Des sciences sociales sous surveillance. Récit d’une enquête sociologique interrompue par un juge d’instruction

Lorsque l’on met en exergue les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales face à la judiciarisation des rapports sociaux, il est souvent objecté que les cas posant problème sont finalement peu nombreux et peu représentatifs. C’était déjà systématiquement le cas il y a six ans dans les affaires recensées dans l’ouvrage Enquêter : de quel droit ? (2010). Ce fut encore récemment le cas lors d’une émission de radio au cours de laquelle Marwann Mohammed se trouvait bien seul, face à des interlocuteurs officiels, pour défendre l’enjeu de l’autonomie scientifique et soulever la question du secret des sources du sociologue – que la loi sur le renseignement pourrait affecter. La saisie par les autorités du matériel du travail sociologique n’est-elle qu’un cauchemar totalitaire à mille lieues des réalités françaises ? Dans ce témoignage édifiant recueilli par Sylvain Laurens, le chercheur Thierry Dominici revient sur son expérience douloureuse mais aussi sur l’isolement qui fut le sien suite à la saisie de l’ensemble de son travail de thèse à quelques mois de sa soutenance. Entre silences gênés des collègues et suspicion, ce qu’a traversé ce doctorant bordelais révèle un manque d’organisation et peut-être aussi de solidarité collective dans l’épreuve. Parce qu’il est question de garantir notre indépendance intellectuelle et notre autonomie de questionnement, il est sans doute temps d’approfondir ce dossier aujourd’hui brûlant.

De ce que j’en ai compris, alors que tu étais en train de rédiger ta thèse sur la violence nationaliste corse tu as vu tes enregistrements d’entretiens saisis par la justice ? Pourquoi ton travail intéressait-il subitement la justice ? Était-ce un éclair dans un ciel bleu ou avais-tu été contacté par les services de police ou de justice auparavant en raison de tes travaux ?

En fait, c’était en mars 2002, le jour où mon épouse passait le CAPES, j’étais dans la dernière année de ma thèse, placée sous la direction du professeur Daniel-Louis Seiler. A l’origine je faisais un travail en politique comparée et en sociologie intrinsèquement lié à l’analyse de la violence des groupuscules armés insulaires. Pour effectuer ce terrain j’avais choisi de réaliser des entretiens avec les membres de ces nébuleuses clandestines (j’ai rencontré 184 personnes au total) et de greffer ma méthodologie sur plusieurs modèles de compréhension de la violence, dont celui établi par Michel Wieviorka et son équipe du CADIS (notamment l’inversion du terrorisme). J’ai tenté également de mettre en place (aidé par un autre doctorant) une intervention sociologique auprès d’un groupe de dix personnes volontaires se revendiquant de l’Armata Corsa (l’Armée Corse). Je rappelle, pour mieux comprendre la situation politique de l’époque, que ce groupement armé est apparu sur l’échiquier politique après l’assassinat du Préfet Erignac. Celui-ci était le seul qui s’inscrivait en faux contre la logique de condamnation imaginée par le FLNC Canal Historique, c’est-à-dire la condamnation de l’acte mais pas des acteurs (jugés à la dérive ou en proie au brigadisme). Continuer la lecture de Des sciences sociales sous surveillance. Récit d’une enquête sociologique interrompue par un juge d’instruction

Les sciences humaines et sociales sur la sellette

Avec son accord, le Carnet de l’AFS reproduit un article que Michel Wieviorka vient de publier sur le site de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et dans le quotidien La Vanguardia.  

Si je devais proposer à Craig Calhoun d’ajouter un chapitre à notre récent Manifeste pour les sciences sociales, ce serait pour développer la réflexion sur un enjeu crucial : les risques, les dangers, les limites de la recherche dans nos disciplines.

La mort de Giulio Regeni est, hélas, un point de départ qui suscite beaucoup d’émotions au sein de la communauté scientifique. Ce doctorant menait une recherche sur le terrain, en Egypte, où il s’intéressait au syndicalisme indépendant. Il vient d’être retrouvé mort, tué après avoir été enlevé et torturé, sur un mode comparable à d’autres signalements en provenance d’Amnesty International.

Des chercheurs exposés

Il en est ici des sciences sociales comme du journalisme d’investigation, du « terrain » sociologique ou ethnologique comme du reportage de qualité : le chercheur pour produire des connaissances encourt des risques si la situation est dangereuse. Le danger peut provenir d’acteurs incontrôlés – organisations mafieuses, criminelles, trafiquants, bandes plus ou moins politisées faisant régner la violence, milices agissant en dehors de tout contrôle étatique, etc. L’Etat peut fonctionner sur le mode de la terreur – dictature, régime totalitaire ou autoritaire qui se débarrasse violemment de ses opposants, mais aussi de quiconque veut établir la vérité de ce qui se passe dans le pays concerné, et la faire connaître. Dans certains cas, ces deux logiques coexistent, et même s’épaulent mutuellement, la criminalité non étatique ayant appris à bien s’entendre avec le pouvoir d’Etat et le règne de la terreur.

Comment est mort Giulio Regeni ? Une campagne internationale exige une enquête indépendante, et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur, tout comme les institutions internationales et nationales qui fédèrent les chercheurs en sciences sociales, devraient y contribuer largement – des dizaines de milliers de sociologues, anthropologues, politologues, etc., sont membres de telles associations.

Giulio Regeni (crédits : Shutterstock/SIPA)
Giulio Regeni (crédits : Shutterstock/SIPA)

Giulio Regeni menait ses recherches à l’Université de Cambridge sous la direction de Maha Abdelrahaman, appelée dans quelques mois à présider une session du Forum de Vienne de l’International Sociological Association consacrée aux mouvements sociaux et à la répression dans le pays arabes : les chercheurs qui, sur le terrain, se trouvent parmi les plus exposés sont ceux qui étudient les acteurs qui agissent pour la liberté, l’émancipation, le respect des droits de l’homme, la démocratie. C’est l’honneur de la sociologie des mouvements sociaux que de s’intéresser à ce type d’action. Continuer la lecture de Les sciences humaines et sociales sur la sellette

« L’emprisonnement de syndicalistes n’a jamais fait baisser le chômage. Non à la peine de prison des salariés de Goodyear ». Soutien du réseau thématique 18

Tribune publiée le 26 janvier 2016 par le bureau du RT 18 « Relations professionnelles » de l’AFS sur son Carnet.

Mara Bisignano, post-doctorante
Hervé Champin, Doctorant
Jean-Michel Denis, Professeur des Universités
Camille Dupuy, Maître de Conférences
Marnix Dressen, Professeur des Universités
Alexandra Garabige, post-doctorante
Baptiste Giraud, Maître de Conférences
Cécile Guillaume, Maître de Conférences
Donna Kesselmann, Professeur des Universités
Arnaud Mias, Professeur des Universités
Rémy Ponge, doctorant
Maxime Quijoux, Chercheur  au CNRS
Frédéric Rey, Maître de Conférences
Jean Vandewattyne, Chargé de cours
Catherine Vincent, Chercheure
Karel Yon, Chercheur au CNRS

Le 12 janvier dernier, le tribunal correctionnel d’Amiens a condamné à deux ans de prison, dont neufs mois fermes, huit anciens salariés de la société Goodyear pour avoir séquestré en 2014 deux cadres de leur entreprise. Alors que le groupe prévoit la fermeture du site d’Amiens qui emploie près de 1200 personnes, huit syndicalistes décident de retenir pendant trente heures leur directeur des ressources humaines et le directeur de production. Aucune violence ne leur est faite. Ces deux responsables ont d’ailleurs retiré leur plainte. Les huit prévenus sont condamnés suite aux poursuites engagées par le procureur d’Amiens qui, lors de son réquisitoire, avait exigé deux ans d’emprisonnement à l’encontre de chaque salarié, dont un an ferme. Cette condamnation ne peut donc être interprétée que comme le résultat d’une volonté des pouvoirs publics qui, avec cette décision de justice, cherchent délibérément à intimider tous les salariés qui protesteraient contre la perte de leur emploi.

Nous, universitaires et chercheurs, spécialistes du travail, de l’emploi et des relations professionnelles, souhaitons exprimer notre plus grande indignation à l’égard de cette condamnation. Elle ne nous semble pas seulement disproportionnée au regard des faits incriminés mais aussi injuste car elle accable des salariés déjà victimes de l’échec des politiques pour l’emploi en France. Depuis de nombreuses années, nous examinons les causes et mesurons l’ampleur du phénomène du chômage dans notre pays. Nous mettons toutes ces connaissances à la disposition aussi bien des pouvoirs publics que des organisations professionnelles avec lesquels nous sommes régulièrement amenés à travailler. C’est pourquoi nous avons une conscience bien trop aigue des enjeux économiques qui se jouent au moment d’un licenciement collectif, de la violence sociale qui s’exerce et du désarroi qu’il provoque chez les salariés pour ne pas ressentir l’iniquité d’une telle décision. En outre, dans un contexte de mobilité croissante du capital (au travers des délocalisations, de la globalisation de la concurrence) et d’éloignement des centres de décision par rapport aux centres de production, l’immobilisation provisoire des directions de site, les seules présentes pour « négocier » ne vise pas leur personne en tant que telle. Elle n’est qu’un moyen de faire pression sur les directions centrales de ces grands groupes – celles qui décident la mise en œuvre des restructurations – pour essayer de recréer les conditions d’une négociation moins inégalitaire entre salariés et employeurs. On peut bien sûr discuter de l’opportunité d’un tel mode d’action. Mais le considérer comme un acte violent répréhensible pénalement est totalement déconnecté de la réalité et de la finalité de ce type d’action syndicale. Loin d’exacerber la violence des salariés, bien des enquêtes ont au contraire montré que la séquestration pouvait au contraire aider à la contenir en lui donnant une forme plus ritualisée et symbolique.

Mais cette condamnation nous choque également parce qu’elle provient d’une décision d’État qui s’engage dans une criminalisation insensée des mobilisations salariales. L’emprisonnement de syndicalistes n’a jamais fait baisser le chômage et encore moins contribué au dialogue social. Quand le gouvernement dit vouloir faire de la lutte contre le chômage de masse une priorité de son action, comment expliquer qu’il fasse le choix de poursuivre, seul, en justice et de faire condamner à de la prison celles et ceux qui se battent pour la défense de leur emploi ?

Pour éviter d’ajouter de nouveaux drames à la violence sociale et désormais judiciaire qui s’abat sur ces salariés, nous demandons donc l’abandon des poursuites engagées.

Image en Une : crédits François Nascimbeni, AFP, via L’Humanite.fr.

« Nous ne serons pas complices des atteintes à la liberté académique en Turquie »

L’ANCMSP, l’ASES, l’AECSP, l’AFSP et l’AFS apportent tout leur soutien et leur solidarité à nos collègues tur.c.que.s, intellectuel.le.s, chercheu.r.se.s et universitaires signataires de la pétition « nous ne serons pas complices de ce crime ! » qui sont actuellement intimidé.e.s ou sanctionné.e.s sur le plan pénal et disciplinaire.

Cette pétition appelant à l’arrêt des violences dans les zones à majorité kurde où des opérations militaires sont menées par l’armée turque depuis juillet 2015 a suscité une réaction disproportionnée et inacceptable de la part des pouvoirs publics turcs vis-à-vis de nos collègues. Une enquête pénale est actuellement en cours à l’encontre de certain.e.s des signataires sur la base de l’article 301 du code pénal (« insulte à la nation turque et à l’Etat turc ») et  l’article 216 du code pénal (« incitation à l’hostilité, à la haine et à l’humiliation du peuple ») comme c’est le cas de Bülent Tanju de l’Université Abdullah Gül de Kayseri qui a été également relevé de ses fonctions.D’autres mesures punitives sont également mises en place par le Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK) ainsi que le Conseil scientifique et technologique de Turquie (Tübitak) avec des conséquences graves pour certains post-doctorant.e.s à l’étranger dont la bourse a été suspendue.

Ces mesures visant à décrédibiliser toute contestation et critique de la politique gouvernementale constituent une atteinte à la liberté académique et à la liberté d’expression que nous défendons. Nous savons aussi que les cibles de ces mesures punitives sont souvent les plus précaires comme les chargé.e.s de cours, les post-doctorant.e.s et les enseignant.e.s les plus isolé.e.s dans les facultés de provinces. L’ANCMSP, l’ASES, l’AECSP, l’AFSP et l’AFS condamnent la criminalisation de cette pétition. Nous invitons les doctorant.e.s et les post-doctorant.e.s tur.c.que.s étudiant en France, concerné.e.s par ces mesures à nous contacter afin d’envisager ensemble des solutions pouvant leur permettre la poursuite de leurs études universitaires si celles-ci sont compromises par ces mesures punitives. Plus généralement, nous incitons notre communauté scientifique à soutenir les enseignant.e.s-chercheur.e.s turc.que.s en les accueillant dans nos laboratoires comme associé.e.s ou invité.e.s.

Nous enjoignons également l’ensemble de nos collègues à signer la pétition initiée par le GIT France à ce sujet (http://www.gitinitiative.com).

En comptant sur votre large mobilisation.

L’association française de sociologie (AFS)
L’association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP)
L’association des sociologues-enseignant.e.s du supérieur (ASES)
L’association française de science politique (AFSP)
L’association des enseignants et chercheurs en science politique (AECSP)

Vidéos en ligne des plénière et semi-plénières du 6e congrès à l’UVSQ

Et voilà, c’est chose faite : nous sommes ravis d’annoncer la mise en ligne sur la plateforme Canal-U.tv de l’ensemble des enregistrements vidéos des conférences plénière et semi-plénières du 6e congrès de l’Association Française de Sociologie, qui s’est tenu à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines du 29 juin au 2 juillet 2015 derniers. Déposées sous licence Creative Commons, les vidéos sont accessibles en streaming et « podcastables » en format audio MP3.

Conférence inaugurale d’Yves Gingras, professeur à l’UQAM, intitulée « Nature et pertinence de la sociologie ».
Enregistrement dans l’amphithéâtre Vauban, à l’UVSQ, 29 juin 2015

Nous avons profité de cette migration vers canal-u.tv – où l’AFS dispose désormais de sa « chaîne » – pour rapatrier les enregistrements vidéos du 5e congrès qui s’est déroulé à l’Université de Nantes en septembre 2013. D’autres seront ajoutés au fur et à mesure, notamment les vidéos du congrès de Grenoble (2011). C’est une archive ouverte de nos congrès qui se constitue ainsi.

N’hésitez pas à partager ces documents utiles dans la communauté des sociologues et bien sûr au-delà, partout où le savoir sociologique fait sens !

« Les congrès syndicaux, un objet d’étude sociologique ? » Dernière livraison de la revue Socio-Logos

Le dernier numéro 11/2015 de la revue Socio-Logos est disponible en ligne. Le dossier « Les congrès syndicaux, un objet d’étude sociologique ? » a été coordonné par Sophie Béroud et Jean-Michel Denis. En voici le sommaire :

Bonne lecture !

Image en bandeau : 27e congrès FO de la Fédération des Services Publics et de Santé, via le SNSPP-PATS-FO 59.

La sociologie n’est pas affaire de jugement mais de science. Lettre ouverte à Manuel Valls

Les deux associations professionnelles de sociologie, l’ASES (Association des sociologues enseignants du supérieur) et l’AFS, ont tenu à réagir aux propos de Manuel Valls, prononcés fin novembre dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, remettant une nouvelle fois en question notre discipline. D’autres réactions à ces propos ont vite été publicisées, notamment sur la liste de diffusion de l’ASES. Nous reproduisons ici la lettre ouverte que les représentants de l’AFS et de l’ASES ont fait paraître le 14 décembre 2015 dans les pages « Débats » du Monde (une dizaine de jours après l’envoi initial et l’acceptation de la rédaction du journal, pour cause d’encombrement semble-t-il), sous le titre remanié « La sociologie ce n’est pas la culture du l’excuse ». En complément, nous invitons à lire l’utile mise au point de Xavier Molénat : « la sociologie excuse-t-elle les terroristes ? » (AlterEcoPlus, 1er décembre 2015) et l’interview de Bernard Lahire : « Nos responsables politiques ont tendance à refuser toute explication » (Télérama, 6 décembre 2015).

Le Premier ministre, Monsieur Manuel Valls, ne devrait pas parler dans la précipitation : il confond deux verbes simples, « excuser » et « expliquer ». C’est en tout cas ce que laissent penser ses mots, répétés la semaine dernière au Sénat et dans les médias : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses ou des explications culturelles ou sociologiques à ce qui s’est passé [i.e. les attentats du 13 novembre] » (réponse à une question du sénateur Christian Favier, au Sénat, le jeudi 26 novembre).

Si chercher à expliquer tel ou tel phénomène permet généralement de le comprendre, le processus d’explication ne présage en rien de ce qui relève d’un autre enjeu : juger, et donc condamner ou excuser. Surtout, la recherche d’explications est indispensable à l’action, qu’elle soit politique, économique ou encore militaire. Et nous ne saurions croire que le premier ministre et son gouvernement engagent l’action de la République française, en cette période extrêmement grave, sous le coup des seules émotions.

Qu’aurait-on pensé si Manuel Valls avait dit : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des explications géologiques aux tremblements de terre » ou encore « j’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des explications médicales au cancer » ?

Mais aujourd’hui, c’est à nouveau la sociologie qui est attaquée, comme le sont de plus en plus souvent les sciences humaines et sociales, qui ont pourtant fait et font aussi la renommée intellectuelle de notre pays.

Les deux principales associations professionnelles françaises de la discipline, l’AFS (Association française de sociologie) et l’ASES (Association des sociologues enseignants du supérieur) demandent donc au Premier ministre de s’expliquer sur ses propos et de s’en excuser. Leurs responsables se tiennent à sa disposition pour lui décrire plus précisément en quoi consistent exactement notre discipline et nos recherches et la façon dont nous pouvons nous aussi contribuer, avec nos propres ressources, à lutter efficacement contre toutes les formes de terrorisme.

Frédéric Lebaron, président de l’AFS.
Fanny Jedlicki & Laurent Willemez, co-présidents de l’ASES.

Image en bandeau : Francetvinfo.fr/AFP.

Lancement du carnet de l’Association Française de Sociologie

Et voilà, c’est chose faite : l’Association Française de Sociologie dispose enfin de son « carnet » ! À l’heure du tout-numérique et des réseaux sociaux, il y avait sans doute intérêt à créer ce nouvel espace d’expression et de communication. L’ambition de ce carnet hébergé par l’incontournable réseau des carnets hypotheses.org est de contribuer à l’animation collective de la discipline, en complément des supports déjà existants (le site « institutionnel » de l’association, afs-socio.fr, et la revue Socio-logos). Son « installation » sera progressive, comme l’usage du compte Twitter officiel @afs_socio créé à l’occasion du dernier congrès. Nous n’hésiterons pas à tâtonner. En effet, s’il est évident que le carnet a vocation à diffuser notamment les prises de position publiques de l’AFS représentée par son Comité exécutif et de relayer les actualités des différents Réseaux thématiques et Groupes de travail, le concept éditorial n’est pas encore stabilisé, il est pensé de façon inductive, sans véritable plan préalable ; si bien que des rubriques et des formats pourraient voir le jour au gré des suggestions et des bonnes idées qui ne manqueront pas d’affluer. Car, insistons sur ce point, le carnet est un outil au service de l’association et de ses membres : il sera ce que nous en ferons. Cette plateforme se veut en effet un espace de discussion utile aux sociologues et à toutes celles et ceux qui s’intéressent à la discipline. Dont acte !

Les rubriques seront mises en place au fur et à mesure des propositions de billets : vie de l’association (comité exécutif, réseaux thématiques, etc.), « tribune » pour les membres, articles sur les aspects les plus concrets de la profession, entretiens et récits sur l’histoire de l’AFS, comptes rendus d’événements scientifiques, annonces et informations diverses, internationalisation de la recherche, activités de Socio-logos. Une équipe rédactionnelle se chargera de l’administration de ce nouveau site (voir la présentation sur cette page). Elle est composée de Pierre Brasseur, Cynthia Colmellere, Frédéric Lebaron, Maxime Quijoux, Iris Loffeier et Arnaud Saint-Martin.

Il nous reste maintenant à nous mettre au travail ! Les sujets ne manquent pas pour alimenter le flux des billets !

Frédéric Lebaron, président de l’AFS
Arnaud Saint-Martin, coordinateur du carnet de l’AFS

PS : Vous aurez peut-être noté la présence d’un nouveau logo sur les pages du carnet. Après un long brainstorming collectif et de nombreux essais, le CE a validé ce changement d’« identité visuelle ».

Image en bandeau  : affiche du 6e congrès de l’AFS, 29 juin 2015, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, sur le campus de Guyancourt. Crédits : UVSQ, via Flickr.

Soutien de l’AFS à Antoine Deltour, à l’origine de l’affaire Luxleaks

L’Association française de sociologie s’associe à la longue liste de personnalités, d’institutions et d’organisations de la société civile qui soutiennent le lanceur d’alertes Antoine Deltour, à l’origine de l’affaire Luxleaks. Alors qu’il était employé d’un grand cabinet d’audit, Antoine Deltour a été témoin d’un système d’évitement fiscal massif qu’il a cherché à faire connaître du grand public. Antoine Deltour a cherché en toute bonne foi à faire connaitre au grand public une réalité sociale peu connue et peu explorée. Il est aujourd’hui poursuivi pour avoir servi de source au travail journalistique et au travail d’enquête mené par des personnes cherchant à rendre compte de ces pratiques fondamentales pour comprendre le fonctionnement des mondes économiques.

L’évasion fiscale est un enjeu public important qui commence à être exploré de plus en plus par nos collègues sociologues, notamment du côté de la sociologie économique et de la sociologie du droit. L’accès à ce type de terrains pour un travail sociologique est particulièrement difficile et il est vital qu’un droit à l’information et à la recherche sur ces sujets se constitue dans les années à venir.

Les poursuites judiciaires individuelles, dans cette affaire comme dans bien d’autres affaires précédentes, intimident les rares personnes qui pourraient servir d’informateurs et de sources au travail sociologique. Pour toutes ces raisons, l’AFS espère que très rapidement les poursuites à l’encontre d’Antoine Deltour seront abandonnées.

Pour soutenir : https://support-antoine.org/.

Image en bandeau via jamesedition.fr, revendeur de produits de luxe.