Archives de catégorie : Tribune

Qui reste dans sa classe perd sa place ? Sociologie, médias et débat public

À la suite de l’aimable recension critique de mon article de la Revue du Crieur (« La sociologie est-elle encore un sport de combat ? ») ici faite par Maxime Quijoux, je souhaiterais ajouter quelques éléments à cet échange. Pas par désir de me défendre ou de défendre l’article, sur lequel chacun peut librement se faire une opinion, mais parce qu’il me semble qu’il amorce un débat intéressant, qui peut gagner à être public – et que l’article visait à soulever. La critique de M. Quijoux est d’autant plus bienvenue qu’il est bon d’avoir un peu de friction sur des questions qui ne sont pas consensuelles.

Il peut avant tout être utile de poser certaines limites à ce que M. Quijoux me prête comme thèses et opinions sur le champ de la sociologie française contemporaine. Comme il le rappelle lui-même, je ne suis pas sociologue et je ne me réclame donc pas d’un avis autorisé par ma propre expérience de professionnel du champ. Les différentes dimensions que je soulève ne sont ainsi (à l’exception de l’extrême fin de l’article) jamais exprimées en mon nom propre, mais au contraire toujours appuyées sur des citations au style direct, d’entretiens ou d’ouvrages. À titre d’exemple, ce n’est ainsi pas moi qui affirme qu’« il est ainsi de plus en plus difficile de trouver des sociologues capables de vulgariser en s’adaptant aux contraintes des médias, à la fois compétents dans le détail et capables de tenir une réflexion plus vaste », mais Guillaume Erner, ancien maître de conférences en sociologie, qui se trouve aujourd’hui précisément dans une position intéressante de passeur entre d’un côté l’espace universitaire en général, et sociologique en particulier, et de l’autre un public plus large par ses fonctions de producteur sur France Culture[1]. En d’autres termes, je voudrais simplement qu’on ne se méprenne pas sur ce qu’est cet article : pas un jugement définitif et autorisé sur le champ en lui-même[2], mais bien plutôt une enquête extérieure, à partir de sources (très) contradictoires, qui vise à rendre compte des dynamiques essentielles de ce champ dans une revue à large public, et à la perspective engagée assez claire.

Cela dit, il n’est pas question de se défiler face au problème que pointe M. Quijoux : effectivement, l’idée de l’article est bien venue du constat d’une certaine crise de la sociologie. C’est le point de départ de l’enquête. L’ayant bouclée, je peux récuser avec force le diagnostic de « déclinisme », car ce constat n’a jamais porté sur l’activité même du champ sociologique mais bien plus sur son interaction avec la sphère publique : il s’agissait donc de se demander ce qui, à l’intérieur du champ, pouvait expliquer cette interaction qui m’apparaît problématique. Il n’a jamais été question d’attaquer la qualité du travail des sociologues contemporains (et je cite d’ailleurs un certain nombre de travaux que je trouve remarquables) – qu’il serait par ailleurs assez bizarre de juger de l’extérieur, une science ayant son rythme et ses logiques propres, qui n’ont pas à être appréciés de manière normative. En revanche, l’idée est bien présente que cette activité scientifique ne passe pas, ou plus, ou moins, dans la sphère publique et dans le débat intellectuel large.

Studio, Maison de la Radio (crédits : Luc Boegly, via http://www.telerama.fr/sortir/portes-ouvertes-a-la-maison-de-la-radio-suivez-le-guide,119169.php)
Studio, Maison de la Radio (crédits : Luc Boegly, via http://www.telerama.fr/sortir/portes-ouvertes-a-la-maison-de-la-radio-suivez-le-guide,119169.php)

Là me semble être le centre du débat, et j’entends avec intérêt la position résolument optimiste de M. Quijoux, qui relativise toute idée d’âge d’or passé et se réjouit de la médiatisation contemporaine de leur activité par des sociologues qui « contribuent par leurs publications, leurs cours et leurs interventions dans de multiples espaces sociaux – dans les réunions politiques, associatives, syndicales, communales, scolaires, etc., mais aussi de plus en plus par les blogs ou les réseaux sociaux – à diffuser de manière beaucoup plus directe les savoirs produits par la sociologie, et ce par le simple fait de sa croissance numérique de ses membres et de ses spécialités dans la Cité ». Mais il y a une vraie divergence ici, puisque c’est sur une perspective plutôt inverse qu’est parti cet article. Peut-être s’agit-il d’un point de vue situé à l’intérieur d’une certaine « presse marquée peu ou prou à gauche » (ce qui est à vrai dire tout à fait l’identité de La Revue du Crieur), mais pas seulement, et tout cela ne sort pas de mon chapeau puisque je m’appuie encore sur des entretiens avec des sociologues ayant une certaine expérience de la chose et disposant d’un peu de recul temporel dans l’observation du dialogue entre la sociologie et les médias (Bernard Lahire ou Jean-Louis Fabiani par exemple, dans le cas présent). C’est donc un peu plus compliqué qu’une opposition entre des déclinistes extérieurs au champ, opposés à des sociologues conscients de la qualité de la diffusion contemporaine de leurs résultats – ne serait-ce que parce qu’il est loin d’y avoir un consensus optimiste dans le champ sur la question. Continuer la lecture de Qui reste dans sa classe perd sa place ? Sociologie, médias et débat public

La sociologie, c’était mieux avant ? Pour en finir avec une vision passéiste et élitiste de la discipline

La sociologie connaît depuis près de trois ans des attaques récurrentes. Si elle a toujours été une « science qui dérange »[1], elle est en effet l’objet d’incriminations, parfois virulentes, contre certains présupposés qu’elle véhiculerait. Dans un contexte où les drames provoqués par le terrorisme participent à un climat de très forte crispation sociale et politique, des journalistes et des représentants politiques l’ont accusée de chercher des « excuses » aux auteurs de ces exactions : en souhaitant apporter des explications sur la genèse et les parcours de ces terroristes, les sociologues feraient preuve au mieux d’angélisme, au pire de complicité. De telles affirmations peuvent surprendre de la part de personnalités officiellement issues des rangs de la gauche. Elles proviennent toutefois d’individus qui occupent une position particulière dans l’univers progressiste : Philippe Val comme Manuel Valls se sont depuis longtemps distingués par des trajectoires, des décisions et des prises de positions qui n’ont cessé de contredire les valeurs et les formes d’appréciation du monde qui dominent dans leurs familles politiques.

9782707192165

On est en revanche beaucoup plus étonné quand les critiques proviennent de pôles journalistiques dont les prétentions intellectuelles et politiques s’affichent volontiers pétries de considérations sociales. Le 20 octobre 2016, dans son numéro 5, la revue Le Crieur publiait un article intitulé « La sociologie est-elle encore un sport de combat ? » sous la plume d’un historien du nom d’Alexandre Hagège. On aurait pu se réjouir qu’une publication non académique interpelle la profession sur son rôle dans la Cité : si la sociologie est traversée en permanence par des débats sur le rapport qu’elle est supposée entretenir à l’égard du politique – l’appel à une « sociologie publique » de Michael Burawoy en constitue probablement l’un des meilleurs exemples –, une telle interrogation ne pouvait a priori provoquer qu’une discussion bienvenue sur les attentes sociales et idéologiques du monde « profane » à l’égard des sciences sociales. En l’occurrence, l’article constitue bien une invitation en ce sens. Mais la thèse que défend l’auteur est très surprenante, pour ne pas dire hasardeuse : les attaques subies par la sociologie révéleraient le déclin de la discipline dans l’espace public et médiatique ; victime de son institutionnalisation, elle serait désormais incapable de produire de grandes figures intellectuelles, à même de « fournir de grands récits et des cadres globaux de compréhension de la société »[2]. Une telle vision ne reprend pas simplement un poncif passéiste sur le rôle des intellectuels ; en soutenant l’idée d’un supposé déclin de la sociologie, elle concourt également à faire de ce déclin une réalité. Continuer la lecture de La sociologie, c’était mieux avant ? Pour en finir avec une vision passéiste et élitiste de la discipline

Un projet de loi inefficace pour l’emploi, une précarisation généralisée du travail et des travailleurs

Nous reprenons dans la rubrique « Tribune » une utile contribution de chercheur-e-s du Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (LEST, CNRS) au débat sur le projet de loi « Travail ». Le texte a d’abord été publié sur le site du laboratoire le 24 mars 2016.

L’adoption du projet de  loi « Travail »  prolongerait deux évolutions négatives du droit du travail et du marché du travail, engagées depuis trente ans : la précarisation, qui ne contribue ni à créer des emplois ni à réduire les inégalités dans l’accès à l’emploi stable et qualifié ; la pression à la baisse sur la rémunération des travailleurs plus stables, qui ne dynamise ni l’activité ni l’emploi. Cette loi acterait par ailleurs un pas supplémentaire dans l’inversion de la hiérarchie des normes fragilisant l’ensemble des salariés. Loin d’offrir une plus grande protection aux salariés déjà les plus précaires dans leur emploi et dans leur travail, pour une partie desquels le droit du travail ne s’applique même pas, ce projet de loi risque en revanche d’affaiblir les protections légitimes des salariés qui en disposent encore.

Une vision fictive du marché du travail

Ce projet de loi affiche pour objectif d’assouplir les contraintes juridiques qui s’imposent aux entreprises en vue d’améliorer leur compétitivité, de faciliter la création d’emplois et de réduire la dualisation du salariat, entre salariés en emploi stable et salariés en emploi précaire. L’apologie incessante de la nécessaire « flexibilisation » du marché du travail repose pourtant sur une vision de ses modalités de fonctionnement totalement déconnectée des réalités. De fait, aucune étude ne permet d’attester un lien entre code du travail et niveau de chômage. En revanche, toutes nos enquêtes conduisent à démonter le mythe de la « rigidité » du marché du travail français et de la surprotection de ses salariés. Et elles nous permettent de pointer les effets potentiellement délétères qu’un assouplissement supplémentaire des règles de fonctionnement du marché du travail produirait sur les situations d’emploi et la santé des salariés.

Un marché du travail déjà très (trop) flexible

Au terme de trente années de soutien à la compétitivité des entreprises au nom de la lutte contre le chômage, le CDI reste certes la forme d’emploi dominante, puisqu’il concerne 86% des salariés hors fonction publique. Le CDI n’est pas pour autant synonyme de stabilité dans l’emploi. Pour preuve, un tiers (36%) des CDI sont rompus au cours de la première année et un quart des salariés en CDI craignent de perdre leur emploi dans l’année à venir. Il faut dire que le code du travail ouvre beaucoup de possibilités aux employeurs pour mettre fin aux contrats de leurs salariés, du moment que cette rupture est justifiée par des motifs personnels ou d’ordre économique. En outre, seuls un tiers des licenciements « économiques » s’accompagnent d’un Plan Social pour l’Emploi (PSE), incluant le versement d’indemnités compensatoires et des procédures de reclassement des salariés (à l’efficacité elle-même très limitée). De fait, la procédure du PSE ne concerne que les entreprises de plus de 50 salariés. Et, dans ces dernières, les directions privilégient souvent des ajustements d’effectifs incluant moins de dix salariés, afin d’éviter à avoir à mettre en œuvre un PSE. Même en cas de PSE, la protection dont bénéficient les salariés en CDI est toute relative : les élus du comité d’entreprise n’ont qu’un pouvoir consultatif et le contrôle de l’administration du travail, rétabli en 2013, ne porte jamais sur sa justification économique. Dans les faits, l’administration se contente de vérifier que l’employeur a respecté ses obligations de consultation/négociation, et veille surtout à ce que le « volet social » d’accompagnement des licenciements soit en adéquation avec les ressources financières de l’entreprise. Bref, nul n’empêche en France un employeur de licencier, a fortiori lorsque l’entreprise rencontre des difficultés économiques objectives. Quant aux prud’hommes, (instance composée à parité de représentants syndicaux et patronaux), le nombre de saisines reste stable (autour de 200.000). Et s’ils sont plus souvent sollicités par les salariés, essentiellement pour contester leur motif de licenciement, rien n’indique – contrairement à une légende qu’entretiennent les représentants patronaux – que les conseillers prud’homaux soient plus indulgents avec les salariés qu’avec les chefs d’entreprise : ¾ des plaintes patronales comme des plaintes syndicales obtiennent une décision favorable de la part de cette instance. En définitive, l’acharnement du gouvernement à vouloir réviser les modalités de licenciement ne se justifie que par la volonté de « sécuriser » les entreprises quant aux risques juridique et financier qu’elles encourent en cas de contestation de leur licenciement par les salariés. Avec le risque alors évident que les directions soient ainsi d’autant moins hésitantes à procéder à des licenciements qu’elles auront pu les « budgéter ».

La stratégie du gouvernement est d’autant plus incompréhensible que les directions ont déjà à leur disposition des procédures alternatives au licenciement pour ajuster la taille de leurs effectifs. Le dispositif des « ruptures conventionnelles » connaît un succès considérable (350.000 en 2015) qui a entrainé une baisse des licenciements pour motifs économique. Et, bien sûr, pour renforcer la flexibilité de leurs effectifs, les entreprises usent du recours aux CDD et à l’intérim, souvent utilisés abusivement comme outils d’allongement des périodes d’essai. Après trente années de politiques de flexibilisation du marché du travail que le gouvernement souhaite poursuivre, force est de constater qu’elles ont pourtant manifestement échoué à résorber le chômage. Elles n’ont eu que pour effet de plonger des fractions entières du salariat dans des situations d’insécurité objective et subjective face au risque de perdre leur emploi.

On ne renforce pas l’égalité entre salariés en renforçant la précarité de l’emploi

L’argument selon lequel donner encore plus de facilités aux employeurs pour mettre un terme aux CDI favoriserait la stabilisation des travailleurs plus précaires ne repose également sur aucun élément d’analyse empirique. Au contraire, tout laisse à penser que de telles mesures auraient d’abord pour effet de déstabiliser davantage ceux qui bénéficient de protections. De fait, le développement des situations de précarité dans l’emploi a déjà pour effet mesurable de limiter l’exercice des droits des salariés. Il est aussi établi que les salariés qui craignent de perdre leur emploi, surtout lorsqu’ils sont en CDI, hésitent davantage à faire valoir leurs droits (Dares Analyses, n° 092, 2015).  Ils ont par exemple plus tendance à venir travailler même quand ils sont malades, à accepter les dépassements horaires sans compensation, ou encore à ne pas respecter les consignes de sécurité. Le développement du sentiment d’insécurité dans l’emploi contribue ainsi directement à la dégradation des conditions de travail des salariés et à les exposer davantage à des risques pour leur santé. Et ce, alors que la loi porterait un nouveau coup à la médecine du travail.

Par ailleurs, la segmentation de l’emploi, entre CDD et CDI résulte de causes bien plus profondes que l’inégalité des garanties juridiques qu’offrent ces divers contrats de travail. Elle tient d’abord au type de compétences individuelles et collectives dont les entreprises ont besoin et à leur disponibilité sur le marché du travail. Ce n’est pas parce qu’on « flexibilisera» le CDI que les secteurs d’activité à main d’œuvre qualifiée qui privilégient ce statut d’emploi, comme les banques ou les firmes de haute technologie, ouvriront leurs portes aux salarié-e-s peu ou pas qualifiés, jeunes ou moins jeunes, aujourd’hui ballotés entre chômage et emploi instable –  CDD, intérim, mais aussi CDI à temps partiel, comme dans le commerce ou la restauration rapide.

Flexibiliser le temps du travail : un frein à l’emploi, un risque pour la santé des salariés

Rien ne vient non plus étayer l’idée selon laquelle faciliter davantage l’ajustement de la durée du travail au niveau d’activité des entreprises permettrait de développer l’emploi. Il y a au contraire fort à parier qu’une telle disposition permette d’abord d’améliorer la productivité des salariés et aux employeurs de se passer de recourir… à des contrats temporaires quand ils doivent faire face à des pics d’activité. On sait par contre qu’encourager la modulation des horaires de travail dégraderait un peu plus les conditions de vie et de travail des salariés, accroîtrait les risques d’accident ou de burn out, et désynchroniserait davantage les temps de la vie familiale et sociale.

Privilégier la négociation d’entreprise altère le pouvoir de négociation des salariés

Les possibilités nouvelles données aux directions pour négocier les modalités d’organisation du temps de travail de leurs salariés sont enfin légitimées par le fait que ces dérogations à la loi seront subordonnées à la signature d’accords majoritaires avec les organisations syndicales. Une fois de plus, la volonté affichée est de privilégier l’accord collectif d’entreprise aux dépens des autres sources du droit (loi, convention collective de branche), au motif qu’elle permettrait de produire des règles plus légitimes et plus efficaces. Mais c’est là encore une vision totalement décalée d’avec ce qu’on connaît des pratiques réelles du « dialogue social » en France. Dans les grandes entreprises, la négociation est totalement déconnectée des lieux où se prennent concrètement les décisions économiques, et les représentants syndicaux se retrouvent souvent soumis à un chantage à l’emploi. Leurs marges de manœuvre sont donc très étroites, et la négociation ne devient de ce fait qu’un moyen de revoir à la baisse les droits des salariés. Dans les établissements de petite taille, dépourvus de présence syndicale, les négociations collectives restent quant à elles très limitées et encore plus déséquilibrées. Miser sur le principe d’accords majoritaires ne changera donc rien pour la masse des salariés dont les droits élémentaires ne sont déjà pas respectés – travailleurs sans papiers, travailleurs détachés, travailleurs des TPE –. Et cela ne pourra que tirer davantage vers le bas la situation de l’ensemble des travailleurs.

L’avenir du travail et la santé économique du pays méritent un bon code

Enfin, en désignant le code du travail comme responsable de la crise de l’emploi, on dissimule ses vraies causes  – effacement des frontières du commerce, révolution informatique, dictature des marchés financiers, entreprises sous-traitantes asphyxiées par leurs donneurs d’ordre, difficultés d’accès au crédit, contraction de la demande des ménages et des investissements publics – celles qui minent les bases économiques et territoriales de l’Etat social, et qui instaurent une concurrence entre les travailleurs du monde entier.

Il est donc plus que temps de faire le bilan de trente ans d’échec de « réformes » néolibérales, dont celles du marché du travail, et de prendre une tout autre direction que celle prévue dans ce projet de loi. La situation du travail et de l’emploi en France ne pâtit pas d’un trop-plein de protections garanties aux salariés. Elle nécessite au contraire leur renforcement. C’est la condition nécessaire pour une amélioration de la qualité des emplois mais aussi du travail des salariés, tant du point de vue de ses conditions que de son efficacité. Plus que les entreprises, ce sont les salariés qui ont aujourd’hui besoin d’être sécurisés. Et sur ce point, le projet de loi El Kohmri ne dit pas grand chose, en dehors de quelques mesures symboliques (CPA) dont le contenu n’est clairement pas à la hauteur des enjeux.

Au-delà du débat technique sur les effets de la réforme envisagée par le gouvernement sur le chômage et la compétitivité des entreprises, ce projet de loi pose donc la question du modèle de société souhaité. Car n’ayons pas peur des mots : ce texte est une provocation. Il organise une mise sous pression généralisée des travailleurs de ce pays, pour tenter d’imposer une gigantesque « délocalisation sur place » des conditions de travail et d’emploi imposées, depuis trop longtemps déjà, à la main-d’œuvre des pays à très faible protection sociale.

Liste des premiers signataires :

Paul Bouffartigue, Directeur de recherche CNRS en sociologie
Baptiste Giraud, maître de conférences en science politique
Frédéric Décosse, chargé de recherche CNRS en sociologie
Anne-Marie Arborio, maître de conférences en sociologie
Corine Eyraud, maître de conférences HDR en sociologie
Delphine Mercier, chargée de recherche CNRS en sociologie
Jacques Bouteiller, socio-économiste chercheur associé
Mustapha El-Miri, maître de conférences en sociologie
Claude Paraponaris, professeur des universités en sciences de gestion
Ingrid Tucci, chargée de recherche CNRS en sociologie
Cathel Kornig, sociologue, chercheur associée
Gwendoline Promsopha, maître de conférences en économie
Stéphanie Moullet, maître de conférences en économie
Vanessa Di Paola, maître de conférences en économie
Annie Lamanthe, professeur des universités en sociologie
Caroline Lanciano, ingénieure de recherche CNRS en sociologie
Antoine Vion, maitre de conférences en science politique
Martine Gadille, chargée de recherche CNRS en économie-gestion

Image en bandeau : manifestation à Bordeaux, 17 mars 2016, via la-croix.com.

Les sciences humaines et sociales sur la sellette

Avec son accord, le Carnet de l’AFS reproduit un article que Michel Wieviorka vient de publier sur le site de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et dans le quotidien La Vanguardia.  

Si je devais proposer à Craig Calhoun d’ajouter un chapitre à notre récent Manifeste pour les sciences sociales, ce serait pour développer la réflexion sur un enjeu crucial : les risques, les dangers, les limites de la recherche dans nos disciplines.

La mort de Giulio Regeni est, hélas, un point de départ qui suscite beaucoup d’émotions au sein de la communauté scientifique. Ce doctorant menait une recherche sur le terrain, en Egypte, où il s’intéressait au syndicalisme indépendant. Il vient d’être retrouvé mort, tué après avoir été enlevé et torturé, sur un mode comparable à d’autres signalements en provenance d’Amnesty International.

Des chercheurs exposés

Il en est ici des sciences sociales comme du journalisme d’investigation, du « terrain » sociologique ou ethnologique comme du reportage de qualité : le chercheur pour produire des connaissances encourt des risques si la situation est dangereuse. Le danger peut provenir d’acteurs incontrôlés – organisations mafieuses, criminelles, trafiquants, bandes plus ou moins politisées faisant régner la violence, milices agissant en dehors de tout contrôle étatique, etc. L’Etat peut fonctionner sur le mode de la terreur – dictature, régime totalitaire ou autoritaire qui se débarrasse violemment de ses opposants, mais aussi de quiconque veut établir la vérité de ce qui se passe dans le pays concerné, et la faire connaître. Dans certains cas, ces deux logiques coexistent, et même s’épaulent mutuellement, la criminalité non étatique ayant appris à bien s’entendre avec le pouvoir d’Etat et le règne de la terreur.

Comment est mort Giulio Regeni ? Une campagne internationale exige une enquête indépendante, et les établissements de recherche et d’enseignement supérieur, tout comme les institutions internationales et nationales qui fédèrent les chercheurs en sciences sociales, devraient y contribuer largement – des dizaines de milliers de sociologues, anthropologues, politologues, etc., sont membres de telles associations.

Giulio Regeni (crédits : Shutterstock/SIPA)
Giulio Regeni (crédits : Shutterstock/SIPA)

Giulio Regeni menait ses recherches à l’Université de Cambridge sous la direction de Maha Abdelrahaman, appelée dans quelques mois à présider une session du Forum de Vienne de l’International Sociological Association consacrée aux mouvements sociaux et à la répression dans le pays arabes : les chercheurs qui, sur le terrain, se trouvent parmi les plus exposés sont ceux qui étudient les acteurs qui agissent pour la liberté, l’émancipation, le respect des droits de l’homme, la démocratie. C’est l’honneur de la sociologie des mouvements sociaux que de s’intéresser à ce type d’action. Continuer la lecture de Les sciences humaines et sociales sur la sellette

« L’emprisonnement de syndicalistes n’a jamais fait baisser le chômage. Non à la peine de prison des salariés de Goodyear ». Soutien du réseau thématique 18

Tribune publiée le 26 janvier 2016 par le bureau du RT 18 « Relations professionnelles » de l’AFS sur son Carnet.

Mara Bisignano, post-doctorante
Hervé Champin, Doctorant
Jean-Michel Denis, Professeur des Universités
Camille Dupuy, Maître de Conférences
Marnix Dressen, Professeur des Universités
Alexandra Garabige, post-doctorante
Baptiste Giraud, Maître de Conférences
Cécile Guillaume, Maître de Conférences
Donna Kesselmann, Professeur des Universités
Arnaud Mias, Professeur des Universités
Rémy Ponge, doctorant
Maxime Quijoux, Chercheur  au CNRS
Frédéric Rey, Maître de Conférences
Jean Vandewattyne, Chargé de cours
Catherine Vincent, Chercheure
Karel Yon, Chercheur au CNRS

Le 12 janvier dernier, le tribunal correctionnel d’Amiens a condamné à deux ans de prison, dont neufs mois fermes, huit anciens salariés de la société Goodyear pour avoir séquestré en 2014 deux cadres de leur entreprise. Alors que le groupe prévoit la fermeture du site d’Amiens qui emploie près de 1200 personnes, huit syndicalistes décident de retenir pendant trente heures leur directeur des ressources humaines et le directeur de production. Aucune violence ne leur est faite. Ces deux responsables ont d’ailleurs retiré leur plainte. Les huit prévenus sont condamnés suite aux poursuites engagées par le procureur d’Amiens qui, lors de son réquisitoire, avait exigé deux ans d’emprisonnement à l’encontre de chaque salarié, dont un an ferme. Cette condamnation ne peut donc être interprétée que comme le résultat d’une volonté des pouvoirs publics qui, avec cette décision de justice, cherchent délibérément à intimider tous les salariés qui protesteraient contre la perte de leur emploi.

Nous, universitaires et chercheurs, spécialistes du travail, de l’emploi et des relations professionnelles, souhaitons exprimer notre plus grande indignation à l’égard de cette condamnation. Elle ne nous semble pas seulement disproportionnée au regard des faits incriminés mais aussi injuste car elle accable des salariés déjà victimes de l’échec des politiques pour l’emploi en France. Depuis de nombreuses années, nous examinons les causes et mesurons l’ampleur du phénomène du chômage dans notre pays. Nous mettons toutes ces connaissances à la disposition aussi bien des pouvoirs publics que des organisations professionnelles avec lesquels nous sommes régulièrement amenés à travailler. C’est pourquoi nous avons une conscience bien trop aigue des enjeux économiques qui se jouent au moment d’un licenciement collectif, de la violence sociale qui s’exerce et du désarroi qu’il provoque chez les salariés pour ne pas ressentir l’iniquité d’une telle décision. En outre, dans un contexte de mobilité croissante du capital (au travers des délocalisations, de la globalisation de la concurrence) et d’éloignement des centres de décision par rapport aux centres de production, l’immobilisation provisoire des directions de site, les seules présentes pour « négocier » ne vise pas leur personne en tant que telle. Elle n’est qu’un moyen de faire pression sur les directions centrales de ces grands groupes – celles qui décident la mise en œuvre des restructurations – pour essayer de recréer les conditions d’une négociation moins inégalitaire entre salariés et employeurs. On peut bien sûr discuter de l’opportunité d’un tel mode d’action. Mais le considérer comme un acte violent répréhensible pénalement est totalement déconnecté de la réalité et de la finalité de ce type d’action syndicale. Loin d’exacerber la violence des salariés, bien des enquêtes ont au contraire montré que la séquestration pouvait au contraire aider à la contenir en lui donnant une forme plus ritualisée et symbolique.

Mais cette condamnation nous choque également parce qu’elle provient d’une décision d’État qui s’engage dans une criminalisation insensée des mobilisations salariales. L’emprisonnement de syndicalistes n’a jamais fait baisser le chômage et encore moins contribué au dialogue social. Quand le gouvernement dit vouloir faire de la lutte contre le chômage de masse une priorité de son action, comment expliquer qu’il fasse le choix de poursuivre, seul, en justice et de faire condamner à de la prison celles et ceux qui se battent pour la défense de leur emploi ?

Pour éviter d’ajouter de nouveaux drames à la violence sociale et désormais judiciaire qui s’abat sur ces salariés, nous demandons donc l’abandon des poursuites engagées.

Image en Une : crédits François Nascimbeni, AFP, via L’Humanite.fr.