Archives de catégorie : Observatoire des (més)usages de la sociologie

Éric Carrière, « Chevalier du fiel » et docteur en pipologie

C’est l’histoire (pas franchement drôle) d’un humoriste qui remplit les salles de spectacle depuis des années, en tandem, sous le nom de scène des « Chevaliers du fiel ». Éric Carrière (1957- ), de son vrai nom, a plus d’un tour dans son sac. Outre l’exploitation de ses talents comiques (qu’il nous soit permis d’observer ici une stricte neutralité comicologique), il ne cesse de rappeler qu’il est titulaire d’un « doctorat de sociologie ». Humoriste et sociologue, ça ne manque pas de piquant ! Il le répète à l’envi à longueur d’interviews, dans la presse nationale et régionale comme sur les plateaux d’émissions de divertissement télévisées. À chaque fois la révélation surprend. « Alors, il paraît que vous êtes docteur en sociologie ?! » Et l’humoriste de toujours dédramatiser la chose : « oui, enfin vous savez, ce n’est qu’une thèse ! » L’information suscite l’admiration et l’étonnement en toutes circonstances. Tout en reconduisant néanmoins l’image médiatique peu valorisée ou péjorative de « la sociologie », discipline pas vraiment sérieuse pratiquée par des amuseurs  dilettantes verbeux.

Une thèse par inadvertance ?

Parmi les dernières interviews, celle donnée dans le cadre de l’émission de seconde partie de soirée « Folie passagère », le 20 avril 2016 sur France 2, mérite assurément le détour. La scène et le décor sont plantés : l’animateur, Frédéric Lopez, reçoit les « Chevaliers du fiel », parmi d’autres invités (Paul Benoît, Alain Coute, Denise Favre, Nicole Ferroni, Alexandre Jardin). « Ce docteur en sociologie et ce diplômé des beaux-arts évoquent leur parcours d’humoristes », résume le texte de présentation sur le site de l’émission. Entre deux souvenirs, le passé universitaire d’Éric Carrière suscite l’intérêt. Extraits édifiants :

– [Frédéric Lopez] : Quelque chose qui ressemble à un détour pour votre métier, c’est que vous entamez de manière très sérieuse des études de sociologie.
– [Éric Carrière] Oui alors ça il faut être honnête euh, j’ai commencé par les lettres, les lettres, et puis un jour j’ai fait ma crise d’adolescence, j’ai dit à mon père « Je m’en vais, je vais aller travailler à l’usine. Il m’a dit « pas de problème, je connais des gens je vais te faire embaucher ». Euh je suis resté 10 minutes ! [Rires] […] Donc il [Son père] m’a dit « Il faut que tu fasses un truc. Tu vas pas rester euh »… « Quoi ? » « Bon comme il était prof il connaissait des gens… C’est trop tard dans la saison mais je vais voir si on peut t’inscrire à la fac dans quelque chose ». Et le seul truc qui restait c’est sociologie. Donc il m’appelle et me dit « y’a sociologie si tu veux ». Je lui dis : « Bah… mets-moi en sociologie, c’est bon hein ».
– [FL] Ah ouais, un vrai choix ! [Rires]
– [ÉC] Ouais, donc c’est pas une passion [Rires].
– [FL] Mais vous allez loin.
– [ÉC]  Doctorat (sûr de son fait, se dressant sur sa chaise, sourire aux lèvres). Ouais.
– [FL] Ça s’applaudit ! Docteur en sociologie, quoi !
[Applaudissements nourris, plan rapproché sur Nicole Ferroni, bluffée.]
– [FL] Quand on vous voit jouer sur scène, quand on écoute vos chansons, c’est important de savoir ça… Docteur en sociologie ! [Rires]
– [Francis Ginibre, l’autre « Chevalier »] C’est le décalage qui est important.

On ne se lasse pas de ces représentations spontanées de la sociologie comme « voie de garage » ou option par défaut de l’université massifiée. Quelques instants après, l’intrigue n’est pas dissipée et les invités veulent en savoir plus :

– [Nicole Ferroni] Moi ce que je retiens c’est euh… d’abord je trouve que c’est quand même drôle de faire un doctorat par inadvertance… [Regard crispé d’Éric Carrière] C’est-à-dire que je peux comprendre que la première année on soit en sociologie parce qu’on a raté le reste, mais aller jusqu’au doctorat, je trouve ça euh… […]
– [Éric Carrière] Une fois que tu y es et que t’as rien d’autre à faire, tu dis la première année, bon la deuxième année… puis la troisième, quand t’es à la troisième tu te dis c’est con je suis au milieu d’un truc je vais quand même le traverser. Quatrième…  ah et en fait… […]
– [Francis Ginibre] C’était la fac du Mirail à Toulouse et dans ces années-là, c’était très vivant la fac du Mirail [Regard complice].
– [ÉC] Oui on rigolait beaucoup. Il y avait pas que les cours mais y’avait aussi les cours [Sourire]… Et puis aussi, non non… Non mais plus ça avance dans les études, les gens qui en ont fait le savent, plus ça avance plus c’est théorique. Comme moi j’étais un baratineur, je m’en sortais vachement mieux en quatrième année ou en cinquième année, à parler de rien [Insiste] pendant longtemps que au début, où fallait apprendre les cours et tout ça [Rire appuyé de Denise Fabre].
– [Frédéric Lopez] Voilà vous êtes des êtres inspirants sinon vous ne seriez pas là, donc pour tous ceux qui nous regardent, qui savent parler de rien pendant longtemps, il y a une voie. [Rires.]
– [ÉC] Les sociologues vont me pourrir !

Sympathique échange. Le « docteur en sociologie » n’en impose pas, il est modeste et relativise son expertise. Et les autres invités de persévérer dans la stupéfaction, avant de passer à autre chose, chacun devant raconter sa vie. Fin de l’histoire.

Des études « dans la marge » au doctorat introuvable

Parce que le devenir des diplômés en sociologie est une préoccupation de l’Association française de sociologie, qu’en l’occurrence la carrière d’humoriste n’est pas le débouché professionnel le plus évident, nous avons souhaité en savoir plus. Car après tout, un récit de la carrière de ce sociologue iconoclaste a toute sa place sur le Carnet de l’AFS. Déformation professionnelle oblige, nous avons donc enquêté.

À peine amorcée, l’enquête a cependant piétiné. Sans doute en tournée à travers la France, M. Carrière n’a hélas pas répondu aux courriels que nous lui avons envoyés via les pages officielles du tandem sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook). Il nous a donc fallu chercher l’information par nous-mêmes. Très vite, le doute s’est installé. En effet, on ne trouve pas de références ni de citations sur les plateformes de publication habituelles. Rien non plus sur les portails dédiés, comme le Fichier Central des Thèses, le catalogue du Système Universitaire de Documentation, ou encore le catalogue de la Bibliothèque Universitaire de Toulouse. Nulle part il est fait mention d’un quelconque « doctorat » de sociologie soutenu par Éric Carrière dans une université française. Les services de la Bibliothèque Universitaire de Toulouse, que l’humoriste a peut-être fréquentée dans le passé, nous ont précisé qu’il n’y a pas de trace du dépôt – pourtant obligatoire – de la thèse ni de documents attestant une soutenance dans les archives. Pas de thèse, mais pas rien pour autant : le catalogue de la Bibliothèque indique que M. Carrière a soutenu en 1980, en binôme avec Danielle Carrau, et sous la direction de Raymond Ledrut (1919-1987), une maîtrise de sociologie (équivalent de l’actuel « Master 1 »), sur le sujet : « Étudiants dans la marge ». Ce qui n’est déjà pas si mal. En résumé, sur la base des informations recoupées dont nous disposons, si Éric Carrière est passé maître en sociologie, il n’est pas docteur. Ou alors en pipologie.

Par charité interprétative, on pourra toujours dire que cela remonte aux années 1980, qu’en conséquence la mémoire peut flancher et se brouiller avec le temps. Cette défense est néanmoins fragile. Tout docteur-e pourra confirmer qu’une soutenance ne s’oublie pas. Des années d’un travail acharné s’achevant au terme d’un rite de passage exigeant autant que décisif : c’est plus qu’un intermède drolatique sur lequel ironiser après-coup. Mais aussi, confondre une thèse de doctorat et une maîtrise (la quatrième année « théorique » qu’évoque M. Carrière ?) lorsque l’on a été régulièrement inscrit et socialisé à la vie universitaire, c’est pour le moins étrange. Et franchement pas crédible. Est-ce à dire que notre « Chevalier du fiel » ne dit pas la vérité ? En l’absence de documents, il est permis de douter. Sans charger le dossier outre mesure, il n’est pas anecdotique de rappeler que l’usurpation de diplôme est illégale. Éric Carrière n’en fait pas un argument pour la promotion de ses spectacles, ce n’est pas non plus une source de revenu indue ; mais tout de même, lui et les journalistes qui copient-collent paresseusement une « bio » non corrigée ont tout loisir d’en jouer. L’humoriste en tire quelques profits symboliques, ce qui n’est pas rien.

*

*              *

On pourra toujours reprocher à cette mise au point son manque d’humour. Éric Carrière est un amuseur qui rit de lui-même et qui n’est pas le premier à manier l’auto-dérision affectée. Comme d’autres diplômés de l’enseignement supérieur, il dénigre son – prétendu – diplôme tout en le faisant valoir. Mais au fond, quelles leçons tirer de cette mauvaise blague ? Eh bien, que la catégorie de sens commun « sociologue » est très labile et d’usage pas toujours contrôlé dans l’espace public. C’est dire qu’il y a encore beaucoup de travail à réaliser pour dissiper les malentendus sur ce qu’est « la sociologie », contre les dépréciations moqueuses ou les projections demi-habiles. Ce n’est sans doute pas le moment de relancer la réflexion collective sur les modalités d’utilisation du « titre » de sociologue, mais à tout le moins une certaine vigilance de la profession peut s’imposer. C’est pourquoi, partant de ce cas d’usurpation, le Carnet de l’AFS propose d’ouvrir la rubrique « Observatoire des usages et mésusages de la sociologie ». L’objectif est double : assurer une veille et, par la mise en série de cas, contribuer à la discussion sur l’identité professionnelle et intellectuelle de la sociologie.

La rédaction du Carnet de l’AFS

Image en bandeau : DR via LaDepeche.fr, 2012.