Disparition de François-André Isambert (1924-2017)

 

Décédé à l’âge de 92 ans le 18 février 2017 à Bagneux, François-André Isambert était le dernier des membres fondateurs encore en vie du Groupe de sociologie des religions créé au CNRS en 1954 par le juriste Gabriel Le Bras et animé par Henri Desroche. Ce groupe s’est fait connaître à travers sa revue, les Archives de sociologie des religions, devenue Archives de sciences sociales des religions à partir de 1973. Également membre actif pendant une trentaine d’années de la Revue française de sociologie fondée par Jean Stoetzel, Isambert fait partie de cette génération d’après-guerre qui a reconstruit la sociologie en lui conférant l’assise d’une discipline universitaire à part entière. Moins présente dans l’espace public que celle de ses proches collègues comme Pierre Bourdieu, Alain Touraine ou Edgar Morin, l’œuvre d’Isambert appartient aux classiques sur les questions relatives au sacré, à la morale et à l’éthique. La rigueur conceptuelle, la précision historique et la réflexion critique sur le statut du savoir caractérisent son parcours.

François-André Isambert est né à Coblence en 1924 où son père assurait alors le secrétariat de la Commission interalliée pour le territoire de la Rhénanie. Son ancêtre homonyme fut jurisconsulte et avocat de l’abolition de l’esclavage sous la Monarchie de Juillet.  Après ses études à Paris (Janson-de-Sailly) puis à Lyon pendant l’Occupation, l’étudiant de khâgne embrasse la cause de la Résistance aux côtés des réseaux d’étudiants chrétiens. Il s’engage en 1944 dans la Première Armée qui libère l’Alsace. Agrégé de philosophie en 1947, il enseigne à Besançon, marié avec Viviane Jamati, future sociologue du travail féminin puis de l’éducation. Comme nombre de philosophes engagés dans le mouvement de l’histoire, Isambert se tourne vers la sociologie et devient assistant de Georges Gurvitch à la Sorbonne. Préoccupé par le fossé entre le monde ouvrier et le christianisme, il se rapproche de Gabriel Le Bras qui le recrute au CNRS. Son premier essai, Christianisme et classe ouvrière (1961) prend la mesure statistique des écarts tout en apportant par l’histoire des nuances au schéma de la déchristianisation du monde. Sa thèse d’État, De la charbonnerie au saint-simonisme. Etude sur la jeunesse de Buchez (1966) et Buchez ou l’âge théologique de la sociologie (1967), ouvre ainsi, à travers la figure méconnue de Philippe Buchez, une fenêtre sur les interrelations entre le catholicisme, le socialisme et la science du social. Professeur de sociologie à Lille puis à Nanterre, et enfin élu en 1971 directeur d’études à la 6e section de l’École pratique des hautes études (devenue EHESS en 1975), ses recherches et son enseignement le conduisent au centre des débats internationaux sur la sécularisation des sociétés occidentales. Revenant aux thèses de l’école durkheimienne sur la nature sociale du sacré, il décrypte les mécanismes de l’efficacité symbolique des rituels transformés, notamment après les réformes de Vatican II : Rite et efficacité symbolique. Essai d’anthropologie sociologique (1979) et Le sens du sacré. Fête et religion populaire (1982).

Observateur attentif des « situations à propositions profuses », comme il le dit à propos des débats sur la contraception et l’avortement, il créée à partir des années 1980 un laboratoire de sociologie de l’éthique dédié entre autres à l’étude des justifications et des litiges qui accompagnent tout processus biomédical engageant le corps, la vie et la mort : manipulations génétiques, don d’organes, assistance à la fin de vie, etc. La généalogie de la bioéthique qu’il entreprend avec ses correspondants américains (Renée C. Fox) l’amène à mettre au jour le rapport expérimental à l’humain au même titre que Michel Foucault avait exploré la dimension clinique de la médecine. Dans son livre bilan De la religion à l’éthique (1992), il vise moins un improbable remplacement du religieux par l’éthique qu’une attention renouvelée aux références métaphysiques investies dans le débat public sur le statut du vivant. En cela sa pensée riche en nuances nous prévient contre tout étonnement face aux résurgences passionnelles d’aujourd’hui au nom de la « post-vérité ». Peu à l’aise dans les tâches croissantes d’organisation de la recherche malgré diverses responsabilités prises au plus haut niveau, il a cependant formé quelques chercheurs qui se réclament de son héritage exigeant, notamment Patrick Pharo, spécialiste des questions morales, et Simone Bateman, analyste des pratiques biomédicales à controverses, sans parler des sociologues des religions qui telle Danièle Hervieu-Léger se réfèrent à lui.

Ses derniers travaux d’épistémologie critique sur la réduction des sciences à leur socialité, sur les traductions fautives de Max Weber ou sur le coefficient moral de la théorie économique de John Maynard Keynes témoignent de la curiosité universelle de cet auteur.

Pierre Lassave
Archives de sciences sociales des religions
Paris, février 2017

Soutien renouvelé à Pinar Selek !

Dans un communiqué commun publié le 19 décembre 2014 (« Reconnaître définitivement l’innocence de Pinar Selek c’est réaffirmer l’indépendance de la justice turque »), nos deux associations françaises de sociologues, l’AFS et l’ASES, apportaient de nouveau leur plein soutien à Pinar Selek, accusé par l’État turc d’un attentat terroriste qui n’a pas eu lieu (les experts avaient rapidement établi qu’il s’agissait d’une explosion accidentelle), en réalité coupable à ses yeux d’être sociologue et de développer des recherches sur des « minorités » et des objets occultés (le génocide arménien) ou violemment réprimés (la question kurde). Présents au procès, nous avions formé l’espoir, à l’énoncé d’un quatrième verdict d’acquittement, qu’enfin justice serait définitivement rendue. Mais le procureur, au nom de l’État turc, fit appel. Deux ans plus tard, le 25 janvier 2017, le procureur de la Cour de cassation a une nouvelle fois requis la condamnation à perpétuité de Pinar Selek.

L’acharnement judiciaire contre la chercheuse a commencé en 1998, alors que les militaires avaient repris la main en évinçant, au nom de la laïcité, le premier ministre islamiste de l’époque. Faire des recherches sur les Kurdes, c’était s’opposer à ce que l’on appelle l’État profond (une partie de l’armée derrière le pouvoir civil). Lorsque les islamistes (improprement qualifiés à l’époque de modérés) sont revenus au pouvoir, l’acharnement contre Pinar Selek a repris de plus belle : elle représente tout ce qu’ils exècrent.

Pinar Selek (via liberte-expression.fr)

Le contexte actuel rend emblématique le calvaire judiciaire de Pinar Selek. Depuis le coup d’État manqué du 15 juillet dernier de la confrérie Gülen, le président turc Erdogan réprime en effet à tout-va, bien au-delà de ceux qui furent ses anciens alliés. Il fait arrêter (et révoquer lorsqu’il s’agit de fonctionnaires) magistrats, avocats, journalistes, universitaires qui n’ont aucun lien avec Gülen mais ont le tort de s’opposer à sa volonté de toute puissance.

Dans ce contexte de répression généralisée, soutenir Pinar Selek est plus que jamais essentiel. Devant l’inaction d’une Union européenne qui voit dans Erdogan un rempart contre les migrants, l’ASES et l’AFS réitèrent leur soutien à Pinar Selek et aux universitaires turcs, réaffirment leur attachement à la liberté d’enseignement et de recherche et invitent l’ensemble des collègues à prendre part aux diverses initiatives mises en place en ce sens : comités de soutien à Pinar Selek d’abord, dans chacune de nos universités, signature de la pétition réclamant son acquittement définitif lancée par son éditrice Liana Levi, et plus largement accueil de collègues turcs dans nos laboratoires et autres actions en leur faveur, par exemple via le programme PAUSE.