Archives de catégorie : Entretiens

Des sciences sociales sous surveillance. Récit d’une enquête sociologique interrompue par un juge d’instruction

Lorsque l’on met en exergue les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales face à la judiciarisation des rapports sociaux, il est souvent objecté que les cas posant problème sont finalement peu nombreux et peu représentatifs. C’était déjà systématiquement le cas il y a six ans dans les affaires recensées dans l’ouvrage Enquêter : de quel droit ? (2010). Ce fut encore récemment le cas lors d’une émission de radio au cours de laquelle Marwann Mohammed se trouvait bien seul, face à des interlocuteurs officiels, pour défendre l’enjeu de l’autonomie scientifique et soulever la question du secret des sources du sociologue – que la loi sur le renseignement pourrait affecter. La saisie par les autorités du matériel du travail sociologique n’est-elle qu’un cauchemar totalitaire à mille lieues des réalités françaises ? Dans ce témoignage édifiant recueilli par Sylvain Laurens, le chercheur Thierry Dominici revient sur son expérience douloureuse mais aussi sur l’isolement qui fut le sien suite à la saisie de l’ensemble de son travail de thèse à quelques mois de sa soutenance. Entre silences gênés des collègues et suspicion, ce qu’a traversé ce doctorant bordelais révèle un manque d’organisation et peut-être aussi de solidarité collective dans l’épreuve. Parce qu’il est question de garantir notre indépendance intellectuelle et notre autonomie de questionnement, il est sans doute temps d’approfondir ce dossier aujourd’hui brûlant.

De ce que j’en ai compris, alors que tu étais en train de rédiger ta thèse sur la violence nationaliste corse tu as vu tes enregistrements d’entretiens saisis par la justice ? Pourquoi ton travail intéressait-il subitement la justice ? Était-ce un éclair dans un ciel bleu ou avais-tu été contacté par les services de police ou de justice auparavant en raison de tes travaux ?

En fait, c’était en mars 2002, le jour où mon épouse passait le CAPES, j’étais dans la dernière année de ma thèse, placée sous la direction du professeur Daniel-Louis Seiler. A l’origine je faisais un travail en politique comparée et en sociologie intrinsèquement lié à l’analyse de la violence des groupuscules armés insulaires. Pour effectuer ce terrain j’avais choisi de réaliser des entretiens avec les membres de ces nébuleuses clandestines (j’ai rencontré 184 personnes au total) et de greffer ma méthodologie sur plusieurs modèles de compréhension de la violence, dont celui établi par Michel Wieviorka et son équipe du CADIS (notamment l’inversion du terrorisme). J’ai tenté également de mettre en place (aidé par un autre doctorant) une intervention sociologique auprès d’un groupe de dix personnes volontaires se revendiquant de l’Armata Corsa (l’Armée Corse). Je rappelle, pour mieux comprendre la situation politique de l’époque, que ce groupement armé est apparu sur l’échiquier politique après l’assassinat du Préfet Erignac. Celui-ci était le seul qui s’inscrivait en faux contre la logique de condamnation imaginée par le FLNC Canal Historique, c’est-à-dire la condamnation de l’acte mais pas des acteurs (jugés à la dérive ou en proie au brigadisme). Continuer la lecture de Des sciences sociales sous surveillance. Récit d’une enquête sociologique interrompue par un juge d’instruction