Compte rendu du colloque « Religions et classes sociales », 5-6 février 2018, Paris

Innovons sur le carnet de l’AFS : voici donc une nouvelle rubrique, « Retours de colloque », dont le propos est de publier des comptes rendus de colloques et de journées d’étude soutenus par l’association. C’est l’occasion de mettre en partage et en circulation des échanges et des résultats scientifiques. Le carnet est ouvert à toutes les idées pour enrichir cette rubrique. À vos claviers !

Ce colloque est né de la conviction que le renouvellement des approches sur les classes sociales peut contribuer à améliorer notre compréhension des phénomènes religieux, tout comme le religieux est susceptible de constituer une perspective heuristique dans l’analyse de la stratification sociale. En dehors du champ des sciences sociales du religieux, la recherche sur les classes sociales est en effet en plein essor, mais elle tend à passer sous silence les pratiques religieuses. Il a donc paru pertinent de réexaminer la question classique du rapport entre religion et classe à la lumière de ces travaux actuels. Une telle perspective a pu être mise en œuvre grâce à la coopération de deux réseaux thématiques de l’AFS, les RT 5 (« Classes, inégalités, fragmentations ») et 43 (« Sociologie et religions ») représentés respectivement au sein du comité d’organisation par Ana Perrin-Heredia (CNRS, CURAPP) et Yannick Fer (CNRS, CMH). Ce comité comprenait également Anthony Favier (LAHRA, Lyon 2) et Juliette Galonnier (INED).

Traditionnellement organisé en février par l’Association française de sciences sociales des religions (AFSR), le colloque a pris en 2018 une dimension particulière avec le soutien de l’AFS, de l’Agence universitaire de la francophonie (qui a permis de financer la participation de deux collègues africains) et de nombreuses institutions ou réseaux de recherche[1], marquant ainsi une ouverture vers la sociologie générale.

 

Les enregistrements audio d’une grande partie des interventions sont accessibles sur les sites suivants : AFSR, Agenda pour une sociologie critique des religions (ACSREL), RT Sociologie & Religions.

La première journée s’est ouverte par une intervention de Heinrich Schäfer, professeur de sociologie à l’université de Bielefeld, qui développe depuis 35 ans un travail empirique, méthodologique et théorique visant à rendre compte – notamment par des outils d’analyse quantitative – des relations entre pratiques religieuses et classes sociales à partir des travaux de Pierre Bourdieu. Ce modèle intègre trois dimensions : les effets de dispositions religieuses et non-religieuses sur l’expérience cognitive d’agents socialement situés ; l’influence de la différenciation et de la stratification de classe ; l’application de la notion de champ au terrain religieux.

La seconde session comprenait trois interventions sur le thème « Religion populaire et appropriation de classe ». Maureen Burnot (docteure en anthropologie, ATER à l’Université Lumière Lyon 2) a présenté les représentations, caractéristiques et enjeux du catholicisme populaire en Argentine à travers les cultes de deux « saints » non reconnus par l’Église catholique mais vénérés par des milliers de croyants : le Gaucho Gil et San la Muerte. Les dévotions dont ils font l’objet cristallisent des oppositions internes qui séparent les classes possédantes et les classes pauvres, ce clivage, hérité du rapport colon/colonisé, en recouvrant d’autres : celui de Buenos Aires et des provinces de l’intérieur du pays, ou celui des oppositions de couleur. Samuel Dolbeau (étudiant en année de préparation doctorale en sociologie, CéSor, EHESS), s’est intéressé quant à lui à la communauté catholique charismatique de l’Emmanuel, avec une attention particulière portée à la manière dont celle-ci a investi Paray-le-Monial : cette petite ville de Bourgogne est à la fois le lieu de réactivation périodique d’un entre soi communautaire, marqué par une surreprésentation des classes bourgeoises, et un lieu profondément ancré dans une histoire et une tradition de la piété populaire française. Enfin, Bruna Ribeiro a pris pour terrain d’étude les évolutions perceptibles dans la manière dont le Secours catholique s’est saisi de la question des inégalités sociales depuis sa création en 1946, notamment sous l’influence de la théologie de la libération et d’autres modes de compréhension des « causes de la pauvreté ».

La troisième session, intitulée « Religions et distinctions de classe », a rassemblé trois communications analysant les relations entre classes sociales et islam en Côte d’Ivoire et en France. Mahamet Timera (professeur de sociologie à Paris 7) en était le discutant. A partir d’une analyse des fonctions sociales de la pratique religieuse chez de jeunes musulmanes pratiquantes, la communication de Julien Beaugé (maître de conférences en science politique à l’Université Picardie Jules Verne) a montré comment les usages sociaux de la religion (revendiquée comme) « authentique » témoignent à la fois de la lutte des classes qui se joue localement au sein des « communautés musulmanes » et de la fonction que remplit la religion de dénégation de la différenciation des musulmans en classes et fractions de classes ayant des pratiques et des intérêts différents et potentiellement contradictoires. Hicham Benaissa (doctorant en sociologie au GSRL) a ensuite présenté ses recherches sur les entrepreneurs musulmans en France, en mettant en évidence un rapport renouvelé au religieux, élaboré par une classe sociale en ascension, tout en soulignant la manière dont les besoins religieux de ses enquêtés varient selon notamment leur plus ou moins grande possession de capital culturel et/ou selon le statut économique de leurs entreprises. Enfin, Drissa Kone (enseignant-chercheur en histoire à l’université Félix Houphouët-Boigny) s’est penché sur l’histoire de la Communauté musulmane de la Riviera, née dans le quartier huppé de Cocody à Abidjan, qui a été le vecteur d’une réappropriation et d’une re-légitimation de l’islam – associé aux classes sociales populaires et « peu évoluées » – par les classes sociales supérieures, favorisant ainsi l’émergence d’une nouvelle élite musulmane.

La dernière session de cette première journée portait sur les enjeux des coprésences religieuses et les rapports sociaux de domination qui y sont associés, à partir de deux enquêtes, historique et anthropologique. Stéphanie Maffre (enseignante à l’Espé de Toulouse et doctorante au GSRL) a présenté un travail de déconstruction du « paradoxe » politico-religieux mazamétain qui énonce comme une évidence, depuis le 19ème siècle, que « les ouvriers catholiques votaient à droite, et les patrons protestants votaient à gauche ». Elle a montré l’évolution des interactions locales entre religion et classes sociales et la nécessité de réfléchir aux rapports du religieux, du social et du politique sans produire d’anachronismes et en tenant compte des jeux d’échelles sur un temps relativement long. Detelina Tocheva (chargée de recherche au CNRS, GSRL) a quant à elle analysé les différents cadres de la coexistence religieuse entre chrétiens orthodoxes (majoritaires) et musulmans sunnites (minoritaires) en milieu rural et semi-urbain dans la région des Rhodopes centrales (Bulgarie), afin de mettre en évidence les entrecroisements entre appartenances religieuses et inégalités socioéconomiques. Anthony Favier était le discutant de cette session.

La seconde journée de ce colloque a débuté par une session sur « les espaces de l’entre-soi religieux », qui comptait deux communications. A partir d’enquêtes de terrain sur les pratiques résidentielles et les styles de vie des classes supérieures dans deux communes privilégiées de la banlieue parisienne, Lorraine Bozouls (doctorante en sociologie à Sciences Po et à Milano-Bicocca) a montré comment l’appartenance à la communauté catholique contribue à construire et renforcer une appartenance de classe, à travers les liens de sociabilité et l’ancrage local, et par le biais d’un ensemble de dispositions communes. La géographe Lucine Endelstein (chargée de recherche CNRS au LISST) a ensuite présenté les contours et les enjeux de la diffusion socio-spatiale du mouvement juif ultra-orthodoxe Loubavitch, des quartiers populaires de Paris et banlieue où il s’est d’abord implanté jusqu’aux « beaux quartiers » de l’Ouest parisien où l’on observe quelques inflexions significatives pouvant laisser envisager l’élaboration progressive d’une « ultra-orthodoxie » soft adaptée aux attentes des classes sociales supérieures.

La session suivante, intitulée « Qui bricole ? », visait à réfléchir aux logiques sociales des pratiques contemporaines « bricolées », c’est-à-dire façonnées à partir de différents registres religieux et à distance des institutions traditionnellement en charge de l’authenticité des contenus de croyances, pratiques qui ont fréquemment été décrites sous l’angle d’une « individualisation » du religieux laissant peu de place à l’analyse des déterminations sociales. Après avoir rappelé ses précédentes recherches sur bricolage et exotisme religieux, Véronique Altglas (Lecturer in Sociology à la Queen’s University Belfast) a présenté un travail ethnographique sur une congrégation de « juifs messianiques » en Irlande du Nord, qui permet de souligner que le bricolage n’est pas l’apanage d’une classe moyenne en quête de bien-être, mais s’observe également au sein de populations peu prospères et peu cosmopolites. Géraldine Mossière (professeure agrégée en anthropologie à l’Université de Montréal) a quant à elle développé une approche transversale centrée sur le souci de guérison, qui invite à nuancer la pertinence de la théorie wébérienne des affinités électives pour saisir quelques éléments d’une dialectique entre le religieux et les catégories sociales : notamment à travers une volonté, commune à un ensemble de comportements religieux contemporains, de réhabilitation ou de distinction visant à acquérir légitimité et reconnaissance sociale. Juliette Galonnnier était la discutante de cette session.

La septième session du colloque, commentée par Jules Naudet (chargé de recherche CNRS au CEIAS), s’intéressait aux rapports entre religions et mobilités sous l’angle des carrières : carrières militantes dans le cas du mouvement Gülen étudié par Gabrielle Angey ; et carrières professionnelles à travers l’étude du rapport à la religion en milieu officier, par Christel Coton. L’analyse de G. Angey (professeure assistante à l’université de Graz) s’intéresse aux différents types de capitaux impliqués dans l’orientation des militants du mouvement musulman Gülen et à la manière dont la transnationalisation d’un mouvement, et donc l’expatriation de ses militants, influence leur position sociale dans les pays d’accueil, mais aussi dans l’espace de positions sociales propre à l’institution religieuse. La communication de C. Coton (maîtresse de conférences en sociologie à Paris 1) a montré la place et les fonctions que peut occuper le religieux dans l’édification et l’entretien des frontières sociales et symboliques qui différencient, au sein du corps des officiers, les héritiers (le plus souvent de culture catholique traditionnelle) des cadres issus du rang, qui doivent composer avec des attendus professionnels, culturels et religieux qu’ils n’ont pas eu l’occasion de forger et d’incorporer dans leurs sociabilités primaires.

La dernière session était intitulée « Religions et rapports de classe » et abordait plus particulièrement le terrain pentecôtiste, en Afrique et en Amérique latine. Elle était commentée par Sébastien Fath (chargé de recherche CNRS au GSRL). Edmond Mballa Elanga (enseignant-chercheur en sociologie à l’Université de Douala au Cameroun) s’est attaché à déconstruire les associations supposées entre classes sociales défavorisées et pentecôtisme d’une part, classes sociales supérieures et catholicisme ou protestantisme classiques d’autre part, dans le contexte camerounais. Il est également revenu, pour la remettre en question, sur la thèse des « racines noires du pentecôtisme » qui conduit à essentialiser le rapport des Africains à la religion à travers une série de stéréotypes ne rendant pas compte de la complexité contemporaine des pratiques religieuses en Afrique. Enfin, Thierry Maire (doctorant en sociologie au CMH, EHESS) a présenté ses recherches sur la théologie de la prospérité au Guatemala et les différents publics auxquels s’adressent par ce biais les églises néopentecôtistes, en particulier les classes moyennes, dans un contexte de concurrence religieuse.

Pierre Lassave (directeur de recherche CNRS émérite au Césor) a conclu ces deux journées de colloque, autour de quatre points principaux. Il a d’abord rappelé l’antagonisme de principe entre religion et classes sociales au sein des monothéismes, qui ont souvent opposé l’universel religieux aux distinctions de classes, pour les nier ou les subvertir (« les premiers seront les derniers »). Il a ensuite relevé trois points : la symbolique religieuse comme véhicule de différenciation sociale, au sein de groupes sociaux donnés ou entre groupes sociaux, mais moins souvent comme vecteur de mobilisation politique – en tout cas dans les communications du colloque ; la plasticité symbolique du référent religieux qui donne lieu à des transferts, des formes de syncrétisme, d’inversion en fonction notamment des positions sociales ; enfin la valeur ajoutée de la notion de « bricolage » en articulation avec la notion de champ qui peut conduire à une analyse plus statique de la variété des élaborations religieuses.

Anthony Favier, Yannick Fer, Juliette Galonnier et Ana Perrin-Heredia


[1] Cesor, CMH, CURAPP, GSRL, Labex IPOPS (INED), Programme PSL ACSREL et URMIS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.