La précarité dans l’université italienne : mise en perspective depuis la sociologie économique

Comme nous le prouve quotidiennement la pratique sociologique, la comparaison et la mise en relation sont des sources majeures, voire les principales sources, d’intelligibilité. Aussi, afin de susciter des réflexions sur l’espace sociologique français « par la bande », nous avons décidé d’ouvrir régulièrement les colonnes du carnet de l’AFS à des témoignages de sociologues évoluant hors des frontières françaises. Ces « cartes postales » sociologiques, relativement libres dans leur format et leur objet, auront pour double objectif de présenter un arpent peu ou mal connu de la réalité de la pratique sociologique dans les contextes non français et d’éclairer en creux certaines logiques qui informent la structuration et le fonctionnement de l’espace de la sociologie française. En guise de première contribution, des collègues italien·ne·s nous proposent une analyse édifiante du fonctionnement de l’université et de la recherche dans leur pays, publiée simultanément sur le blog de l’association italienne de sociologie économique. C’est peu dire que la situation est alarmante et révèle la vulnérabilité professionnelle des chercheuses et chercheurs de l’autre côté des Alpes.

L’université publique italienne est dans une situation difficile. En raison de problèmes structurels et des réformes récentes – qui ont aggravé la situation au lieu de la transformer –, le système universitaire italien est aujourd’hui sous-financé. Il accuse en plus des déséquilibres inquiétants par rapport à sa composition interne et sa dimension territoriale.

Dans l’ensemble, le système universitaire italien a perdu presque un cinquième de ses membres au cours des dix dernières années : on observe une baisse de 20 % des effectifs des étudiants, des professeurs et des personnels administratifs, mais aussi une diminution des possibilités de carrières et de financement public. La réduction des financements est injustifiée et difficilement compréhensible pour un pays comme l’Italie, en dernière position parmi les pays OCDE du point de vue du nombre d’étudiants diplômés. Cette restructuration est directement liée à l’arrêt des embauches à l’université, qui a suivi la promulgation de la réforme Gelmini (loi 30 décembre 2010, n. 240). Cette loi a interdit le remplacement des professeurs ayant atteint l’âge de la retraite. Il en a résulté un affaiblissement du système et, en même temps, une limitation drastique des horizons professionnels de la génération de chercheuses et chercheurs formé·e·s au cours des dix dernières années. Après avoir terminé leur formation doctorale, ces jeunes chercheuses et chercheurs italien·ne·s font dès lors face à des obstacles presque insurmontables. Pour cette raison, elles et ils n’ont d’autres alternatives que de travailler dans la précarité, enchaînant des contrats de courte durée sans rattachement stable à une université, les figeant comme étudiant·e·s ou simplement comme collaboratrices et collaborateurs. Ce qui veut dire, entre autres choses, que ces personnes ont une reconnaissance quasi nulle de leurs droits sociaux – contributions aux caisses retraites, congés maladie, assurance de travail, congés payés ou encore assurance chômage. Cette situation s’est aggravée du fait de l’élimination de la position de « chercheur permanent ». Cette position qui ne s’accompagnait d’une obligation d’enseignement a été remplacée par deux positions temporaires : d’une part, celle de « lecteur A », avec un contrat de trois années qui peut être étendu à deux autres années ; d’autre part, celle de « lecteur B », avec un tenure-track de trois années à l’issue duquel il est possible, après une évaluation positive faite par un comité ad hoc choisi par le département et l’obtention de la qualification scientifique nationale, de devenir professeur associé permanent. Les deux positions – lecteurs A et B – comprennent des obligations d’enseignement.

Actuellement, les positions de lecteur B, pourvues des meilleures protections, représentent seulement 4,7 % des contrats permanents à l’université : la réglementation publique a, en fait, permis aux universités d’utiliser leurs ressources essentiellement pour la progression de la carrière de celles et ceux qui avaient déjà été embauché·e·s au titre de permanent·e·s, en les promouvant au rang de professeur·e·s associé·e·s. Selon une estimation prudentielle du Coordinamento Ricercatrici e Ricercatori Universitari (CRNSU), pour chaque nouvelle embauche durant les années 2011-2016, il y a eu cinq progressions de carrière pour les permanent·e·s. Le manque de nouvelles embauches en faveur des promotions « internes » a impliqué un des pires ratios étudiants/professeurs parmi les pays européens : il y avait ainsi un·e professeur·e par 28 étudiant·e·s en 2008-2009, alors que pendant l’année académique 2017-2018, le ratio est de 1 par 33 (source : élaborations des auteurs sur données du Ministero dell’Istruzione dell’Università e della Ricerca [MIUR]).

Parallèlement, afin d’assurer le fonctionnement du système, le précariat académique a proliféré, avec une multiplication de contrats temporaires et sous-payés, ces derniers s’ajoutant aux pratiques répandues du travail gratuit. Entre 2009 et 2016, le nombre de boursier·e·s précaires dans les universités italiennes a augmenté considérablement, passant de presque 40 000 précaires en 2009 à plus de 56 000 en 2016 (source : MIUR). Pour être précis, aujourd’hui, presque la moitié du personnel académique est précaire avec de faibles possibilités de stabilisation. Selon les estimations de l’association italienne des doctorant·e·s (ADI), si les choses ne changent pas, 96,6 % des travailleuses et travailleurs précaires de l’université seront expulsé·e·s de l’université publique italienne, alors que seulement 3,4 % obtiendront une position permanente.

Cette situation, que l’on retrouve dans toutes les universités publiques, est particulièrement dramatique en Italie du Sud, puisque le nouveau mode du financement public des universités pénalise les universités localisées dans les régions où le revenu moyen est bas. Les universités du sud, en fait, sont devenues de plus en plus sous-financées parce que leurs étudiant·e·s sont plus pauvres (et par conséquent, paient moins de frais de scolarité), car ces établissements attirent principalement des étudiant·e·s provenant de familles à faible revenu, qui sont plus fréquentes au sud. En plus, le financement public pour les universités est distribué, entre autres paramètres, proportionnellement aux frais payés par les étudiant·e·s. Cette situation contribue à la migration des étudiant·e·s mieux doté·e·s vers les universités du nord ; en outre, elle force celles et ceux qui ont des ambitions professionnelles à délaisser les universités du sud et, ainsi, elle vide d’énergies et de ressources des régions qui auraient pu bénéficier du développement des pôles universitaires locaux.

En se concentrant sur le secteur de la sociologie économique, il est relativement facile de savoir combien de membres du personnel académique dépendent des universités, mais il est plus compliqué d’avoir une appréciation claire du nombre de chercheuses et chercheurs précaires, qui ont différents statuts dans les universités, à cause de l’instabilité de la carrière et de la discontinuité des contrats. En 2015, les travailleuses et travailleurs précaires spécialisé·e·s en sociologie économique ont formé un groupe informel de discussion, « SENSO », qui est aussi ouvert aux disciplines connexes.

Après un attentif débat interne, le groupe a décidé de participer à la constitution de la nouvelle association italienne de sociologie économique (SISEC) en y adhérant en 2017. Cette décision a constitué un processus intéressant et innovateur : d’abord parce que SENSO a une représentation officielle au sein du comité de direction de la SISEC (composé par un travailleur précaire et un lecteur A), mais surtout parce que SENSO élit de manière indépendante ses deux membres présents au comité de direction (composé de 11 membres au total), qui ont le même droit de vote des travailleuses et travailleurs permanent·e·s de la SISEC. De notre point de vue, cette reconnaissance est une bonne pratique de changement, d’ouverture et de démocratisation de la vie scientifique et académique dans le cadre de la sociologie économique. De notre point de vue, les résultats sont nettement positifs, notamment en ce qui concerne le nombre croissant de membres non permanents en SISEC et leur contribution actives aux conférences.

Mais la participation des sociologues précaires à la SISEC est aussi un moyen de recenser nous-mêmes les chercheuses et chercheurs précaires et d’évaluer le rôle du précariat dans notre discipline. Le nombre des inscriptions à la SISEC est probablement la meilleure approximation pour juger combien de personnels temporaires sont actifs dans le cadre de la sociologie économique italienne. En 2018, la SISEC regroupe 252 membres en total, 129 d’entre elles et eux sont titulaires de postes académiques permanents, alors que 31 sont lecteurs A et 92 occupent des positions de travailleurs précaires, comme boursiers, collaborateurs et doctorants. Dans l’ensemble, ces personnes précaires composent presque la moitié des membres de la SISEC, en tenant compte des différences en termes d’âge et d’expériences de recherche. Si ce nombre est indicatif de la vitalité et de l’attractivité de la sociologie économique à l’égard des jeunes sociologues, il est aussi un signe de la difficulté de se stabiliser professionnellement, commune à toutes les disciplines scientifiques. La difficulté réside particulièrement dans la stabilisation des chercheuses et chercheurs précaires les plus avancé·e·s et expérimenté·e·s du point de vue scientifique.

En conclusion, le problème de la recherche précarisée et du recrutement dans la sociologie italienne et, plus spécifiquement, dans la sociologie économique, est la conséquence de dysfonctionnements endémiques de l’université italienne qui ne peuvent être résolus qu’en rénovant le rôle et l’engagement du financement public pour l’université et la recherche. Cela est nécessaire en raison des répercussions économiques et sociales que l’éducation peut avoir pour les régions du pays où les universités sont situées et, plus généralement,  pour préserver le niveau de formation de la population italienne.

Davide Arcidiacono, Università Cattolica Sacro Cuore di Milano

Joselle Dagnes, Università degli Studi di Torino

Lara Maestripieri, Autonomous University of Barcelona

Antonello Podda, Università degli studi di Cagliari

Image en bandeau : « Il grande volo sul Verano » o « Eufonia », par Simone Tagliaferri, 2014, via Flickr.


Precarity within italian universities: perspectives from the situation in economic sociology

The Italian public university is in difficult conditions. Following long-term structural problems and recent reforms which have worsen the situation instead of changing it, the Italian academic system is at the present moment under-financed. It also shows worrying imbalances, both due to its internal composition both in relations with its territorial dimension.

Overall, in the last 10 years the entire Italian academic system has lost about one fifth of its members: there has been a loss of about 20% compared to years 2000s of enrolled students, teaching and managing staff, in the number of available degrees and in the amount of given resources as public funding. Cuts seem unjustified and hardly comprehensible in a country as Italy which is at the last positions in OCSE ranking for numbers of newly degreed. This reshaping is directly linked with the ban of hiring which has occurred after the coming into force of Gelmini reform (legge 30 dicembre 2010, n. 240). The law has impeded to substitute professors arrived at pension age, determining an overall weakening of the system and at the same time frustrating the legitimate working expectations of the generation of researchers trained in the last ten years. Once finished doctoral training, early career scholars have to confront with entrance barriers almost impenetrable. For this reason, they have no alternative other than working as precarious with short-term contracts that do not identify them as university employees, but as students or simple external collaborators. This means, among other things, a poor or null recognition of basic rights like pension contributions, sick leave, work insurance, paid vacation, unemployment benefits. This situation has been worsened by the elimination of the previous position of permanent researcher. This position (which had no obligation in teaching) has been substitute by two fixed-term positions: the A-Lecturer, which foresees a contract of three years, eventually extendable for two years; the B-Lecturer, with a tenure track of three years at the end of which it is possible, after a positive evaluation done by an ad-hoc committee appointed by the department and the attainment of the “National Scientific Qualification”, become a permanent associate professor. Both have obligation of teaching.

At the current state, positions as B-Lecturer, which are also those who grant the highest protections, represents only the 4,7% of the total dependent contracts in academia: the public regulation has, in fact, allowed universities to invest first resources for the career advancements of those who have already been hired as permanent researchers (namely promoting the permanent researchers in associate professors). In base of a prudential estimation of Coordinamento Ricercatrici e Ricercatori Universitari, for each new hiring of an early career scholar in years 2011-2016, there have been 5 career progressions among permanent researchers. The lack of new recruitment in favour of “internal” promotions has implied one of the worst rate students / professors among European countries: it has one professor every 28 students in 2008-2009, in the academic year 2017-2018 it is one professor every 33 students (source: own elaboration on MIUR data).

Conversely, to ensure the endurance of the system, the academic precariat has proliferated, with a multiplication of fixed-term and under-paid contracts, with normal practices of unpaid work. Between 2009 and 2016, the number of precarious fellows in Italian academia has in fact grown consistently, passing from about 40.000 in 2009 to over 56.000 in 2016 (source: MIUR). To be explicit, currently about a half of the entire population of academic staff is precarious and with scarce possibility of stabilization. In the opinion of the Italian PhD Association (ADI), if the things don’t change 96,6% of current precarious workers is going to be expelled from the public Italian universities, while only 3,4% will obtain a permanent position.

This situation, which is similar in all the public universities, has dramatic tones in Southern Italy, given that the new public funding penalises universities located in low-income areas. Southern universities, in fact, are becoming increasingly underfunded because their earnings resulting from students’ fees are lower, since they attract students from low-income families, more numerous in the South. Furthermore, public funds for universities are distributed, among other parameters, as proportional to tuition fees. This situation nourishes the migration of students with higher economic resources to Northern universities, it forces those who have career ambition to leave the universities in which they have been educated and, in this way, it drains energies and resources from areas which could have a great benefit from the developing of local universities poles.

Focusing in particular on economic sociology sector, if it is relatively easy to know how many academics are dependently employed in this field because they work in universities, on the contrary it is harder to have a clear outlook on the number of precarious researchers which collaborate with universities at different statuses, given the instability in careers and the discontinuity in the contracts. In 2015, precarious workers of economic sociology have started an informal discussion group, called SENSO – which is also open to all precarious workers of adjacent areas.

Following an attentive internal debate, the group has decided to participate to the constituency of the newly born Italian Society of Economic Sociology – SISEC (http://www.sisec.it/senso/), adhering to SISEC in 2017. This has constituted for sure an interesting and innovative process in the Italian landscape, firstly because the SENSO group has an official representation in the board of SISEC (composed by one precarious work and one A-Lecturers), but above all because it elects two members of the board (out of 11 members). All members who are not permanent workers nor tenure-track has the same voting right of permanent workers in SISEC. This acknowledgment seemed to us a good example of change, openness and democratization of scientific and academic life in Economic Sociology. In our opinion, the results are clearly positive, above all in the growing number of non-permanent SISEC members and in their active contribution to the conferences.

But the participation of precarious economic sociology to SISEC is also a way to count us as precarious researchers and to assess the role of precariat in our field. The number of inscriptions to SISEC is most probably the best reference to be used as proxy for the number of non-permanent workers in Italian economic sociology. In 2018, SISEC has 252 members in total, among which 129 are permanent staff in academia while the remaining 123 are: 31 A-Lecturers and 92 other precarious workers, as fellows, grantees, contractors and PhD students. As a whole, precarious researchers are almost half of the SISEC members, keeping in mind the relative differences in terms of age and research experience among their numbers. If this number is indicative of vitality and attractiveness of economic sociology towards the youngest scholars, from the other side it is also a synonymous of a difficulty, which is common to all scientific fields as we have already seen. The difficulty lies in absorbing and stabilizing those precarious workers who are more mature and educated from the scientific point of view.

Finally, we can affirm that the problems of precarious investigation and recruitment in Italian sociology and, more specifically in Economic sociology, are the consequence of the systemic problems in which the Italian academia lies in its entirety and which can only be solved by renovating the role and the engagement of the public funding in universities and researches. This has to be done for the scientific and economic repercussions that education can have on the localities in which the university are located, but also for the cultural consequences in the wider social system of Italy.


Une pensée sur “La précarité dans l’université italienne : mise en perspective depuis la sociologie économique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.