Qui reste dans sa classe perd sa place ? Sociologie, médias et débat public

À la suite de l’aimable recension critique de mon article de la Revue du Crieur (« La sociologie est-elle encore un sport de combat ? ») ici faite par Maxime Quijoux, je souhaiterais ajouter quelques éléments à cet échange. Pas par désir de me défendre ou de défendre l’article, sur lequel chacun peut librement se faire une opinion, mais parce qu’il me semble qu’il amorce un débat intéressant, qui peut gagner à être public – et que l’article visait à soulever. La critique de M. Quijoux est d’autant plus bienvenue qu’il est bon d’avoir un peu de friction sur des questions qui ne sont pas consensuelles.

Il peut avant tout être utile de poser certaines limites à ce que M. Quijoux me prête comme thèses et opinions sur le champ de la sociologie française contemporaine. Comme il le rappelle lui-même, je ne suis pas sociologue et je ne me réclame donc pas d’un avis autorisé par ma propre expérience de professionnel du champ. Les différentes dimensions que je soulève ne sont ainsi (à l’exception de l’extrême fin de l’article) jamais exprimées en mon nom propre, mais au contraire toujours appuyées sur des citations au style direct, d’entretiens ou d’ouvrages. À titre d’exemple, ce n’est ainsi pas moi qui affirme qu’« il est ainsi de plus en plus difficile de trouver des sociologues capables de vulgariser en s’adaptant aux contraintes des médias, à la fois compétents dans le détail et capables de tenir une réflexion plus vaste », mais Guillaume Erner, ancien maître de conférences en sociologie, qui se trouve aujourd’hui précisément dans une position intéressante de passeur entre d’un côté l’espace universitaire en général, et sociologique en particulier, et de l’autre un public plus large par ses fonctions de producteur sur France Culture[1]. En d’autres termes, je voudrais simplement qu’on ne se méprenne pas sur ce qu’est cet article : pas un jugement définitif et autorisé sur le champ en lui-même[2], mais bien plutôt une enquête extérieure, à partir de sources (très) contradictoires, qui vise à rendre compte des dynamiques essentielles de ce champ dans une revue à large public, et à la perspective engagée assez claire.

Cela dit, il n’est pas question de se défiler face au problème que pointe M. Quijoux : effectivement, l’idée de l’article est bien venue du constat d’une certaine crise de la sociologie. C’est le point de départ de l’enquête. L’ayant bouclée, je peux récuser avec force le diagnostic de « déclinisme », car ce constat n’a jamais porté sur l’activité même du champ sociologique mais bien plus sur son interaction avec la sphère publique : il s’agissait donc de se demander ce qui, à l’intérieur du champ, pouvait expliquer cette interaction qui m’apparaît problématique. Il n’a jamais été question d’attaquer la qualité du travail des sociologues contemporains (et je cite d’ailleurs un certain nombre de travaux que je trouve remarquables) – qu’il serait par ailleurs assez bizarre de juger de l’extérieur, une science ayant son rythme et ses logiques propres, qui n’ont pas à être appréciés de manière normative. En revanche, l’idée est bien présente que cette activité scientifique ne passe pas, ou plus, ou moins, dans la sphère publique et dans le débat intellectuel large.

Studio, Maison de la Radio (crédits : Luc Boegly, via http://www.telerama.fr/sortir/portes-ouvertes-a-la-maison-de-la-radio-suivez-le-guide,119169.php)
Studio, Maison de la Radio (crédits : Luc Boegly, via http://www.telerama.fr/sortir/portes-ouvertes-a-la-maison-de-la-radio-suivez-le-guide,119169.php)

Là me semble être le centre du débat, et j’entends avec intérêt la position résolument optimiste de M. Quijoux, qui relativise toute idée d’âge d’or passé et se réjouit de la médiatisation contemporaine de leur activité par des sociologues qui « contribuent par leurs publications, leurs cours et leurs interventions dans de multiples espaces sociaux – dans les réunions politiques, associatives, syndicales, communales, scolaires, etc., mais aussi de plus en plus par les blogs ou les réseaux sociaux – à diffuser de manière beaucoup plus directe les savoirs produits par la sociologie, et ce par le simple fait de sa croissance numérique de ses membres et de ses spécialités dans la Cité ». Mais il y a une vraie divergence ici, puisque c’est sur une perspective plutôt inverse qu’est parti cet article. Peut-être s’agit-il d’un point de vue situé à l’intérieur d’une certaine « presse marquée peu ou prou à gauche » (ce qui est à vrai dire tout à fait l’identité de La Revue du Crieur), mais pas seulement, et tout cela ne sort pas de mon chapeau puisque je m’appuie encore sur des entretiens avec des sociologues ayant une certaine expérience de la chose et disposant d’un peu de recul temporel dans l’observation du dialogue entre la sociologie et les médias (Bernard Lahire ou Jean-Louis Fabiani par exemple, dans le cas présent). C’est donc un peu plus compliqué qu’une opposition entre des déclinistes extérieurs au champ, opposés à des sociologues conscients de la qualité de la diffusion contemporaine de leurs résultats – ne serait-ce que parce qu’il est loin d’y avoir un consensus optimiste dans le champ sur la question. Continuer la lecture de Qui reste dans sa classe perd sa place ? Sociologie, médias et débat public