Qui reste dans sa classe perd sa place ? Sociologie, médias et débat public

À la suite de l’aimable recension critique de mon article de la Revue du Crieur (« La sociologie est-elle encore un sport de combat ? ») ici faite par Maxime Quijoux, je souhaiterais ajouter quelques éléments à cet échange. Pas par désir de me défendre ou de défendre l’article, sur lequel chacun peut librement se faire une opinion, mais parce qu’il me semble qu’il amorce un débat intéressant, qui peut gagner à être public – et que l’article visait à soulever. La critique de M. Quijoux est d’autant plus bienvenue qu’il est bon d’avoir un peu de friction sur des questions qui ne sont pas consensuelles.

Il peut avant tout être utile de poser certaines limites à ce que M. Quijoux me prête comme thèses et opinions sur le champ de la sociologie française contemporaine. Comme il le rappelle lui-même, je ne suis pas sociologue et je ne me réclame donc pas d’un avis autorisé par ma propre expérience de professionnel du champ. Les différentes dimensions que je soulève ne sont ainsi (à l’exception de l’extrême fin de l’article) jamais exprimées en mon nom propre, mais au contraire toujours appuyées sur des citations au style direct, d’entretiens ou d’ouvrages. À titre d’exemple, ce n’est ainsi pas moi qui affirme qu’« il est ainsi de plus en plus difficile de trouver des sociologues capables de vulgariser en s’adaptant aux contraintes des médias, à la fois compétents dans le détail et capables de tenir une réflexion plus vaste », mais Guillaume Erner, ancien maître de conférences en sociologie, qui se trouve aujourd’hui précisément dans une position intéressante de passeur entre d’un côté l’espace universitaire en général, et sociologique en particulier, et de l’autre un public plus large par ses fonctions de producteur sur France Culture[1]. En d’autres termes, je voudrais simplement qu’on ne se méprenne pas sur ce qu’est cet article : pas un jugement définitif et autorisé sur le champ en lui-même[2], mais bien plutôt une enquête extérieure, à partir de sources (très) contradictoires, qui vise à rendre compte des dynamiques essentielles de ce champ dans une revue à large public, et à la perspective engagée assez claire.

Cela dit, il n’est pas question de se défiler face au problème que pointe M. Quijoux : effectivement, l’idée de l’article est bien venue du constat d’une certaine crise de la sociologie. C’est le point de départ de l’enquête. L’ayant bouclée, je peux récuser avec force le diagnostic de « déclinisme », car ce constat n’a jamais porté sur l’activité même du champ sociologique mais bien plus sur son interaction avec la sphère publique : il s’agissait donc de se demander ce qui, à l’intérieur du champ, pouvait expliquer cette interaction qui m’apparaît problématique. Il n’a jamais été question d’attaquer la qualité du travail des sociologues contemporains (et je cite d’ailleurs un certain nombre de travaux que je trouve remarquables) – qu’il serait par ailleurs assez bizarre de juger de l’extérieur, une science ayant son rythme et ses logiques propres, qui n’ont pas à être appréciés de manière normative. En revanche, l’idée est bien présente que cette activité scientifique ne passe pas, ou plus, ou moins, dans la sphère publique et dans le débat intellectuel large.

Studio, Maison de la Radio (crédits : Luc Boegly, via http://www.telerama.fr/sortir/portes-ouvertes-a-la-maison-de-la-radio-suivez-le-guide,119169.php)
Studio, Maison de la Radio (crédits : Luc Boegly, via http://www.telerama.fr/sortir/portes-ouvertes-a-la-maison-de-la-radio-suivez-le-guide,119169.php)

Là me semble être le centre du débat, et j’entends avec intérêt la position résolument optimiste de M. Quijoux, qui relativise toute idée d’âge d’or passé et se réjouit de la médiatisation contemporaine de leur activité par des sociologues qui « contribuent par leurs publications, leurs cours et leurs interventions dans de multiples espaces sociaux – dans les réunions politiques, associatives, syndicales, communales, scolaires, etc., mais aussi de plus en plus par les blogs ou les réseaux sociaux – à diffuser de manière beaucoup plus directe les savoirs produits par la sociologie, et ce par le simple fait de sa croissance numérique de ses membres et de ses spécialités dans la Cité ». Mais il y a une vraie divergence ici, puisque c’est sur une perspective plutôt inverse qu’est parti cet article. Peut-être s’agit-il d’un point de vue situé à l’intérieur d’une certaine « presse marquée peu ou prou à gauche » (ce qui est à vrai dire tout à fait l’identité de La Revue du Crieur), mais pas seulement, et tout cela ne sort pas de mon chapeau puisque je m’appuie encore sur des entretiens avec des sociologues ayant une certaine expérience de la chose et disposant d’un peu de recul temporel dans l’observation du dialogue entre la sociologie et les médias (Bernard Lahire ou Jean-Louis Fabiani par exemple, dans le cas présent). C’est donc un peu plus compliqué qu’une opposition entre des déclinistes extérieurs au champ, opposés à des sociologues conscients de la qualité de la diffusion contemporaine de leurs résultats – ne serait-ce que parce qu’il est loin d’y avoir un consensus optimiste dans le champ sur la question.

Mais pour cesser de raisonner sur des généralités, l’actualité vient fournir un exemple direct pour appuyer mon propos[3] : il se trouve que nous sommes en plein milieu d’un battage médiatique assez étonnant au sujet d’un essai de cette rentrée de janvier 2017, Penser dans un monde mauvais, de Geoffroy de Lagasnerie (publiés par les Presses universitaires de France). Ce dernier, dont le rapport à la sociologie est pour le moins compliqué, se voit ainsi invité dans la plupart des grands médias mainstream (Les Inrocks, Canal Plus, France inter, liste non exhaustive à l’heure où j’écris) sous des appellations diverses dont sociologue (au milieu de « philosophe », « penseur », « intellectuel »), et il y développe l’un de ses vieux thèmes de prédilection : la critique de l’Université en général et de la sociologie en particulier, et aboutit à des saillies pour le moins étonnantes et jamais contredites (« l’Université, c’est moi », France Inter, 10 janvier, 9h26), voire même recouvertes de louanges par les journalistes. Il n’est pas question de refaire le débat sur la qualité des ouvrages de G. de Lagasnerie, ni même sur son inscription ou non au sein de la sociologie – débat dont les listes de diffusion professionnelles (ASES, ANCMSP) montrent par ailleurs qu’il est plus ouvert qu’il n’y paraît. Il suffit de constater que ce dernier, bien que ses travaux soient fortement contestés[4], passe pour sociologue dans ces médias à large public, et même parfois pour le renouveau ou l’avenir de la sociologie critique. Et il se trouve régulièrement invité et consulté sur des thèmes où les spécialistes, ayant mené des recherches longues et fournies, ne manquent pourtant pas (au hasard, la question de l’institution judiciaire).

Une réponse possible est évidemment de disqualifier tout cela sous l’angle de l’erreur ou de l’incompétence journalistique, et de penser que l’histoire se vengera de ces errances à mesure que la connaissance continuera de progresser. Mais il me semble que cela équivaut à passer très rapidement sur un fait, qui saute pourtant aux yeux, au moins quand on se situe en dehors du champ (et c’est pour cela qu’il n’est peut-être pas idiot qu’un non-sociologue ait écrit cet article) : le fait est que cet auteur, comme un certain nombre de semblables[5], répond à un besoin journalistique et médiatique de la figure du sociologue[6]. À savoir celui de produire un discours si possible pertinent sur la société[7]. Cette attente suppose – et espère – la contribution d’un spécialiste ayant une certaine légitimité (au moins de surface), capable de parler précisément et de façon accessible d’un sujet qu’il maîtrise, tout en étant également assez agile pour s’en abstraire et proposer par extension un cadre global dans lequel inscrire les phénomènes qui suscitent l’interrogation et l’intérêt. Ce que ne sont pas la plupart des sociologues, souvent pour de très bonnes raisons par ailleurs (honnêteté scientifique, scrupules à s’avancer plus loin que sa compétence directe, etc.). D’où une place laissée vacante, et de fait ouverte à des acteurs médiatiques à la compétence plus problématique.

Chaise. Vide. Jardin du Luxembourg (crédits : Jacques Bousiquier, via http://www.imagesdubeaudumonde.com/2014/07/la-politique-de-la-chaise-vide-jardin-luxembourg-palais.html)
Chaise. Vide. Jardin du Luxembourg (crédits : Jacques Bousiquier, via http://www.imagesdubeaudumonde.com/2014/07/la-politique-de-la-chaise-vide-jardin-luxembourg-palais.html)

Une autre attitude possible face à ce qui peut paraître une méprise ou une incompréhension depuis le champ de la sociologie est celle de l’indifférence par rapport à des phénomènes médiatiques : après tout, ils ne sont pas à proprement parler une composante centrale du métier de l’enseignant-chercheur en sociologie, et on peut considérer qu’il n’y a pas à s’y adapter pour ne pas corrompre l’intégrité de la démarche scientifique. Néanmoins, et je me mouillerai un peu ici, cette position me semble réellement risquée. Tout d’abord parce que je maintiens que la difficile lisibilité du champ sociologique (et ses controverses innombrables, dont certaines sont rappelées dans l’article) en fait une proie facile, spécialement apte à la récupération politique vers une direction opposée. Mais aussi et surtout parce qu’il m’apparaît plus qu’imprudent de faire le pari de se désintéresser dès maintenant des médias de masse traditionnels – comme s’ils ne représentaient pas encore la source primordiale d’information et de politisation de la population – au prétexte d’un échec relatif à faire passer le message comme on l’entend. C’est là que l’exemple de Bourdieu reste particulièrement exploitable : si celui-ci dressait le constat d’un échec réel à faire passer ses analyses telles qu’il l’entendait, il reste malgré tout de ses efforts une imprégnation sur le long terme considérable du paysage politico-médiatique français – à tel point d’ailleurs que son nom et ses dérivés plus ou moins favorables (« bourdieusiens », « bourdivins », « bourdieuseries », etc.) sont devenus des champs de bataille réguliers. Ce à quoi ne sauraient prétendre les trois autres figures éminentes de la sociologie des années 1970 citées dans l’article (Raymond Boudon, Alain Touraine et Michel Crozier), qui n’ont jamais vraiment sauté ce pas. Que cette diffusion ne soit pas nécessairement l’objectif premier de la sociologie dite « critique » (qui ne représente d’ailleurs pas nécessairement un modèle indépassable) n’empêche pas qu’une certaine imprégnation des médias de masse et de la classe journalistique puisse être souhaitable. Peut-être cette sociologie y trouverait-elle un public indirect d’autant plus augmenté.

*

*               *

Il n’y a sans doute pas de recette miracle pour cela, même si certaines pistes sont lancées dans l’article par certains sociologues, afin de regagner en lisibilité sans perdre les apports incontestables de l’enquête de terrain. Cela pourrait éviter au passage de laisser la place vacante, avec les captations d’héritage intellectuel et de légitimité qui s’ensuivent, et dont on aurait tort à mon avis de penser qu’elles s’effaceront toutes seules : certains malentendus temporaires durent longtemps. Mais au fond, l’objection reste valable : peut-être l’idée que la sociologie a perdu en influence relève-t-elle dans une certaine mesure de l’illusion rétrospective[8]. Toutefois, celle-ci me semble alors largement partagée au moins au-delà des frontières du champ. Objectiver cette impression, en rappelant de manière claire l’histoire et les grandes dynamiques du champ pour les profanes, est une des choses que cet article visait à établir.

Alexandre Hagège

Image en bandeau : Image en bandeau : disques qui ne cessent pas de tourner. Source : disquaires.canalblog.com.


[1] Je ne reviens pas non plus sur les critiques faites à ma « thèse » à l’aune de rappels historiques – sur la verticalité des laboratoires de sociologie des années 1970 et 1980 notamment – qui sont déjà contenus et développés longuement dans l’article lui-même.

[2] Ce qui a déjà pu être fait par ailleurs par Didier Demazière (« Les règles de la production sociologique » SociologieS, 2012)  ou Stéphane Beaud (Stéphane Beaud, « La sociologie au milieu du gué », SociologieS, 2012), pour ne reprendre que les citations déjà présentes dans l’article.

[3] Cet exemple n’est d’ailleurs pas tout à fait étranger à la genèse de l’article.

[4] Vincent-Arnaud Chappe, Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin, « Le tribunal des flagrants délires “sociologiques” », Carnet Zilsel, 30 janvier 2016.

[5] Il n’est sans doute pas ici nécessaire de donner des noms, tout le monde voyant sans doute quels sont les sociologues « tout-terrain », aux travaux passés d’ailleurs parfois remarquables et aux positions actuelles souvent éminentes, qui sont aujourd’hui capables de s’exprimer à peu près sur tout à partir du souvenir de vagues compétences de première main.

[6] C’est là ce qu’exprimait la citation de G. Erner déjà citée, c’est aussi ce dont je peux témoigner personnellement, pour avoir travaillé fréquemment sur France Culture.

[7] Mais le phénomène évoqué montre que la pertinence est un critère au fond assez secondaire par rapport à l’existence, et à la capacité à être mobilisée rapidement, de ce discours.

[8] Celle-ci n’est d’ailleurs pas forcément propre à la sociologie, et les historiens ont longtemps eu à subir les interrogations sur l’identité du « nouveau Braudel ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *