Archives de catégorie : Entretiens

La sociologie étasunienne à l’heure du trumpisme. Entretien avec Michèle Lamont

C’est un fait pas du tout « alternatif » : Donald Trump est désormais président des États-Unis. Les premières décisions de son administration ont suscité d’immenses débats et ont été très médiatisées. Le « muslim ban » et les coupes budgétaires projetées dans tous les secteurs jugés incompatibles avec la politique de Trump ont marqué les esprits. Les sciences font partie des cibles privilégiées. L’inquiétude est grande au sein de la communauté scientifique étasunienne. À tel point que, partout aux États-Unis, des mobilisations commencent à s’amorcer autour de l’aide aux collègues interdits de séjour sur le territoire étasunien, la sauvegarde des données sensibles sur le changement climatique, les libertés académiques, etc. Point d’orgue de cette résistance inchoative, une Marche pour la science aura lieu le 22 avril prochain, jour de la Terre. Convergeront ainsi causes environnementalistes et scientifiques, sur le Mall de Washington et dans des dizaines de villes aux États-Unis et dans le monde. Fait notable, les associations scientifiques appellent également à la mobilisation. C’est le cas de l’American Sociological Association (ASA), qui a publié des prises de position importantes depuis l’élection de Trump le 8 novembre 2016 et s’est associée résolument au mouvement. Dans l’entretien qui suit, Michèle Lamont, professeure à l’université de Harvard et actuelle présidente de l’ASA, met en perspective la situation politique tendue aux États-Unis et explique la stratégie de l’association. C’est l’occasion de revenir sur les modes d’intervention publique des sociologues, notamment sur la portée de la « public sociology ». Certes inquiète sur certains aspects des politiques de la nouvelle administration, en particulier le financement des programmes fédéraux dédiés aux sciences humaines et sociales, Michèle Lamont souligne que cette déstabilisation politique peut aussi constituer une opportunité de faire entendre la voix de la sociologie : non pas de façon partisane, en basculant dans l’anti-Trump, mais en réaffirmant l’importance de ses résultats et des savoirs qu’elle engendre.
Ce billet-entretien est l’occasion d’afficher publiquement le soutien de l’Association Française de Sociologie à la Marche pour les sciences, qui aura lieu le 22 avril aux États-Unis donc, mais aussi dans une vingtaine de villes en France (on trouvera tous les textes de présentation et les détails de l’organisation sur le site de la Marche). Outre ce soutien officiel, nous encourageons les membres de l’AFS à y participer, avec les collègues d’autres disciplines, et tou.te.s les citoyen.ne.s attaché.e.s aux principes de sciences indépendantes, autonomes et universalistes.


Depuis l’élection de Donald Trump, l’American Sociological Association (ASA) que vous présidez a été particulièrement active dans les mobilisations contre ce que certains observateurs ont appelé la « guerre de Trump contre la science ». L’association a publié des prises de position et des communiqués[1], elle a signé des déclarations avec d’autres organisations scientifiques dès le 29 novembre 2016, de même elle soutient et participera à la March for Science qui se déroulera le 22 avril prochain à Washington et dans plus de 400 villes à travers le monde. Pourriez-vous expliquer le positionnement de l’ASA ?

Michèle Lamont (http://www.michelelamont.org/)

Le pari que nous avons fait, comme nous l’avons précisé dans la déclaration publique du 30 janvier 2017[2], est d’intervenir sans prendre de position expressément politique sur des questions qui concernent les conditions d’exercice de notre profession. Nous attirons par exemple l’attention sur le fait que les savoirs ne peuvent être produits et cultivés que dans un environnement où sont instituées la méritocratie, la liberté de parole et de mouvement. Nous ne prenons pas position dans les affrontements entre Républicains et Démocrates, nous ne sommes pas encartés. Mettre l’accent sur la nécessité d’une liberté de circulation justifie par exemple la dénonciation de l’interdiction de séjour des ressortissants de pays à majorité musulmane (muslim ban), parce qu’elle interfère sur nos conditions de travail. Nous appliquons un protocole qui avait été décidé en 2002 dans un document public de l’ASA, et qui stipule quelles sont les conditions sous lesquelles le conseil de l’ASA peut prendre des positions politiques compte tenu de son statut légal d’organisme à but non lucratif, lequel interdit les positions politiques). Cela intervenait dans un contexte où de nombreux membres de l’association souhaitaient que soient exprimées des prises de position sur des questions plus explicitement politiques, comme la situation en Israël, sur le Guatemala ou quelque autre sujet disputé de politique internationale. Mais d’autres membres tout aussi nombreux s’y opposaient La division était grande. Il fallait trouver un compromis sur les manières d’intervenir dans l’espace public. C’est désormais défini. Sur les questions qui nous occupent aujourd’hui, nous avons eu très peu de retours défavorables sur les déclarations de l’association. Un consensus total et immédiat a émergé, ce qui est intéressant parce qu’en général le consensus est plus laborieux à atteindre au sein de l’association. Cela n’a pas posé de réel problème. Ou alors, le seul point de discussion concernait la tonalité des communiqués : certains auraient préféré que l’ASA prenne des positions encore plus fortes et résolues. Que nous dénoncions Trump. Mais cela n’est pas possible, parce qu’en nous exposant ainsi nos interventions seraient perçues comme partisanes, retraduites automatiquement dans l’un des camps de la bataille des partis. Notre stratégie est autre : affirmer que des politiques spécifiques porteraient atteinte à nos conditions de travail revient à nous situer dans une sphère de juridiction légitime. On peut par exemple souligner l’illégitimité et les effets pernicieux de toute décision politique qui limiterait les chances de mobilité sociale, car elle contreviendrait aux principes de la méritocratie et de l’universalisme, structurants de notre pratique professionnelle. Continuer la lecture de La sociologie étasunienne à l’heure du trumpisme. Entretien avec Michèle Lamont

Des sciences sociales sous surveillance. Récit d’une enquête sociologique interrompue par un juge d’instruction

Lorsque l’on met en exergue les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales face à la judiciarisation des rapports sociaux, il est souvent objecté que les cas posant problème sont finalement peu nombreux et peu représentatifs. C’était déjà systématiquement le cas il y a six ans dans les affaires recensées dans l’ouvrage Enquêter : de quel droit ? (2010). Ce fut encore récemment le cas lors d’une émission de radio au cours de laquelle Marwann Mohammed se trouvait bien seul, face à des interlocuteurs officiels, pour défendre l’enjeu de l’autonomie scientifique et soulever la question du secret des sources du sociologue – que la loi sur le renseignement pourrait affecter. La saisie par les autorités du matériel du travail sociologique n’est-elle qu’un cauchemar totalitaire à mille lieues des réalités françaises ? Dans ce témoignage édifiant recueilli par Sylvain Laurens, le chercheur Thierry Dominici revient sur son expérience douloureuse mais aussi sur l’isolement qui fut le sien suite à la saisie de l’ensemble de son travail de thèse à quelques mois de sa soutenance. Entre silences gênés des collègues et suspicion, ce qu’a traversé ce doctorant bordelais révèle un manque d’organisation et peut-être aussi de solidarité collective dans l’épreuve. Parce qu’il est question de garantir notre indépendance intellectuelle et notre autonomie de questionnement, il est sans doute temps d’approfondir ce dossier aujourd’hui brûlant.

De ce que j’en ai compris, alors que tu étais en train de rédiger ta thèse sur la violence nationaliste corse tu as vu tes enregistrements d’entretiens saisis par la justice ? Pourquoi ton travail intéressait-il subitement la justice ? Était-ce un éclair dans un ciel bleu ou avais-tu été contacté par les services de police ou de justice auparavant en raison de tes travaux ?

En fait, c’était en mars 2002, le jour où mon épouse passait le CAPES, j’étais dans la dernière année de ma thèse, placée sous la direction du professeur Daniel-Louis Seiler. A l’origine je faisais un travail en politique comparée et en sociologie intrinsèquement lié à l’analyse de la violence des groupuscules armés insulaires. Pour effectuer ce terrain j’avais choisi de réaliser des entretiens avec les membres de ces nébuleuses clandestines (j’ai rencontré 184 personnes au total) et de greffer ma méthodologie sur plusieurs modèles de compréhension de la violence, dont celui établi par Michel Wieviorka et son équipe du CADIS (notamment l’inversion du terrorisme). J’ai tenté également de mettre en place (aidé par un autre doctorant) une intervention sociologique auprès d’un groupe de dix personnes volontaires se revendiquant de l’Armata Corsa (l’Armée Corse). Je rappelle, pour mieux comprendre la situation politique de l’époque, que ce groupement armé est apparu sur l’échiquier politique après l’assassinat du Préfet Erignac. Celui-ci était le seul qui s’inscrivait en faux contre la logique de condamnation imaginée par le FLNC Canal Historique, c’est-à-dire la condamnation de l’acte mais pas des acteurs (jugés à la dérive ou en proie au brigadisme). Continuer la lecture de Des sciences sociales sous surveillance. Récit d’une enquête sociologique interrompue par un juge d’instruction