La sociologie, c’était mieux avant ? Pour en finir avec une vision passéiste et élitiste de la discipline

La sociologie connaît depuis près de trois ans des attaques récurrentes. Si elle a toujours été une « science qui dérange »[1], elle est en effet l’objet d’incriminations, parfois virulentes, contre certains présupposés qu’elle véhiculerait. Dans un contexte où les drames provoqués par le terrorisme participent à un climat de très forte crispation sociale et politique, des journalistes et des représentants politiques l’ont accusée de chercher des « excuses » aux auteurs de ces exactions : en souhaitant apporter des explications sur la genèse et les parcours de ces terroristes, les sociologues feraient preuve au mieux d’angélisme, au pire de complicité. De telles affirmations peuvent surprendre de la part de personnalités officiellement issues des rangs de la gauche. Elles proviennent toutefois d’individus qui occupent une position particulière dans l’univers progressiste : Philippe Val comme Manuel Valls se sont depuis longtemps distingués par des trajectoires, des décisions et des prises de positions qui n’ont cessé de contredire les valeurs et les formes d’appréciation du monde qui dominent dans leurs familles politiques.

9782707192165

On est en revanche beaucoup plus étonné quand les critiques proviennent de pôles journalistiques dont les prétentions intellectuelles et politiques s’affichent volontiers pétries de considérations sociales. Le 20 octobre 2016, dans son numéro 5, la revue Le Crieur publiait un article intitulé « La sociologie est-elle encore un sport de combat ? » sous la plume d’un historien du nom d’Alexandre Hagège. On aurait pu se réjouir qu’une publication non académique interpelle la profession sur son rôle dans la Cité : si la sociologie est traversée en permanence par des débats sur le rapport qu’elle est supposée entretenir à l’égard du politique – l’appel à une « sociologie publique » de Michael Burawoy en constitue probablement l’un des meilleurs exemples –, une telle interrogation ne pouvait a priori provoquer qu’une discussion bienvenue sur les attentes sociales et idéologiques du monde « profane » à l’égard des sciences sociales. En l’occurrence, l’article constitue bien une invitation en ce sens. Mais la thèse que défend l’auteur est très surprenante, pour ne pas dire hasardeuse : les attaques subies par la sociologie révéleraient le déclin de la discipline dans l’espace public et médiatique ; victime de son institutionnalisation, elle serait désormais incapable de produire de grandes figures intellectuelles, à même de « fournir de grands récits et des cadres globaux de compréhension de la société »[2]. Une telle vision ne reprend pas simplement un poncif passéiste sur le rôle des intellectuels ; en soutenant l’idée d’un supposé déclin de la sociologie, elle concourt également à faire de ce déclin une réalité. Continuer la lecture de La sociologie, c’était mieux avant ? Pour en finir avec une vision passéiste et élitiste de la discipline