La sociologie n’est pas affaire de jugement mais de science. Lettre ouverte à Manuel Valls

Les deux associations professionnelles de sociologie, l’ASES (Association des sociologues enseignants du supérieur) et l’AFS, ont tenu à réagir aux propos de Manuel Valls, prononcés fin novembre dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, remettant une nouvelle fois en question notre discipline. D’autres réactions à ces propos ont vite été publicisées, notamment sur la liste de diffusion de l’ASES. Nous reproduisons ici la lettre ouverte que les représentants de l’AFS et de l’ASES ont fait paraître le 14 décembre 2015 dans les pages « Débats » du Monde (une dizaine de jours après l’envoi initial et l’acceptation de la rédaction du journal, pour cause d’encombrement semble-t-il), sous le titre remanié « La sociologie ce n’est pas la culture du l’excuse ». En complément, nous invitons à lire l’utile mise au point de Xavier Molénat : « la sociologie excuse-t-elle les terroristes ? » (AlterEcoPlus, 1er décembre 2015) et l’interview de Bernard Lahire : « Nos responsables politiques ont tendance à refuser toute explication » (Télérama, 6 décembre 2015).

Le Premier ministre, Monsieur Manuel Valls, ne devrait pas parler dans la précipitation : il confond deux verbes simples, « excuser » et « expliquer ». C’est en tout cas ce que laissent penser ses mots, répétés la semaine dernière au Sénat et dans les médias : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses ou des explications culturelles ou sociologiques à ce qui s’est passé [i.e. les attentats du 13 novembre] » (réponse à une question du sénateur Christian Favier, au Sénat, le jeudi 26 novembre).

Si chercher à expliquer tel ou tel phénomène permet généralement de le comprendre, le processus d’explication ne présage en rien de ce qui relève d’un autre enjeu : juger, et donc condamner ou excuser. Surtout, la recherche d’explications est indispensable à l’action, qu’elle soit politique, économique ou encore militaire. Et nous ne saurions croire que le premier ministre et son gouvernement engagent l’action de la République française, en cette période extrêmement grave, sous le coup des seules émotions.

Qu’aurait-on pensé si Manuel Valls avait dit : « J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des explications géologiques aux tremblements de terre » ou encore « j’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des explications médicales au cancer » ?

Mais aujourd’hui, c’est à nouveau la sociologie qui est attaquée, comme le sont de plus en plus souvent les sciences humaines et sociales, qui ont pourtant fait et font aussi la renommée intellectuelle de notre pays.

Les deux principales associations professionnelles françaises de la discipline, l’AFS (Association française de sociologie) et l’ASES (Association des sociologues enseignants du supérieur) demandent donc au Premier ministre de s’expliquer sur ses propos et de s’en excuser. Leurs responsables se tiennent à sa disposition pour lui décrire plus précisément en quoi consistent exactement notre discipline et nos recherches et la façon dont nous pouvons nous aussi contribuer, avec nos propres ressources, à lutter efficacement contre toutes les formes de terrorisme.

Frédéric Lebaron, président de l’AFS.
Fanny Jedlicki & Laurent Willemez, co-présidents de l’ASES.

Image en bandeau : Francetvinfo.fr/AFP.


Une réflexion au sujet de « La sociologie n’est pas affaire de jugement mais de science. Lettre ouverte à Manuel Valls »

  1. Valls ne fait que poursuivre une tradition des politiques contre la sociologie. Georges Pompidou s’était déjà distingué dans ce domaine, dans sons livre « Le noeud gordien ». Les médias leur facilitent la tâche lorsqu’ils font intervenir n’importe qui pour dire n’importe quoi en le présentant comme sociologue. Il faudrait encore ajouter certains de nos collègues qui malheureusement sont prêts à dire n’importe quoi pour pouvoir passer à la radio ou à la télévision, à faire croire, par exemple, que « le vivre ensemble » est un concept sociologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *