La sociologie au Brésil : de l’institutionnalisation aux défis actuels

Dans les pays où l’on observe une résurgence des mouvements réactionnaires, il se trouve que la sociologie est très souvent visée. Dernier exemple en date : le Brésil. L’arrivée au pouvoir en novembre dernier de Jair Bolsonaro à la tête du pays fait planer une menace très palpable sur les conditions d’exercice du métier de sociologue. C’est ce que montrent Ana Paula Hey et Carlos Benedito Martins dans le texte qui suit. La publication de cette analyse est l’occasion pour nous de marquer le soutien de l’AFS aux collègues brésiliens.

Le Brésil est devenu une « vitrine » internationale du progressisme depuis 2002 après l’accession à la présidence de la République d’un ancien syndicaliste, membre du Parti des Travailleurs. Cette période a été caractérisée par une croissance économique stable, la mise en place de mesures politiques pour lutter contre la pauvreté et une amélioration des capacités du système d’éducation. Après une période marquée par la dictature militaire (1964-1985) et une re-démocratisation politique troublée ayant engendré un modèle économique aux visées contradictoires – i.e. permettant le développement de certains secteurs productifs et laissant à l’écart le reste de la société, particulièrement ceux qui se trouvent dans les classes les plus modestes –, la société civile a commencé à penser la société brésilienne en se référant à sa base sociale. Même si l’extrême pauvreté a reflué en partie et si l’on constate l’amélioration des indices internationaux de développement humain, la politique qui visait à améliorer le sort des plus pauvres ne s’est pas concrétisée et le niveau d’inégalités socio-économiques demeure l’un des plus importants dans la planète. Un aspect, toutefois, doit être souligné : l’importance donnée à l’éducation et à l’accès des populations les moins privilégiées et des minorités aux universités.

Cette contextualisation liminaire est nécessaire pour situer la condition d’exercice et le métier de sociologue au Brésil. Notre réflexion partira des aspects plus directement liés à la structure universitaire qui permettent la pratique professionnelle de la sociologie, structure qui a souffert des changements significatifs durant les vingt dernières années. Par ailleurs, l’immensité du pays est une donnée importante du problème, notamment lorsque l’on présente des chiffres relatifs à la sociologie : parmi les 207 millions d’habitants au Brésil, une infime partie est inscrite ou diplômée de l’enseignement supérieur[1], avec des profondes variations si l’on considère le type d’institution (université publique ou faculté privée), la distribution régionale (la région sud-est du pays concentrant les institutions les plus consacrées) et le parcours professionnel. Depuis le début des années 2000, on a connu un accroissement des politiques permettant l’accès à l’enseignement supérieur. Il en a résulté une augmentation inédite des inscriptions, passées de 2,7 millions en 2000 à 8,2 millions actuellement. Toutefois, ces politiques n’ont pas cassé la logique qui superpose le secteur privé au public, les institutions de masse aux universités d’excellence, l’enseignement généraliste et peu professionnalisé à la production de recherches scientifiques et appliquées, les filières prestigieuses à la formation pour le marché de travail fluide et informel. À ces clivages au sein du système, il faut ajouter des caractéristiques morphologiques aux sources de fragmentation, qu’elles mettent en jeu la classe sociale, la race et/ou le genre. Ces divisions sont autant d’indicateurs pour les recherches sociologiques, qui s’intéressent aux aspects les plus « naturalisés » de la structure sociale brésilienne jusqu’à présent, tels que les effets de la distribution inégale de la culture légitime dans la formation politique, les croyances religieuses, le marché du travail, la composition des professions, les différences de revenu et salaire, l’accès à des biens et services, ou encore les droits de citoyenneté.

De manière générale, la formation professionnelle nécessaire à la pratique de la sociologie (dans les universités ou les structures privées) s’effectue après avoir décroché une licence en sciences sociales. Elle s’obtient après 4 années d’étude et est proposée par des institutions de formation publiques et privées, ces dernières concentrant la minorité des inscriptions. Parmi les 29 000 étudiants inscrits dans cette filière, 76 % d’entre eux sont inscrits dans des institutions publiques et 61 % en cursus spécifiques afin de donner des cours au lycée. On constate une inversion de la logique qui caractérise le système universitaire du pays, étant donné que, en général, 75 % des inscriptions sont effectuées dans le système privé, ce qui a pour effet de renforcer la tendance des cursus scientifiques tournés vers la recherche académique à être surtout ancrés dans le secteur public. Cette division du travail de formation est également renforcée par le fait que le secteur privé ne s’intéresse pas aux formations visant la recherche, car celles-ci sont moins prisées par les jeunes et ont un coût élevé. Cette distribution oppose, par exemple, les cursus de droit, proposés à 90 % dans des institutions privées, aux sciences physiques, dispensées à 95 % dans les universités publiques. Il est encore important de souligner ici que la majorité des professionnels libéraux, ainsi que les membres des professions liées à l’économie de la création et aux médias, proviennent d’institutions privées, caractérisées par un ethos plus marqué par le modèle du self made man que par une appétence pour le travail dans le secteur public – avec des populations plus nécessiteuses, résidant dans les favelas et des zones géographiques éloignées des grands centres urbains. Le secteur privé est aussi attractif pour les grandes corporations transnationales d’enseignement, qui cherchent à trouver des niches dans le marché universitaire. Ainsi, on trouve d’un côté des étudiants issus de l’élite dans des cursus dirigés vers les segments les plus innovants et rémunérateurs du marché (les grandes entreprises et le commerce transnational, les organismes internationaux) et, de l’autre, l’immense proportion des inscrits qui fréquentent des cursus peu prestigieux et peu onéreux.

En ce qui concerne la sociologie académique, on constate en même temps qu’elle a vécu un moment d’expansion – passant de 29 à 54 cours postgraduates (masters ou doctorats) depuis 2000 – et un processus de renouvellement des cadres, qui s’est accompagné de la mise en place d’un nouveau profil de la carrière. Les cursus postgraduates comprennent les cours de mestrado (master), qui durent 2 ans, et ceux de doctorat, dont l’achèvement demande 4 ans d’étude. On compte aujourd’hui près de 4 000 étudiants inscrits dans ce cycle d’études en sociologie. Les formations postgraduates en sociologie existent dans tous les États de la Fédération et 85 % d’entre-elles se trouvent dans des universités publiques (les meilleures étant situées dans la région Sud-Est). La tendance actuelle est, d’une part, à l’intensification de la concurrence intra-nationale entre les départements (suite à la constitution d’index d’évaluation des formations et de production scientifique), et d’autre part, à la promotion de la dimension internationale des formations, qui pèse aussi dans cette compétition interne pour le prestige. Au fil des années 1970, la sociologie académique a décollé grâce à l’institutionnalisation de ces cycles d’études postgraduates, créés par des enseignants-chercheurs diplômés à l’étranger. Ces derniers ont à leur tour créé les cours nationaux qui composent, en grande partie, les curriculums actuels des universités. Ce modèle était soumis aux financements alloués, à l’origine, par des fondations internationales et, par la suite, des agences de soutien nationales et régionales. Ce système a connu des hauts et des bas, le financement à la formation à la recherche étant le point névralgique des politiques pour la science nationale Il y a eu, pendant les années 1990, une forte augmentation des incitations financières aux institutions de formation de nouveaux chercheurs, accompagnée de l’imposition du nombre de places et du nombre de nouvelles formations. Si la sociologie a pu devenir une « vitrine » dans le champ académique du milieu des années 2000 jusqu’à 2015, c’est grâce ä l’augmentation importante du financement de la recherche dans la période, qu’attestent l’accroissement du nombre de bourses d’études dans le pays (bourses d’études pour réaliser la formation à l’étranger et pour les doutorados sanduíches [« doctorats-sandwiches »], ces formations de doctorat qui prévoient un séjour de recherche à l’étranger), le développement de soutiens financiers à la circulation des membres de la communauté académique brésilienne (chercheurs et professeurs invités à l’étranger) ou encore le soutien à l’invitation de professeurs étrangers au Brésil.

Aujourd’hui, la sociologie académique s’organise selon une configuration où la hiérarchisation des départements selon leur prestige est indexée largement sur l’insertion internationale de ses chercheurs dans des réseaux de recherche, leur poids dans la détermination des agendas et la direction de la production scientifique, ainsi que le degré d’accès aux financements nationaux et étrangers.

Suite à l’élection en novembre 2018 d’un gouvernement ancré dans des courants politiques extrêmement conservateurs, réactionnaires et de droite, dont le programme moral dirige l’agenda politique et socio-économique du pays, la sociologie est devenue une discipline à abattre. Cela va de l’exclusion de l’enseignement de la discipline du programme des lycées brésiliens jusqu’au contrôle, par des groupes rétrogrades, du contenu des cours donnés à l’université, suspectés de favoriser un endoctrinement politique ou l’instillation d’un « marxisme culturel ». En matière de recherche académique, on observe un processus de délégitimation de la sociologie comme science. Cette dépréciation est due au poids croissant des nouveaux intellectuels de droite qui ont investi le terrain des médias traditionnels et des réseaux sociaux, mais également à l´affaiblissement de l’influence des sciences humaines et sociales dans les politiques scientifiques et dans le financement des recherches. Il est très probable que ce scenario se maintienne dans les prochaines années.

La réduction du budget destiné à la recherche, qui s’opère graduellement depuis l’impeachment de la présidente Dilma Rousseff, en 2016, devrait avoir des conséquences dans l’organisation des cours postgraduates à court et moyen terme, soit dans le recrutement des étudiants (selon la disponibilité des bourses d’études pour développer des recherches), soit dans la production des recherches et de la mobilité internationale des chercheurs. S’agissant de la nouvelle économie de la recherche académique qui devrait accompagner ce scenario, on peut déjà prévoir la dépendance financière de la recherche sociologique aux fondations privées, aux organismes internationaux et aux think tanks. Cela ne pourra que renforcer un contexte de dépendance nationale aux agendas de recherches internationaux, et diminuer d’autant plus l’autonomie relative de la recherche scientifique brésilienne et la capacité de faire émerger de nouveaux horizons de recherche.

En ce qui concerne les politiques universitaires et scientifiques, la nomination de militaires ou d’anciens élèves des établissements militaires dans les ministères et la haute bureaucratie étatique représente un pas en arrière par rapport aux orientations qui prévalaient, surtout celles qui privilégiaient l’augmentation des inscriptions à l’université et la réduction des inégalités d’accès (sociales, genrées, raciales) aux études supérieures. L’incidence du nouveau contexte politique brésilien devrait se matérialiser également à travers l’intervention dans le choix des recteurs, la suppression de postes de professeurs et de chercheurs au sein de l’université publique, la censure des mouvements étudiants et syndicaux, la destruction progressive des incitations et des politiques d’affirmative action, l’encouragement des politiques d’évaluation externe des institutions, des chercheurs et de la production scientifique (via des entreprises internationales d’évaluation de performance), des attaques contre l’autonomie académique et la gestion des institutions par une « judiciarisation » des processus courants du quotidien universitaire.

Malgré ces menaces, la sociologie au Brésil connaît un fort dynamisme. La Société Brésilienne de Sociologie (SBS) continue d’intégrer des chercheurs et de coordonner la production scientifique de la discipline. Quarante groupes de recherche se partagent une diversité de thèmes et problèmes, ayant trait à la réalité brésilienne mais aussi à tout ce qui intéresse la sociologie à l’échelle internationale. Au-delà de cette conjoncture politique et sociale troublante, la SBS souhaite renforcer ses liens avec des associations similaires ce qui permettra d’intensifier les échanges scientifiques et d’enrichir le réseau mondial de la sociologie.

Ana Paula Hey, Professeur de Sociologie à l’Université de São Paulo

Carlos Benedito Martins, Professeur de Sociologie à l’Université de Brasília, Président de la Société Brésilienne de Sociologie (SBS)

 

Image en bandeau :


[1]  Aujourd’hui, moins de 20% des jeunes entre 18 et 24 ans sont inscrits dans une université.


Une réponse sur “La sociologie au Brésil : de l’institutionnalisation aux défis actuels”

  1. Excellente réflexion sur la situation actuelle. En fait, pour ce gouvernement la sociologie est devenue une discipline à abattre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.