié les sources de possibles conflits d’intérêt. Ces déclarations ont été transmises au service central des concours, qui a validé le jury du concours. Pendant la phase d’admissibilité de février-mars 2017 (attribution des trois rapporteurs par dossier, examen collectif des candidatures) toutes ces règles ont été rigoureusement respectées. A l’issue des débats, 5 candidats ont été classés sur la liste d’admissibilité (pour 3 postes ouverts).

L’invalidation de cette phase d’admissibilité résulte d’un échange postérieur d’emails, entre un des candidats et le président de la section. Le premier, mécontent du classement produit par le jury, a diffusé au président, aux membres du bureau puis à tous les membres de la section, un message mettant en cause « le professionnalisme et la probité du jury ». Le président lui a répondu afin de l’assurer que ses doutes sur le travail du jury n’étaient aucunement fondés. Il a aussi précisé que, étant en conflit d’intérêt déclaré avec une des candidates (dont il était le garant d’HDR), il n’a pas mené les débats, conformément aux règles internes adoptées par la section. Puis, le candidat ayant manifesté son intention de déposer un recours hiérarchique et de saisir une juridiction administrative, le CNRS a considéré que la réponse du président du jury au candidat, qui publicisait un conflit d’intérêt déclaré, constituait une « irrégularité » faisant courir un risque juridique au concours.

Aussi, le CNRS a décidé de reprendre la phase d’admissibilité du concours. Celle-ci a été de nouveau organisée, avec tous les membres de la section habilités par le service central des concours à siéger dans le jury du concours DR2. Toutefois le président de la section n’en a pas fait partie. Le 14 juin 2017 le jury d’admissibilité s’est réuni dans cette nouvelle configuration afin d’examiner l’ensemble des dossiers de candidatures. Il a finalement produit un classement identique au précédent (les 5 mêmes candidats dans le même ordre) complété par une candidature externe en 6ème rang. Enfin, le 28 juin le jury d’admission a confirmé ce classement.

Depuis lors, le président de la section 40 a adressé, le 9 juillet, à la direction de l’InSHS une note relative aux conflits d’intérêts (notion juridique) et aux règles déontologiques (notion relative aux usages de la profession). Elle s’appuie sur les expériences de la section 40 et vise à lancer une réflexion élargie sur les dispositions à adopter pour le travail en section, en matière de concours comme d’évaluation des pairs.

Communiqué interassociatif ASES-AFS-AECSP-ANCMSP sur les libertés académiques

En tant qu’associations professionnelles, l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur (ASES), l’Association française de sociologie (AFS), l’Association des enseignants et chercheurs en science politique (AECSP) et l’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) s’inquiètent des récentes attaques à l’encontre des libertés académiques : annulations ou tentatives d’annulation de journées d’études ou colloques, obligation de soumettre ses interventions publiques au « service de la communication » de l’université (la procédure a été suspendue suite à une rapide mobilisation de syndicats et d’élu-e-s dans les conseils centraux), suppression des fonds pour certaines thématiques, etc.

Ces attaques récentes font suite à des entreprises de décrédibilisation de nos disciplines : par exemple, « culture de l’excuse » et « sociologisme » au sujet de la sociologie sont autant de formules qui témoignent des attaques qui vont bon train contre les disciplines relevant principalement, mais pas seulement, des sciences humaines et sociales.

Au regard des faits récents dont nous avons eu connaissance dans plusieurs universités (Strasbourg, UPEC et Lyon 2), ces attaques nous semblent prendre maintenant une tournure particulièrement inquiétante et ayant un impact direct sur le travail de nos collègues, soumis à des pratiques de contrôle croissantes allant à l’encontre des libertés académiques. Cette liberté académique renvoie à l’essence même de l’université et de la recherche comme institutions« autonomes » : des espaces de controverses à l’écart des enjeux politiques et marchands, et dont les objectifs sont d’abord analytiques.

L’ASES, l’AFS, l’AECSP et l’ANCSMP tiennent à rappeler que les concepts élaborés et discutés, débattus, parfois avec âpreté, dans ces disciplines (par exemple : classe, race, genre, reproduction sociale, institutions…) sont des outils scientifiques de décryptage, d’analyse et de réflexions sur nos sociétés. Qu’ils aient pour certains une charge critique est indéniable, mais ce sont avant tout les publications, les communications et les rencontres scientifiques qui constituent les arènes de débats et de controverses légitimes et régulées, notamment par des normes académiques partagées.

Nos associations expriment leur indignation et leur inquiétude face aux tentatives réitérées de contrôle des libertés académiques.

Qui osera relever le défi amiénois ?

Le 7ème congrès de l’AFS est à peine fini que déjà le Comité Exécutif est sollicité pour savoir où aura lieu la 8ème édition en 2019. Il faut croire que le congrès d’Amiens est passé trop vite, et que les collègues veulent s’assurer qu’il aura bien une suite…

Mais quelle équipe osera relever le défi ? Il est en effet d’envergure, car les collègues du CURAPP et de l’UPJV ont placé la barre très haute.

Le Comité Exécutif de l’AFS tient à les remercier chaleureusement pour leur efficacité, leur engagement, la chaleur de leur accueil et… leur talent sur le dance-floor bien entendu ! Une mention toute particulière à tou-te-s celles et ceux – personnels administratifs et techniques, doctorant-e-s, étudiant-e-s et enseignant-e-s chercheur-se-s – qui ont assuré quotidiennement et depuis plusieurs mois les tâches les plus invisibles qui ont fait de ce congrès une réussite.

Espérons que ce succès sera un encouragement à prendre le relais plutôt qu’un précédent intimidant, et que plusieurs laboratoires se porteront candidats pour le prochain congrès.

Rendez-vous en septembre pour plus d’informations, on prend d’abord quelques vacances pour nous remettre de nos émotions amiénoises !

Futur-e-s candidat-e-s : commencez à aiguiser vos arguments !

Bel été à tou-te-s,

                                                                                                                             le CE de l’AFS

Congrès de l’AFS à Amiens : demandez le programme !

Du lundi 3 au jeudi 6 juillet 2017 aura lieu à Amiens le 7e congrès de l’Association Française de Sociologie. Plus d’un millier de sociologues s’y retrouvera pour échanger autour du thème « Sociologie des pouvoirs/pouvoirs de la sociologie ». Le programme – accessible dans sa version courte ici, sans les sessions des Réseaux Thématiques, bientôt disponible sur le site de l’association – est riche et varié. Il a été préparé conjointement par l’équipe du CURAPP-ESS, qui s’est chargée de l’organisation locale, et le Comité exécutif de l’AFS. Le congrès sera ouvert le premier jour à 14h par deux enseignant.e.s-chercheurs-euses dont les travaux remarqués entrent en pleine résonnance avec la question du pouvoir : Beverley Skeggs, professeure à l’Université de Londres, auteure de l’important ouvrage Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire (trad. fr. en 2015, chez Agone), et Patrick Boucheron, professeur au Collège de France, directeur de publication d’un ouvrage collectif au succès retentissant, Histoire mondiale de la France (Seuil, 2017). Des conférences semi-plénières prolongeront les réflexions sur des sujets qui, aujourd’hui, suscitent l’interrogation ou la crispation. C’est le cas, par exemple, de la défense des sciences sociales contre les différentes menaces dont elles sont périodiquement l’objet, dans l’espace public ou dans les programmes scolaires (confer les contributions à venir de Bernard Lahire et d’Igor Martinache dans la session dédiée, le mardi 4 juillet à 19h).

Ce congrès est important pour diverses raisons : les recherches en cours sont présentées et discutées dans les centaines de sessions organisées par les RT ; les enjeux et les problèmes « chauds » de la profession peuvent être débattus collectivement ; les rencontres et les retrouvailles sont rendues possibles sur un même site, etc. En résumé, c’est un moment incontournable dans la vie de la discipline. À très bientôt, à Amiens !

La sociologie étasunienne à l’heure du trumpisme. Entretien avec Michèle Lamont

C’est un fait pas du tout « alternatif » : Donald Trump est désormais président des États-Unis. Les premières décisions de son administration ont suscité d’immenses débats et ont été très médiatisées. Le « muslim ban » et les coupes budgétaires projetées dans tous les secteurs jugés incompatibles avec la politique de Trump ont marqué les esprits. Les sciences font partie des cibles privilégiées. L’inquiétude est grande au sein de la communauté scientifique étasunienne. À tel point que, partout aux États-Unis, des mobilisations commencent à s’amorcer autour de l’aide aux collègues interdits de séjour sur le territoire étasunien, la sauvegarde des données sensibles sur le changement climatique, les libertés académiques, etc. Point d’orgue de cette résistance inchoative, une Marche pour la science aura lieu le 22 avril prochain, jour de la Terre. Convergeront ainsi causes environnementalistes et scientifiques, sur le Mall de Washington et dans des dizaines de villes aux États-Unis et dans le monde. Fait notable, les associations scientifiques appellent également à la mobilisation. C’est le cas de l’American Sociological Association (ASA), qui a publié des prises de position importantes depuis l’élection de Trump le 8 novembre 2016 et s’est associée résolument au mouvement. Dans l’entretien qui suit, Michèle Lamont, professeure à l’université de Harvard et actuelle présidente de l’ASA, met en perspective la situation politique tendue aux États-Unis et explique la stratégie de l’association. C’est l’occasion de revenir sur les modes d’intervention publique des sociologues, notamment sur la portée de la « public sociology ». Certes inquiète sur certains aspects des politiques de la nouvelle administration, en particulier le financement des programmes fédéraux dédiés aux sciences humaines et sociales, Michèle Lamont souligne que cette déstabilisation politique peut aussi constituer une opportunité de faire entendre la voix de la sociologie : non pas de façon partisane, en basculant dans l’anti-Trump, mais en réaffirmant l’importance de ses résultats et des savoirs qu’elle engendre.
Ce billet-entretien est l’occasion d’afficher publiquement le soutien de l’Association Française de Sociologie à la Marche pour les sciences, qui aura lieu le 22 avril aux États-Unis donc, mais aussi dans une vingtaine de villes en France (on trouvera tous les textes de présentation et les détails de l’organisation sur le site de la Marche). Outre ce soutien officiel, nous encourageons les membres de l’AFS à y participer, avec les collègues d’autres disciplines, et tou.te.s les citoyen.ne.s attaché.e.s aux principes de sciences indépendantes, autonomes et universalistes.


Depuis l’élection de Donald Trump, l’American Sociological Association (ASA) que vous présidez a été particulièrement active dans les mobilisations contre ce que certains observateurs ont appelé la « guerre de Trump contre la science ». L’association a publié des prises de position et des communiqués[1], elle a signé des déclarations avec d’autres organisations scientifiques dès le 29 novembre 2016, de même elle soutient et participera à la March for Science qui se déroulera le 22 avril prochain à Washington et dans plus de 400 villes à travers le monde. Pourriez-vous expliquer le positionnement de l’ASA ?

Michèle Lamont (http://www.michelelamont.org/)

Le pari que nous avons fait, comme nous l’avons précisé dans la déclaration publique du 30 janvier 2017[2], est d’intervenir sans prendre de position expressément politique sur des questions qui concernent les conditions d’exercice de notre profession. Nous attirons par exemple l’attention sur le fait que les savoirs ne peuvent être produits et cultivés que dans un environnement où sont instituées la méritocratie, la liberté de parole et de mouvement. Nous ne prenons pas position dans les affrontements entre Républicains et Démocrates, nous ne sommes pas encartés. Mettre l’accent sur la nécessité d’une liberté de circulation justifie par exemple la dénonciation de l’interdiction de séjour des ressortissants de pays à majorité musulmane (muslim ban), parce qu’elle interfère sur nos conditions de travail. Nous appliquons un protocole qui avait été décidé en 2002 dans un document public de l’ASA, et qui stipule quelles sont les conditions sous lesquelles le conseil de l’ASA peut prendre des positions politiques compte tenu de son statut légal d’organisme à but non lucratif, lequel interdit les positions politiques). Cela intervenait dans un contexte où de nombreux membres de l’association souhaitaient que soient exprimées des prises de position sur des questions plus explicitement politiques, comme la situation en Israël, sur le Guatemala ou quelque autre sujet disputé de politique internationale. Mais d’autres membres tout aussi nombreux s’y opposaient La division était grande. Il fallait trouver un compromis sur les manières d’intervenir dans l’espace public. C’est désormais défini. Sur les questions qui nous occupent aujourd’hui, nous avons eu très peu de retours défavorables sur les déclarations de l’association. Un consensus total et immédiat a émergé, ce qui est intéressant parce qu’en général le consensus est plus laborieux à atteindre au sein de l’association. Cela n’a pas posé de réel problème. Ou alors, le seul point de discussion concernait la tonalité des communiqués : certains auraient préféré que l’ASA prenne des positions encore plus fortes et résolues. Que nous dénoncions Trump. Mais cela n’est pas possible, parce qu’en nous exposant ainsi nos interventions seraient perçues comme partisanes, retraduites automatiquement dans l’un des camps de la bataille des partis. Notre stratégie est autre : affirmer que des politiques spécifiques porteraient atteinte à nos conditions de travail revient à nous situer dans une sphère de juridiction légitime. On peut par exemple souligner l’illégitimité et les effets pernicieux de toute décision politique qui limiterait les chances de mobilité sociale, car elle contreviendrait aux principes de la méritocratie et de l’universalisme, structurants de notre pratique professionnelle. Continuer la lecture de La sociologie étasunienne à l’heure du trumpisme. Entretien avec Michèle Lamont

Disparition de François-André Isambert (1924-2017)

 

Décédé à l’âge de 92 ans le 18 février 2017 à Bagneux, François-André Isambert était le dernier des membres fondateurs encore en vie du Groupe de sociologie des religions créé au CNRS en 1954 par le juriste Gabriel Le Bras et animé par Henri Desroche. Ce groupe s’est fait connaître à travers sa revue, les Archives de sociologie des religions, devenue Archives de sciences sociales des religions à partir de 1973. Également membre actif pendant une trentaine d’années de la Revue française de sociologie fondée par Jean Stoetzel, Isambert fait partie de cette génération d’après-guerre qui a reconstruit la sociologie en lui conférant l’assise d’une discipline universitaire à part entière. Moins présente dans l’espace public que celle de ses proches collègues comme Pierre Bourdieu, Alain Touraine ou Edgar Morin, l’œuvre d’Isambert appartient aux classiques sur les questions relatives au sacré, à la morale et à l’éthique. La rigueur conceptuelle, la précision historique et la réflexion critique sur le statut du savoir caractérisent son parcours.

François-André Isambert est né à Coblence en 1924 où son père assurait alors le secrétariat de la Commission interalliée pour le territoire de la Rhénanie. Son ancêtre homonyme fut jurisconsulte et avocat de l’abolition de l’esclavage sous la Monarchie de Juillet.  Après ses études à Paris (Janson-de-Sailly) puis à Lyon pendant l’Occupation, l’étudiant de khâgne embrasse la cause de la Résistance aux côtés des réseaux d’étudiants chrétiens. Il s’engage en 1944 dans la Première Armée qui libère l’Alsace. Agrégé de philosophie en 1947, il enseigne à Besançon, marié avec Viviane Jamati, future sociologue du travail féminin puis de l’éducation. Comme nombre de philosophes engagés dans le mouvement de l’histoire, Isambert se tourne vers la sociologie et devient assistant de Georges Gurvitch à la Sorbonne. Préoccupé par le fossé entre le monde ouvrier et le christianisme, il se rapproche de Gabriel Le Bras qui le recrute au CNRS. Son premier essai, Christianisme et classe ouvrière (1961) prend la mesure statistique des écarts tout en apportant par l’histoire des nuances au schéma de la déchristianisation du monde. Sa thèse d’État, De la charbonnerie au saint-simonisme. Etude sur la jeunesse de Buchez (1966) et Buchez ou l’âge théologique de la sociologie (1967), ouvre ainsi, à travers la figure méconnue de Philippe Buchez, une fenêtre sur les interrelations entre le catholicisme, le socialisme et la science du social. Professeur de sociologie à Lille puis à Nanterre, et enfin élu en 1971 directeur d’études à la 6e section de l’École pratique des hautes études (devenue EHESS en 1975), ses recherches et son enseignement le conduisent au centre des débats internationaux sur la sécularisation des sociétés occidentales. Revenant aux thèses de l’école durkheimienne sur la nature sociale du sacré, il décrypte les mécanismes de l’efficacité symbolique des rituels transformés, notamment après les réformes de Vatican II : Rite et efficacité symbolique. Essai d’anthropologie sociologique (1979) et Le sens du sacré. Fête et religion populaire (1982).

Observateur attentif des « situations à propositions profuses », comme il le dit à propos des débats sur la contraception et l’avortement, il créée à partir des années 1980 un laboratoire de sociologie de l’éthique dédié entre autres à l’étude des justifications et des litiges qui accompagnent tout processus biomédical engageant le corps, la vie et la mort : manipulations génétiques, don d’organes, assistance à la fin de vie, etc. La généalogie de la bioéthique qu’il entreprend avec ses correspondants américains (Renée C. Fox) l’amène à mettre au jour le rapport expérimental à l’humain au même titre que Michel Foucault avait exploré la dimension clinique de la médecine. Dans son livre bilan De la religion à l’éthique (1992), il vise moins un improbable remplacement du religieux par l’éthique qu’une attention renouvelée aux références métaphysiques investies dans le débat public sur le statut du vivant. En cela sa pensée riche en nuances nous prévient contre tout étonnement face aux résurgences passionnelles d’aujourd’hui au nom de la « post-vérité ». Peu à l’aise dans les tâches croissantes d’organisation de la recherche malgré diverses responsabilités prises au plus haut niveau, il a cependant formé quelques chercheurs qui se réclament de son héritage exigeant, notamment Patrick Pharo, spécialiste des questions morales, et Simone Bateman, analyste des pratiques biomédicales à controverses, sans parler des sociologues des religions qui telle Danièle Hervieu-Léger se réfèrent à lui.

Ses derniers travaux d’épistémologie critique sur la réduction des sciences à leur socialité, sur les traductions fautives de Max Weber ou sur le coefficient moral de la théorie économique de John Maynard Keynes témoignent de la curiosité universelle de cet auteur.

Pierre Lassave
Archives de sciences sociales des religions
Paris, février 2017

Soutien renouvelé à Pinar Selek !

Dans un communiqué commun publié le 19 décembre 2014 (« Reconnaître définitivement l’innocence de Pinar Selek c’est réaffirmer l’indépendance de la justice turque »), nos deux associations françaises de sociologues, l’AFS et l’ASES, apportaient de nouveau leur plein soutien à Pinar Selek, accusé par l’État turc d’un attentat terroriste qui n’a pas eu lieu (les experts avaient rapidement établi qu’il s’agissait d’une explosion accidentelle), en réalité coupable à ses yeux d’être sociologue et de développer des recherches sur des « minorités » et des objets occultés (le génocide arménien) ou violemment réprimés (la question kurde). Présents au procès, nous avions formé l’espoir, à l’énoncé d’un quatrième verdict d’acquittement, qu’enfin justice serait définitivement rendue. Mais le procureur, au nom de l’État turc, fit appel. Deux ans plus tard, le 25 janvier 2017, le procureur de la Cour de cassation a une nouvelle fois requis la condamnation à perpétuité de Pinar Selek.

L’acharnement judiciaire contre la chercheuse a commencé en 1998, alors que les militaires avaient repris la main en évinçant, au nom de la laïcité, le premier ministre islamiste de l’époque. Faire des recherches sur les Kurdes, c’était s’opposer à ce que l’on appelle l’État profond (une partie de l’armée derrière le pouvoir civil). Lorsque les islamistes (improprement qualifiés à l’époque de modérés) sont revenus au pouvoir, l’acharnement contre Pinar Selek a repris de plus belle : elle représente tout ce qu’ils exècrent.

Pinar Selek (via liberte-expression.fr)

Le contexte actuel rend emblématique le calvaire judiciaire de Pinar Selek. Depuis le coup d’État manqué du 15 juillet dernier de la confrérie Gülen, le président turc Erdogan réprime en effet à tout-va, bien au-delà de ceux qui furent ses anciens alliés. Il fait arrêter (et révoquer lorsqu’il s’agit de fonctionnaires) magistrats, avocats, journalistes, universitaires qui n’ont aucun lien avec Gülen mais ont le tort de s’opposer à sa volonté de toute puissance.

Dans ce contexte de répression généralisée, soutenir Pinar Selek est plus que jamais essentiel. Devant l’inaction d’une Union européenne qui voit dans Erdogan un rempart contre les migrants, l’ASES et l’AFS réitèrent leur soutien à Pinar Selek et aux universitaires turcs, réaffirment leur attachement à la liberté d’enseignement et de recherche et invitent l’ensemble des collègues à prendre part aux diverses initiatives mises en place en ce sens : comités de soutien à Pinar Selek d’abord, dans chacune de nos universités, signature de la pétition réclamant son acquittement définitif lancée par son éditrice Liana Levi, et plus largement accueil de collègues turcs dans nos laboratoires et autres actions en leur faveur, par exemple via le programme PAUSE.

 

Qui reste dans sa classe perd sa place ? Sociologie, médias et débat public

À la suite de l’aimable recension critique de mon article de la Revue du Crieur (« La sociologie est-elle encore un sport de combat ? ») ici faite par Maxime Quijoux, je souhaiterais ajouter quelques éléments à cet échange. Pas par désir de me défendre ou de défendre l’article, sur lequel chacun peut librement se faire une opinion, mais parce qu’il me semble qu’il amorce un débat intéressant, qui peut gagner à être public – et que l’article visait à soulever. La critique de M. Quijoux est d’autant plus bienvenue qu’il est bon d’avoir un peu de friction sur des questions qui ne sont pas consensuelles.

Il peut avant tout être utile de poser certaines limites à ce que M. Quijoux me prête comme thèses et opinions sur le champ de la sociologie française contemporaine. Comme il le rappelle lui-même, je ne suis pas sociologue et je ne me réclame donc pas d’un avis autorisé par ma propre expérience de professionnel du champ. Les différentes dimensions que je soulève ne sont ainsi (à l’exception de l’extrême fin de l’article) jamais exprimées en mon nom propre, mais au contraire toujours appuyées sur des citations au style direct, d’entretiens ou d’ouvrages. À titre d’exemple, ce n’est ainsi pas moi qui affirme qu’« il est ainsi de plus en plus difficile de trouver des sociologues capables de vulgariser en s’adaptant aux contraintes des médias, à la fois compétents dans le détail et capables de tenir une réflexion plus vaste », mais Guillaume Erner, ancien maître de conférences en sociologie, qui se trouve aujourd’hui précisément dans une position intéressante de passeur entre d’un côté l’espace universitaire en général, et sociologique en particulier, et de l’autre un public plus large par ses fonctions de producteur sur France Culture[1]. En d’autres termes, je voudrais simplement qu’on ne se méprenne pas sur ce qu’est cet article : pas un jugement définitif et autorisé sur le champ en lui-même[2], mais bien plutôt une enquête extérieure, à partir de sources (très) contradictoires, qui vise à rendre compte des dynamiques essentielles de ce champ dans une revue à large public, et à la perspective engagée assez claire.

Cela dit, il n’est pas question de se défiler face au problème que pointe M. Quijoux : effectivement, l’idée de l’article est bien venue du constat d’une certaine crise de la sociologie. C’est le point de départ de l’enquête. L’ayant bouclée, je peux récuser avec force le diagnostic de « déclinisme », car ce constat n’a jamais porté sur l’activité même du champ sociologique mais bien plus sur son interaction avec la sphère publique : il s’agissait donc de se demander ce qui, à l’intérieur du champ, pouvait expliquer cette interaction qui m’apparaît problématique. Il n’a jamais été question d’attaquer la qualité du travail des sociologues contemporains (et je cite d’ailleurs un certain nombre de travaux que je trouve remarquables) – qu’il serait par ailleurs assez bizarre de juger de l’extérieur, une science ayant son rythme et ses logiques propres, qui n’ont pas à être appréciés de manière normative. En revanche, l’idée est bien présente que cette activité scientifique ne passe pas, ou plus, ou moins, dans la sphère publique et dans le débat intellectuel large.

Studio, Maison de la Radio (crédits : Luc Boegly, via http://www.telerama.fr/sortir/portes-ouvertes-a-la-maison-de-la-radio-suivez-le-guide,119169.php)
Studio, Maison de la Radio (crédits : Luc Boegly, via http://www.telerama.fr/sortir/portes-ouvertes-a-la-maison-de-la-radio-suivez-le-guide,119169.php)

Là me semble être le centre du débat, et j’entends avec intérêt la position résolument optimiste de M. Quijoux, qui relativise toute idée d’âge d’or passé et se réjouit de la médiatisation contemporaine de leur activité par des sociologues qui « contribuent par leurs publications, leurs cours et leurs interventions dans de multiples espaces sociaux – dans les réunions politiques, associatives, syndicales, communales, scolaires, etc., mais aussi de plus en plus par les blogs ou les réseaux sociaux – à diffuser de manière beaucoup plus directe les savoirs produits par la sociologie, et ce par le simple fait de sa croissance numérique de ses membres et de ses spécialités dans la Cité ». Mais il y a une vraie divergence ici, puisque c’est sur une perspective plutôt inverse qu’est parti cet article. Peut-être s’agit-il d’un point de vue situé à l’intérieur d’une certaine « presse marquée peu ou prou à gauche » (ce qui est à vrai dire tout à fait l’identité de La Revue du Crieur), mais pas seulement, et tout cela ne sort pas de mon chapeau puisque je m’appuie encore sur des entretiens avec des sociologues ayant une certaine expérience de la chose et disposant d’un peu de recul temporel dans l’observation du dialogue entre la sociologie et les médias (Bernard Lahire ou Jean-Louis Fabiani par exemple, dans le cas présent). C’est donc un peu plus compliqué qu’une opposition entre des déclinistes extérieurs au champ, opposés à des sociologues conscients de la qualité de la diffusion contemporaine de leurs résultats – ne serait-ce que parce qu’il est loin d’y avoir un consensus optimiste dans le champ sur la question. Continuer la lecture de Qui reste dans sa classe perd sa place ? Sociologie, médias et débat public

La sociologie, c’était mieux avant ? Pour en finir avec une vision passéiste et élitiste de la discipline

La sociologie connaît depuis près de trois ans des attaques récurrentes. Si elle a toujours été une « science qui dérange »[1], elle est en effet l’objet d’incriminations, parfois virulentes, contre certains présupposés qu’elle véhiculerait. Dans un contexte où les drames provoqués par le terrorisme participent à un climat de très forte crispation sociale et politique, des journalistes et des représentants politiques l’ont accusée de chercher des « excuses » aux auteurs de ces exactions : en souhaitant apporter des explications sur la genèse et les parcours de ces terroristes, les sociologues feraient preuve au mieux d’angélisme, au pire de complicité. De telles affirmations peuvent surprendre de la part de personnalités officiellement issues des rangs de la gauche. Elles proviennent toutefois d’individus qui occupent une position particulière dans l’univers progressiste : Philippe Val comme Manuel Valls se sont depuis longtemps distingués par des trajectoires, des décisions et des prises de positions qui n’ont cessé de contredire les valeurs et les formes d’appréciation du monde qui dominent dans leurs familles politiques.

9782707192165

On est en revanche beaucoup plus étonné quand les critiques proviennent de pôles journalistiques dont les prétentions intellectuelles et politiques s’affichent volontiers pétries de considérations sociales. Le 20 octobre 2016, dans son numéro 5, la revue Le Crieur publiait un article intitulé « La sociologie est-elle encore un sport de combat ? » sous la plume d’un historien du nom d’Alexandre Hagège. On aurait pu se réjouir qu’une publication non académique interpelle la profession sur son rôle dans la Cité : si la sociologie est traversée en permanence par des débats sur le rapport qu’elle est supposée entretenir à l’égard du politique – l’appel à une « sociologie publique » de Michael Burawoy en constitue probablement l’un des meilleurs exemples –, une telle interrogation ne pouvait a priori provoquer qu’une discussion bienvenue sur les attentes sociales et idéologiques du monde « profane » à l’égard des sciences sociales. En l’occurrence, l’article constitue bien une invitation en ce sens. Mais la thèse que défend l’auteur est très surprenante, pour ne pas dire hasardeuse : les attaques subies par la sociologie révéleraient le déclin de la discipline dans l’espace public et médiatique ; victime de son institutionnalisation, elle serait désormais incapable de produire de grandes figures intellectuelles, à même de « fournir de grands récits et des cadres globaux de compréhension de la société »[2]. Une telle vision ne reprend pas simplement un poncif passéiste sur le rôle des intellectuels ; en soutenant l’idée d’un supposé déclin de la sociologie, elle concourt également à faire de ce déclin une réalité. Continuer la lecture de La sociologie, c’était mieux avant ? Pour en finir avec une vision passéiste et élitiste de la discipline

7e congrès de l’Association Française de Sociologie, sur le thème « Sociologie des pouvoirs, pouvoirs de la sociologie »

C’est désormais officiel : le Centre universitaire de recherche sur l’action publique et le politique, épistémologie – sciences sociales (CURAPP-ESS) et l’Université de Picardie Jules Verne accueilleront le 7e congrès de l’Association Française de Sociologie. Il se déroulera à Amiens du lundi 3 juillet au jeudi 6 juillet 2017. Le thème retenu s’annonce aussi engageant qu’inévitable aujourd’hui : « Sociologie des pouvoirs, pouvoirs de la sociologie ». En voici l’appel :

Accusée de favoriser une « culture de l’excuse », raillée pour son prétendu manque de scientificité ou réduite à un « sociologisme » honni, la sociologie continue de déclencher régulièrement les sarcasmes de tous ceux qui voudraient la réduire au silence pour mieux asseoir et étendre leur(s) pouvoir(s). En prenant pour thème « Sociologie des pouvoirs, pouvoirs de la sociologie », le congrès de l’Association française de sociologie qui se tiendra à Amiens en juillet 2017 repose au contraire sur l’idée que le (la) sociologue est d’abord un(e) « chasseur(se) de mythes », selon l’expression de Norbert Elias. Or, parmi ceux-ci, l’un des plus puissants est peut-être celui qui fait de l’ordre social un ensemble de données à la fois naturelles et légitimes : les pouvoirs se présentent ainsi le plus souvent comme neutres et leurs logiques s’affichent comme spontanément justes.

Alors même que les inégalités sociales de toutes sortes se cumulent et souvent s’accroissent, le rôle de la sociologie est ainsi plus que jamais de découvrir les processus par lesquels divers pouvoirs parviennent à les légitimer, voire à les renforcer, cela tout en préservant les apparences de la neutralité et de l’universalité.

Le congrès de l’AFS permettra avant tout de faire le point sur l’état des recherches sociologiques menées en France et ailleurs dans le monde, visant à analyser les fondements des pouvoirs sous toutes leurs formes, à diverses échelles, du niveau le plus « micro » au plus « macro », et dans divers contextes. Elles peuvent porter sur leur histoire, leur mode de fonctionnement, leur étendue et leurs limites, ce qui les renforce et ce qui les fragilise, ce qui les construit comme ce qui peut les renverser.

Il s’agira aussi de montrer en quoi les outils et les méthodes de la sociologie continuent dans la pratique quotidienne de la recherche d’interroger les fondements de nos sociétés, et tout particulièrement en quoi ils renouvellent la connaissance des actions, des discours, des dispositifs qui permettent de les « gouverner » et de les reproduire, mais aussi de les changer : pouvoirs politiques bien sûr, mais aussi économique, médiatique, culturel, académique, religieux, familial, etc.

Dans chaque cas, la sociologie met en œuvre des démarches qui lui sont propres, mobilise des outils théoriques et empiriques originaux, produit un ensemble de résultats cumulatifs qui sont susceptibles de nourrir le débat démocratique en se fondant sur des raisonnements et des faits, et en rompant avec les représentations idéologiques diverses qui dominent l’espace public.

Indépendante de tout pouvoir, la sociologie peut ainsi constituer en elle-même une forme de « contre-pouvoir », mais il s’agira aussi de discuter des conditions qui rendent possible l’existence de celui-ci, d’en identifier la nature, le fondement, les conséquences possibles et souhaitables : quels sont, finalement, les « pouvoirs » de la sociologie ? S’agit-il seulement de contribuer à la connaissance de la réalité (dans sa dimension proprement sociale), ce à quoi semble parfois se résumer sa raison d’être, ou la sociologie peut-elle aussi, et à quelles conditions, participer à la dynamique de changement des pouvoirs et de l’ordre social ? Si elle doit permettre de « comprendre le monde », en adoptant sur lui un regard scientifique, peut-elle également contribuer à le « transformer » ? Si c’est le cas, comment peut-elle tirer parti de ses résultats, de ses théories ou de ses méthodes pour exercer des effets, et lesquels ?

Telles sont les questions auxquelles le congrès 2017 de l’AFS se donne pour tâche de commencer à répondre, en appelant pour cela les sociologues à la mobilisation !

Soutien de l’AFS à Nicolas Jounin et appel au rassemblement aujourd’hui à 13h à Bobigny

Nicolas Jounin, sociologue à l’université de Paris 8, participait ce jeudi matin à une manifestation pacifique au port de Gennevilliers, dans le cadre du mouvement social contre la loi Travail.

Nicolas Jounin et un autre manifestant ont été arrêtés, mis en garde à vue et accusés de violences contre les forces de l’ordre. Tous les deux sont déférés au parquet et cités à comparaître en comparution immédiate aujourd’hui, vendredi.

L’Association Française de Sociologie exprime sa stupéfaction de voir un collègue connu et reconnu ainsi blessé, arrêté et détenu dans le cadre d’une manifestation pacifique contre une loi qui fait par ailleurs l’objet d’une très large contestation sociale dans le pays et dont plusieurs collègues ont souligné les effets délétères. Nous demandons la libération immédiate et l’abandon des poursuites contre Nicolas Jounin et l’autre manifestant, Nicolas Palmire et nous protestons contre les violences policières, qui ont émaillé la journée d’action de ce jeudi et demandons que cesse le recours systématique aux procédures judiciaires expéditives.

Nous appelons le plus grand nombre à se rendre devant le tribunal de Bobigny aujourd’hui, vendredi 29 avril 2016, à 13h, en soutien à notre collègue et en protestation contre les violences policières.

Éric Carrière, « Chevalier du fiel » et docteur en pipologie

C’est l’histoire (pas franchement drôle) d’un humoriste qui remplit les salles de spectacle depuis des années, en tandem, sous le nom de scène des « Chevaliers du fiel ». Éric Carrière (1957- ), de son vrai nom, a plus d’un tour dans son sac. Outre l’exploitation de ses talents comiques (qu’il nous soit permis d’observer ici une stricte neutralité comicologique), il ne cesse de rappeler qu’il est titulaire d’un « doctorat de sociologie ». Humoriste et sociologue, ça ne manque pas de piquant ! Il le répète à l’envi à longueur d’interviews, dans la presse nationale et régionale comme sur les plateaux d’émissions de divertissement télévisées. À chaque fois la révélation surprend. « Alors, il paraît que vous êtes docteur en sociologie ?! » Et l’humoriste de toujours dédramatiser la chose : « oui, enfin vous savez, ce n’est qu’une thèse ! » L’information suscite l’admiration et l’étonnement en toutes circonstances. Tout en reconduisant néanmoins l’image médiatique peu valorisée ou péjorative de « la sociologie », discipline pas vraiment sérieuse pratiquée par des amuseurs  dilettantes verbeux.

Une thèse par inadvertance ?

Parmi les dernières interviews, celle donnée dans le cadre de l’émission de seconde partie de soirée « Folie passagère », le 20 avril 2016 sur France 2, mérite assurément le détour. La scène et le décor sont plantés : l’animateur, Frédéric Lopez, reçoit les « Chevaliers du fiel », parmi d’autres invités (Paul Benoît, Alain Coute, Denise Favre, Nicole Ferroni, Alexandre Jardin). « Ce docteur en sociologie et ce diplômé des beaux-arts évoquent leur parcours d’humoristes », résume le texte de présentation sur le site de l’émission. Entre deux souvenirs, le passé universitaire d’Éric Carrière suscite l’intérêt. Extraits édifiants :

– [Frédéric Lopez] : Quelque chose qui ressemble à un détour pour votre métier, c’est que vous entamez de manière très sérieuse des études de sociologie.
– [Éric Carrière] Oui alors ça il faut être honnête euh, j’ai commencé par les lettres, les lettres, et puis un jour j’ai fait ma crise d’adolescence, j’ai dit à mon père « Je m’en vais, je vais aller travailler à l’usine. Il m’a dit « pas de problème, je connais des gens je vais te faire embaucher ». Euh je suis resté 10 minutes ! [Rires] […] Donc il [Son père] m’a dit « Il faut que tu fasses un truc. Tu vas pas rester euh »… « Quoi ? » « Bon comme il était prof il connaissait des gens… C’est trop tard dans la saison mais je vais voir si on peut t’inscrire à la fac dans quelque chose ». Et le seul truc qui restait c’est sociologie. Donc il m’appelle et me dit « y’a sociologie si tu veux ». Je lui dis : « Bah… mets-moi en sociologie, c’est bon hein ».
– [FL] Ah ouais, un vrai choix ! [Rires]
– [ÉC] Ouais, donc c’est pas une passion [Rires].
– [FL] Mais vous allez loin.
– [ÉC]  Doctorat (sûr de son fait, se dressant sur sa chaise, sourire aux lèvres). Ouais.
– [FL] Ça s’applaudit ! Docteur en sociologie, quoi !
[Applaudissements nourris, plan rapproché sur Nicole Ferroni, bluffée.]
– [FL] Quand on vous voit jouer sur scène, quand on écoute vos chansons, c’est important de savoir ça… Docteur en sociologie ! [Rires]
– [Francis Ginibre, l’autre « Chevalier »] C’est le décalage qui est important.

On ne se lasse pas de ces représentations spontanées de la sociologie comme « voie de garage » ou option par défaut de l’université massifiée. Quelques instants après, l’intrigue n’est pas dissipée et les invités veulent en savoir plus :

– [Nicole Ferroni] Moi ce que je retiens c’est euh… d’abord je trouve que c’est quand même drôle de faire un doctorat par inadvertance… [Regard crispé d’Éric Carrière] C’est-à-dire que je peux comprendre que la première année on soit en sociologie parce qu’on a raté le reste, mais aller jusqu’au doctorat, je trouve ça euh… […]
– [Éric Carrière] Une fois que tu y es et que t’as rien d’autre à faire, tu dis la première année, bon la deuxième année… puis la troisième, quand t’es à la troisième tu te dis c’est con je suis au milieu d’un truc je vais quand même le traverser. Quatrième…  ah et en fait… […]
– [Francis Ginibre] C’était la fac du Mirail à Toulouse et dans ces années-là, c’était très vivant la fac du Mirail [Regard complice].
– [ÉC] Oui on rigolait beaucoup. Il y avait pas que les cours mais y’avait aussi les cours [Sourire]… Et puis aussi, non non… Non mais plus ça avance dans les études, les gens qui en ont fait le savent, plus ça avance plus c’est théorique. Comme moi j’étais un baratineur, je m’en sortais vachement mieux en quatrième année ou en cinquième année, à parler de rien [Insiste] pendant longtemps que au début, où fallait apprendre les cours et tout ça [Rire appuyé de Denise Fabre].
– [Frédéric Lopez] Voilà vous êtes des êtres inspirants sinon vous ne seriez pas là, donc pour tous ceux qui nous regardent, qui savent parler de rien pendant longtemps, il y a une voie. [Rires.]
– [ÉC] Les sociologues vont me pourrir !

Sympathique échange. Le « docteur en sociologie » n’en impose pas, il est modeste et relativise son expertise. Et les autres invités de persévérer dans la stupéfaction, avant de passer à autre chose, chacun devant raconter sa vie. Fin de l’histoire.

Des études « dans la marge » au doctorat introuvable

Parce que le devenir des diplômés en sociologie est une préoccupation de l’Association française de sociologie, qu’en l’occurrence la carrière d’humoriste n’est pas le débouché professionnel le plus évident, nous avons souhaité en savoir plus. Car après tout, un récit de la carrière de ce sociologue iconoclaste a toute sa place sur le Carnet de l’AFS. Déformation professionnelle oblige, nous avons donc enquêté.

À peine amorcée, l’enquête a cependant piétiné. Sans doute en tournée à travers la France, M. Carrière n’a hélas pas répondu aux courriels que nous lui avons envoyés via les pages officielles du tandem sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook). Il nous a donc fallu chercher l’information par nous-mêmes. Très vite, le doute s’est installé. En effet, on ne trouve pas de références ni de citations sur les plateformes de publication habituelles. Rien non plus sur les portails dédiés, comme le Fichier Central des Thèses, le catalogue du Système Universitaire de Documentation, ou encore le catalogue de la Bibliothèque Universitaire de Toulouse. Nulle part il est fait mention d’un quelconque « doctorat » de sociologie soutenu par Éric Carrière dans une université française. Les services de la Bibliothèque Universitaire de Toulouse, que l’humoriste a peut-être fréquentée dans le passé, nous ont précisé qu’il n’y a pas de trace du dépôt – pourtant obligatoire – de la thèse ni de documents attestant une soutenance dans les archives. Pas de thèse, mais pas rien pour autant : le catalogue de la Bibliothèque indique que M. Carrière a soutenu en 1980, en binôme avec Danielle Carrau, et sous la direction de Raymond Ledrut (1919-1987), une maîtrise de sociologie (équivalent de l’actuel « Master 1 »), sur le sujet : « Étudiants dans la marge ». Ce qui n’est déjà pas si mal. En résumé, sur la base des informations recoupées dont nous disposons, si Éric Carrière est passé maître en sociologie, il n’est pas docteur. Ou alors en pipologie.

Par charité interprétative, on pourra toujours dire que cela remonte aux années 1980, qu’en conséquence la mémoire peut flancher et se brouiller avec le temps. Cette défense est néanmoins fragile. Tout docteur-e pourra confirmer qu’une soutenance ne s’oublie pas. Des années d’un travail acharné s’achevant au terme d’un rite de passage exigeant autant que décisif : c’est plus qu’un intermède drolatique sur lequel ironiser après-coup. Mais aussi, confondre une thèse de doctorat et une maîtrise (la quatrième année « théorique » qu’évoque M. Carrière ?) lorsque l’on a été régulièrement inscrit et socialisé à la vie universitaire, c’est pour le moins étrange. Et franchement pas crédible. Est-ce à dire que notre « Chevalier du fiel » ne dit pas la vérité ? En l’absence de documents, il est permis de douter. Sans charger le dossier outre mesure, il n’est pas anecdotique de rappeler que l’usurpation de diplôme est illégale. Éric Carrière n’en fait pas un argument pour la promotion de ses spectacles, ce n’est pas non plus une source de revenu indue ; mais tout de même, lui et les journalistes qui copient-collent paresseusement une « bio » non corrigée ont tout loisir d’en jouer. L’humoriste en tire quelques profits symboliques, ce qui n’est pas rien.

*

*              *

On pourra toujours reprocher à cette mise au point son manque d’humour. Éric Carrière est un amuseur qui rit de lui-même et qui n’est pas le premier à manier l’auto-dérision affectée. Comme d’autres diplômés de l’enseignement supérieur, il dénigre son – prétendu – diplôme tout en le faisant valoir. Mais au fond, quelles leçons tirer de cette mauvaise blague ? Eh bien, que la catégorie de sens commun « sociologue » est très labile et d’usage pas toujours contrôlé dans l’espace public. C’est dire qu’il y a encore beaucoup de travail à réaliser pour dissiper les malentendus sur ce qu’est « la sociologie », contre les dépréciations moqueuses ou les projections demi-habiles. Ce n’est sans doute pas le moment de relancer la réflexion collective sur les modalités d’utilisation du « titre » de sociologue, mais à tout le moins une certaine vigilance de la profession peut s’imposer. C’est pourquoi, partant de ce cas d’usurpation, le Carnet de l’AFS propose d’ouvrir la rubrique « Observatoire des usages et mésusages de la sociologie ». L’objectif est double : assurer une veille et, par la mise en série de cas, contribuer à la discussion sur l’identité professionnelle et intellectuelle de la sociologie.

La rédaction du Carnet de l’AFS

Image en bandeau : DR via LaDepeche.fr, 2012.

Un projet de loi inefficace pour l’emploi, une précarisation généralisée du travail et des travailleurs

Nous reprenons dans la rubrique « Tribune » une utile contribution de chercheur-e-s du Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (LEST, CNRS) au débat sur le projet de loi « Travail ». Le texte a d’abord été publié sur le site du laboratoire le 24 mars 2016.

L’adoption du projet de  loi « Travail »  prolongerait deux évolutions négatives du droit du travail et du marché du travail, engagées depuis trente ans : la précarisation, qui ne contribue ni à créer des emplois ni à réduire les inégalités dans l’accès à l’emploi stable et qualifié ; la pression à la baisse sur la rémunération des travailleurs plus stables, qui ne dynamise ni l’activité ni l’emploi. Cette loi acterait par ailleurs un pas supplémentaire dans l’inversion de la hiérarchie des normes fragilisant l’ensemble des salariés. Loin d’offrir une plus grande protection aux salariés déjà les plus précaires dans leur emploi et dans leur travail, pour une partie desquels le droit du travail ne s’applique même pas, ce projet de loi risque en revanche d’affaiblir les protections légitimes des salariés qui en disposent encore.

Une vision fictive du marché du travail

Ce projet de loi affiche pour objectif d’assouplir les contraintes juridiques qui s’imposent aux entreprises en vue d’améliorer leur compétitivité, de faciliter la création d’emplois et de réduire la dualisation du salariat, entre salariés en emploi stable et salariés en emploi précaire. L’apologie incessante de la nécessaire « flexibilisation » du marché du travail repose pourtant sur une vision de ses modalités de fonctionnement totalement déconnectée des réalités. De fait, aucune étude ne permet d’attester un lien entre code du travail et niveau de chômage. En revanche, toutes nos enquêtes conduisent à démonter le mythe de la « rigidité » du marché du travail français et de la surprotection de ses salariés. Et elles nous permettent de pointer les effets potentiellement délétères qu’un assouplissement supplémentaire des règles de fonctionnement du marché du travail produirait sur les situations d’emploi et la santé des salariés.

Un marché du travail déjà très (trop) flexible

Au terme de trente années de soutien à la compétitivité des entreprises au nom de la lutte contre le chômage, le CDI reste certes la forme d’emploi dominante, puisqu’il concerne 86% des salariés hors fonction publique. Le CDI n’est pas pour autant synonyme de stabilité dans l’emploi. Pour preuve, un tiers (36%) des CDI sont rompus au cours de la première année et un quart des salariés en CDI craignent de perdre leur emploi dans l’année à venir. Il faut dire que le code du travail ouvre beaucoup de possibilités aux employeurs pour mettre fin aux contrats de leurs salariés, du moment que cette rupture est justifiée par des motifs personnels ou d’ordre économique. En outre, seuls un tiers des licenciements « économiques » s’accompagnent d’un Plan Social pour l’Emploi (PSE), incluant le versement d’indemnités compensatoires et des procédures de reclassement des salariés (à l’efficacité elle-même très limitée). De fait, la procédure du PSE ne concerne que les entreprises de plus de 50 salariés. Et, dans ces dernières, les directions privilégient souvent des ajustements d’effectifs incluant moins de dix salariés, afin d’éviter à avoir à mettre en œuvre un PSE. Même en cas de PSE, la protection dont bénéficient les salariés en CDI est toute relative : les élus du comité d’entreprise n’ont qu’un pouvoir consultatif et le contrôle de l’administration du travail, rétabli en 2013, ne porte jamais sur sa justification économique. Dans les faits, l’administration se contente de vérifier que l’employeur a respecté ses obligations de consultation/négociation, et veille surtout à ce que le « volet social » d’accompagnement des licenciements soit en adéquation avec les ressources financières de l’entreprise. Bref, nul n’empêche en France un employeur de licencier, a fortiori lorsque l’entreprise rencontre des difficultés économiques objectives. Quant aux prud’hommes, (instance composée à parité de représentants syndicaux et patronaux), le nombre de saisines reste stable (autour de 200.000). Et s’ils sont plus souvent sollicités par les salariés, essentiellement pour contester leur motif de licenciement, rien n’indique – contrairement à une légende qu’entretiennent les représentants patronaux – que les conseillers prud’homaux soient plus indulgents avec les salariés qu’avec les chefs d’entreprise : ¾ des plaintes patronales comme des plaintes syndicales obtiennent une décision favorable de la part de cette instance. En définitive, l’acharnement du gouvernement à vouloir réviser les modalités de licenciement ne se justifie que par la volonté de « sécuriser » les entreprises quant aux risques juridique et financier qu’elles encourent en cas de contestation de leur licenciement par les salariés. Avec le risque alors évident que les directions soient ainsi d’autant moins hésitantes à procéder à des licenciements qu’elles auront pu les « budgéter ».

La stratégie du gouvernement est d’autant plus incompréhensible que les directions ont déjà à leur disposition des procédures alternatives au licenciement pour ajuster la taille de leurs effectifs. Le dispositif des « ruptures conventionnelles » connaît un succès considérable (350.000 en 2015) qui a entrainé une baisse des licenciements pour motifs économique. Et, bien sûr, pour renforcer la flexibilité de leurs effectifs, les entreprises usent du recours aux CDD et à l’intérim, souvent utilisés abusivement comme outils d’allongement des périodes d’essai. Après trente années de politiques de flexibilisation du marché du travail que le gouvernement souhaite poursuivre, force est de constater qu’elles ont pourtant manifestement échoué à résorber le chômage. Elles n’ont eu que pour effet de plonger des fractions entières du salariat dans des situations d’insécurité objective et subjective face au risque de perdre leur emploi.

On ne renforce pas l’égalité entre salariés en renforçant la précarité de l’emploi

L’argument selon lequel donner encore plus de facilités aux employeurs pour mettre un terme aux CDI favoriserait la stabilisation des travailleurs plus précaires ne repose également sur aucun élément d’analyse empirique. Au contraire, tout laisse à penser que de telles mesures auraient d’abord pour effet de déstabiliser davantage ceux qui bénéficient de protections. De fait, le développement des situations de précarité dans l’emploi a déjà pour effet mesurable de limiter l’exercice des droits des salariés. Il est aussi établi que les salariés qui craignent de perdre leur emploi, surtout lorsqu’ils sont en CDI, hésitent davantage à faire valoir leurs droits (Dares Analyses, n° 092, 2015).  Ils ont par exemple plus tendance à venir travailler même quand ils sont malades, à accepter les dépassements horaires sans compensation, ou encore à ne pas respecter les consignes de sécurité. Le développement du sentiment d’insécurité dans l’emploi contribue ainsi directement à la dégradation des conditions de travail des salariés et à les exposer davantage à des risques pour leur santé. Et ce, alors que la loi porterait un nouveau coup à la médecine du travail.

Par ailleurs, la segmentation de l’emploi, entre CDD et CDI résulte de causes bien plus profondes que l’inégalité des garanties juridiques qu’offrent ces divers contrats de travail. Elle tient d’abord au type de compétences individuelles et collectives dont les entreprises ont besoin et à leur disponibilité sur le marché du travail. Ce n’est pas parce qu’on « flexibilisera» le CDI que les secteurs d’activité à main d’œuvre qualifiée qui privilégient ce statut d’emploi, comme les banques ou les firmes de haute technologie, ouvriront leurs portes aux salarié-e-s peu ou pas qualifiés, jeunes ou moins jeunes, aujourd’hui ballotés entre chômage et emploi instable –  CDD, intérim, mais aussi CDI à temps partiel, comme dans le commerce ou la restauration rapide.

Flexibiliser le temps du travail : un frein à l’emploi, un risque pour la santé des salariés

Rien ne vient non plus étayer l’idée selon laquelle faciliter davantage l’ajustement de la durée du travail au niveau d’activité des entreprises permettrait de développer l’emploi. Il y a au contraire fort à parier qu’une telle disposition permette d’abord d’améliorer la productivité des salariés et aux employeurs de se passer de recourir… à des contrats temporaires quand ils doivent faire face à des pics d’activité. On sait par contre qu’encourager la modulation des horaires de travail dégraderait un peu plus les conditions de vie et de travail des salariés, accroîtrait les risques d’accident ou de burn out, et désynchroniserait davantage les temps de la vie familiale et sociale.

Privilégier la négociation d’entreprise altère le pouvoir de négociation des salariés

Les possibilités nouvelles données aux directions pour négocier les modalités d’organisation du temps de travail de leurs salariés sont enfin légitimées par le fait que ces dérogations à la loi seront subordonnées à la signature d’accords majoritaires avec les organisations syndicales. Une fois de plus, la volonté affichée est de privilégier l’accord collectif d’entreprise aux dépens des autres sources du droit (loi, convention collective de branche), au motif qu’elle permettrait de produire des règles plus légitimes et plus efficaces. Mais c’est là encore une vision totalement décalée d’avec ce qu’on connaît des pratiques réelles du « dialogue social » en France. Dans les grandes entreprises, la négociation est totalement déconnectée des lieux où se prennent concrètement les décisions économiques, et les représentants syndicaux se retrouvent souvent soumis à un chantage à l’emploi. Leurs marges de manœuvre sont donc très étroites, et la négociation ne devient de ce fait qu’un moyen de revoir à la baisse les droits des salariés. Dans les établissements de petite taille, dépourvus de présence syndicale, les négociations collectives restent quant à elles très limitées et encore plus déséquilibrées. Miser sur le principe d’accords majoritaires ne changera donc rien pour la masse des salariés dont les droits élémentaires ne sont déjà pas respectés – travailleurs sans papiers, travailleurs détachés, travailleurs des TPE –. Et cela ne pourra que tirer davantage vers le bas la situation de l’ensemble des travailleurs.

L’avenir du travail et la santé économique du pays méritent un bon code

Enfin, en désignant le code du travail comme responsable de la crise de l’emploi, on dissimule ses vraies causes  – effacement des frontières du commerce, révolution informatique, dictature des marchés financiers, entreprises sous-traitantes asphyxiées par leurs donneurs d’ordre, difficultés d’accès au crédit, contraction de la demande des ménages et des investissements publics – celles qui minent les bases économiques et territoriales de l’Etat social, et qui instaurent une concurrence entre les travailleurs du monde entier.

Il est donc plus que temps de faire le bilan de trente ans d’échec de « réformes » néolibérales, dont celles du marché du travail, et de prendre une tout autre direction que celle prévue dans ce projet de loi. La situation du travail et de l’emploi en France ne pâtit pas d’un trop-plein de protections garanties aux salariés. Elle nécessite au contraire leur renforcement. C’est la condition nécessaire pour une amélioration de la qualité des emplois mais aussi du travail des salariés, tant du point de vue de ses conditions que de son efficacité. Plus que les entreprises, ce sont les salariés qui ont aujourd’hui besoin d’être sécurisés. Et sur ce point, le projet de loi El Kohmri ne dit pas grand chose, en dehors de quelques mesures symboliques (CPA) dont le contenu n’est clairement pas à la hauteur des enjeux.

Au-delà du débat technique sur les effets de la réforme envisagée par le gouvernement sur le chômage et la compétitivité des entreprises, ce projet de loi pose donc la question du modèle de société souhaité. Car n’ayons pas peur des mots : ce texte est une provocation. Il organise une mise sous pression généralisée des travailleurs de ce pays, pour tenter d’imposer une gigantesque « délocalisation sur place » des conditions de travail et d’emploi imposées, depuis trop longtemps déjà, à la main-d’œuvre des pays à très faible protection sociale.

Liste des premiers signataires :

Paul Bouffartigue, Directeur de recherche CNRS en sociologie
Baptiste Giraud, maître de conférences en science politique
Frédéric Décosse, chargé de recherche CNRS en sociologie
Anne-Marie Arborio, maître de conférences en sociologie
Corine Eyraud, maître de conférences HDR en sociologie
Delphine Mercier, chargée de recherche CNRS en sociologie
Jacques Bouteiller, socio-économiste chercheur associé
Mustapha El-Miri, maître de conférences en sociologie
Claude Paraponaris, professeur des universités en sciences de gestion
Ingrid Tucci, chargée de recherche CNRS en sociologie
Cathel Kornig, sociologue, chercheur associée
Gwendoline Promsopha, maître de conférences en économie
Stéphanie Moullet, maître de conférences en économie
Vanessa Di Paola, maître de conférences en économie
Annie Lamanthe, professeur des universités en sociologie
Caroline Lanciano, ingénieure de recherche CNRS en sociologie
Antoine Vion, maitre de conférences en science politique
Martine Gadille, chargée de recherche CNRS en économie-gestion

Image en bandeau : manifestation à Bordeaux, 17 mars 2016, via la-croix.com.