Archives de catégorie : Prises de position de l’AFS

Soutien renouvelé à Pinar Selek !

Dans un communiqué commun publié le 19 décembre 2014 (« Reconnaître définitivement l’innocence de Pinar Selek c’est réaffirmer l’indépendance de la justice turque »), nos deux associations françaises de sociologues, l’AFS et l’ASES, apportaient de nouveau leur plein soutien à Pinar Selek, accusé par l’État turc d’un attentat terroriste qui n’a pas eu lieu (les experts avaient rapidement établi qu’il s’agissait d’une explosion accidentelle), en réalité coupable à ses yeux d’être sociologue et de développer des recherches sur des « minorités » et des objets occultés (le génocide arménien) ou violemment réprimés (la question kurde). Présents au procès, nous avions formé l’espoir, à l’énoncé d’un quatrième verdict d’acquittement, qu’enfin justice serait définitivement rendue. Mais le procureur, au nom de l’État turc, fit appel. Deux ans plus tard, le 25 janvier 2017, le procureur de la Cour de cassation a une nouvelle fois requis la condamnation à perpétuité de Pinar Selek.

L’acharnement judiciaire contre la chercheuse a commencé en 1998, alors que les militaires avaient repris la main en évinçant, au nom de la laïcité, le premier ministre islamiste de l’époque. Faire des recherches sur les Kurdes, c’était s’opposer à ce que l’on appelle l’État profond (une partie de l’armée derrière le pouvoir civil). Lorsque les islamistes (improprement qualifiés à l’époque de modérés) sont revenus au pouvoir, l’acharnement contre Pinar Selek a repris de plus belle : elle représente tout ce qu’ils exècrent.

Pinar Selek (via liberte-expression.fr)

Le contexte actuel rend emblématique le calvaire judiciaire de Pinar Selek. Depuis le coup d’État manqué du 15 juillet dernier de la confrérie Gülen, le président turc Erdogan réprime en effet à tout-va, bien au-delà de ceux qui furent ses anciens alliés. Il fait arrêter (et révoquer lorsqu’il s’agit de fonctionnaires) magistrats, avocats, journalistes, universitaires qui n’ont aucun lien avec Gülen mais ont le tort de s’opposer à sa volonté de toute puissance.

Dans ce contexte de répression généralisée, soutenir Pinar Selek est plus que jamais essentiel. Devant l’inaction d’une Union européenne qui voit dans Erdogan un rempart contre les migrants, l’ASES et l’AFS réitèrent leur soutien à Pinar Selek et aux universitaires turcs, réaffirment leur attachement à la liberté d’enseignement et de recherche et invitent l’ensemble des collègues à prendre part aux diverses initiatives mises en place en ce sens : comités de soutien à Pinar Selek d’abord, dans chacune de nos universités, signature de la pétition réclamant son acquittement définitif lancée par son éditrice Liana Levi, et plus largement accueil de collègues turcs dans nos laboratoires et autres actions en leur faveur, par exemple via le programme PAUSE.

 

« Nous ne serons pas complices des atteintes à la liberté académique en Turquie »

L’ANCMSP, l’ASES, l’AECSP, l’AFSP et l’AFS apportent tout leur soutien et leur solidarité à nos collègues tur.c.que.s, intellectuel.le.s, chercheu.r.se.s et universitaires signataires de la pétition « nous ne serons pas complices de ce crime ! » qui sont actuellement intimidé.e.s ou sanctionné.e.s sur le plan pénal et disciplinaire.

Cette pétition appelant à l’arrêt des violences dans les zones à majorité kurde où des opérations militaires sont menées par l’armée turque depuis juillet 2015 a suscité une réaction disproportionnée et inacceptable de la part des pouvoirs publics turcs vis-à-vis de nos collègues. Une enquête pénale est actuellement en cours à l’encontre de certain.e.s des signataires sur la base de l’article 301 du code pénal (« insulte à la nation turque et à l’Etat turc ») et  l’article 216 du code pénal (« incitation à l’hostilité, à la haine et à l’humiliation du peuple ») comme c’est le cas de Bülent Tanju de l’Université Abdullah Gül de Kayseri qui a été également relevé de ses fonctions.D’autres mesures punitives sont également mises en place par le Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK) ainsi que le Conseil scientifique et technologique de Turquie (Tübitak) avec des conséquences graves pour certains post-doctorant.e.s à l’étranger dont la bourse a été suspendue.

Ces mesures visant à décrédibiliser toute contestation et critique de la politique gouvernementale constituent une atteinte à la liberté académique et à la liberté d’expression que nous défendons. Nous savons aussi que les cibles de ces mesures punitives sont souvent les plus précaires comme les chargé.e.s de cours, les post-doctorant.e.s et les enseignant.e.s les plus isolé.e.s dans les facultés de provinces. L’ANCMSP, l’ASES, l’AECSP, l’AFSP et l’AFS condamnent la criminalisation de cette pétition. Nous invitons les doctorant.e.s et les post-doctorant.e.s tur.c.que.s étudiant en France, concerné.e.s par ces mesures à nous contacter afin d’envisager ensemble des solutions pouvant leur permettre la poursuite de leurs études universitaires si celles-ci sont compromises par ces mesures punitives. Plus généralement, nous incitons notre communauté scientifique à soutenir les enseignant.e.s-chercheur.e.s turc.que.s en les accueillant dans nos laboratoires comme associé.e.s ou invité.e.s.

Nous enjoignons également l’ensemble de nos collègues à signer la pétition initiée par le GIT France à ce sujet (http://www.gitinitiative.com).

En comptant sur votre large mobilisation.

L’association française de sociologie (AFS)
L’association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP)
L’association des sociologues-enseignant.e.s du supérieur (ASES)
L’association française de science politique (AFSP)
L’association des enseignants et chercheurs en science politique (AECSP)

La sociologie n’est pas affaire de jugement mais de science. Lettre ouverte à Manuel Valls

Les deux associations professionnelles de sociologie, l’ASES (Association des sociologues enseignants du supérieur) et l’AFS, ont tenu à réagir aux propos de Manuel Valls, prononcés fin novembre dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, remettant une nouvelle fois en question notre discipline. D’autres réactions à ces propos ont vite été publicisées, notamment sur la liste de diffusion de l’ASES. Nous reproduisons ici la lettre ouverte que les représentants de l’AFS et de l’ASES ont fait paraître le 14 décembre 2015 dans les pages « Débats » du Monde (une dizaine de jours après l’envoi initial et l’acceptation de la rédaction du journal, pour cause d’encombrement semble-t-il), sous le titre remanié « La sociologie ce n’est pas la culture du l’excuse ». En complément, nous invitons à lire l’utile mise au point de Xavier Molénat : « la sociologie excuse-t-elle les terroristes ? » (AlterEcoPlus, 1er décembre 2015) et l’interview de Bernard Lahire : « Nos responsables politiques ont tendance à refuser toute explication » (Télérama, 6 décembre 2015).

Le Premier ministre, Monsieur Manuel Valls, ne devrait pas parler dans la précipitation : il confond deux verbes simples, « excuser » et « expliquer ». C’est en tout cas ce que laissent penser ses mots, répétés la semaine dernière au Sénat et dans les médias : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses ou des explications culturelles ou sociologiques à ce qui s’est passé [i.e. les attentats du 13 novembre] » (réponse à une question du sénateur Christian Favier, au Sénat, le jeudi 26 novembre).

Si chercher à expliquer tel ou tel phénomène permet généralement de le comprendre, le processus d’explication ne présage en rien de ce qui relève d’un autre enjeu : juger, et donc condamner ou excuser. Surtout, la recherche d’explications est indispensable à l’action, qu’elle soit politique, économique ou encore militaire. Et nous ne saurions croire que le premier ministre et son gouvernement engagent l’action de la République française, en cette période extrêmement grave, sous le coup des seules émotions.

Qu’aurait-on pensé si Manuel Valls avait dit : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des explications géologiques aux tremblements de terre » ou encore « j’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des explications médicales au cancer » ?

Mais aujourd’hui, c’est à nouveau la sociologie qui est attaquée, comme le sont de plus en plus souvent les sciences humaines et sociales, qui ont pourtant fait et font aussi la renommée intellectuelle de notre pays.

Les deux principales associations professionnelles françaises de la discipline, l’AFS (Association française de sociologie) et l’ASES (Association des sociologues enseignants du supérieur) demandent donc au Premier ministre de s’expliquer sur ses propos et de s’en excuser. Leurs responsables se tiennent à sa disposition pour lui décrire plus précisément en quoi consistent exactement notre discipline et nos recherches et la façon dont nous pouvons nous aussi contribuer, avec nos propres ressources, à lutter efficacement contre toutes les formes de terrorisme.

Frédéric Lebaron, président de l’AFS.
Fanny Jedlicki & Laurent Willemez, co-présidents de l’ASES.

Image en bandeau : Francetvinfo.fr/AFP.

Soutien de l’AFS à Antoine Deltour, à l’origine de l’affaire Luxleaks

L’Association française de sociologie s’associe à la longue liste de personnalités, d’institutions et d’organisations de la société civile qui soutiennent le lanceur d’alertes Antoine Deltour, à l’origine de l’affaire Luxleaks. Alors qu’il était employé d’un grand cabinet d’audit, Antoine Deltour a été témoin d’un système d’évitement fiscal massif qu’il a cherché à faire connaître du grand public. Antoine Deltour a cherché en toute bonne foi à faire connaitre au grand public une réalité sociale peu connue et peu explorée. Il est aujourd’hui poursuivi pour avoir servi de source au travail journalistique et au travail d’enquête mené par des personnes cherchant à rendre compte de ces pratiques fondamentales pour comprendre le fonctionnement des mondes économiques.

L’évasion fiscale est un enjeu public important qui commence à être exploré de plus en plus par nos collègues sociologues, notamment du côté de la sociologie économique et de la sociologie du droit. L’accès à ce type de terrains pour un travail sociologique est particulièrement difficile et il est vital qu’un droit à l’information et à la recherche sur ces sujets se constitue dans les années à venir.

Les poursuites judiciaires individuelles, dans cette affaire comme dans bien d’autres affaires précédentes, intimident les rares personnes qui pourraient servir d’informateurs et de sources au travail sociologique. Pour toutes ces raisons, l’AFS espère que très rapidement les poursuites à l’encontre d’Antoine Deltour seront abandonnées.

Pour soutenir : https://support-antoine.org/.

Image en bandeau via jamesedition.fr, revendeur de produits de luxe.