La sociologie étasunienne à l’heure du trumpisme. Entretien avec Michèle Lamont

C’est un fait pas du tout « alternatif » : Donald Trump est désormais président des États-Unis. Les premières décisions de son administration ont suscité d’immenses débats et ont été très médiatisées. Le « muslim ban » et les coupes budgétaires projetées dans tous les secteurs jugés incompatibles avec la politique de Trump ont marqué les esprits. Les sciences font partie des cibles privilégiées. L’inquiétude est grande au sein de la communauté scientifique étasunienne. À tel point que, partout aux États-Unis, des mobilisations commencent à s’amorcer autour de l’aide aux collègues interdits de séjour sur le territoire étasunien, la sauvegarde des données sensibles sur le changement climatique, les libertés académiques, etc. Point d’orgue de cette résistance inchoative, une Marche pour la science aura lieu le 22 avril prochain, jour de la Terre. Convergeront ainsi causes environnementalistes et scientifiques, sur le Mall de Washington et dans des dizaines de villes aux États-Unis et dans le monde. Fait notable, les associations scientifiques appellent également à la mobilisation. C’est le cas de l’American Sociological Association (ASA), qui a publié des prises de position importantes depuis l’élection de Trump le 8 novembre 2016 et s’est associée résolument au mouvement. Dans l’entretien qui suit, Michèle Lamont, professeure à l’université de Harvard et actuelle présidente de l’ASA, met en perspective la situation politique tendue aux États-Unis et explique la stratégie de l’association. C’est l’occasion de revenir sur les modes d’intervention publique des sociologues, notamment sur la portée de la « public sociology ». Certes inquiète sur certains aspects des politiques de la nouvelle administration, en particulier le financement des programmes fédéraux dédiés aux sciences humaines et sociales, Michèle Lamont souligne que cette déstabilisation politique peut aussi constituer une opportunité de faire entendre la voix de la sociologie : non pas de façon partisane, en basculant dans l’anti-Trump, mais en réaffirmant l’importance de ses résultats et des savoirs qu’elle engendre.
Ce billet-entretien est l’occasion d’afficher publiquement le soutien de l’Association Française de Sociologie à la Marche pour les sciences, qui aura lieu le 22 avril aux États-Unis donc, mais aussi dans une vingtaine de villes en France (on trouvera tous les textes de présentation et les détails de l’organisation sur le site de la Marche). Outre ce soutien officiel, nous encourageons les membres de l’AFS à y participer, avec les collègues d’autres disciplines, et tou.te.s les citoyen.ne.s attaché.e.s aux principes de sciences indépendantes, autonomes et universalistes.


Depuis l’élection de Donald Trump, l’American Sociological Association (ASA) que vous présidez a été particulièrement active dans les mobilisations contre ce que certains observateurs ont appelé la « guerre de Trump contre la science ». L’association a publié des prises de position et des communiqués[1], elle a signé des déclarations avec d’autres organisations scientifiques dès le 29 novembre 2016, de même elle soutient et participera à la March for Science qui se déroulera le 22 avril prochain à Washington et dans plus de 400 villes à travers le monde. Pourriez-vous expliquer le positionnement de l’ASA ?

Michèle Lamont (http://www.michelelamont.org/)

Le pari que nous avons fait, comme nous l’avons précisé dans la déclaration publique du 30 janvier 2017[2], est d’intervenir sans prendre de position expressément politique sur des questions qui concernent les conditions d’exercice de notre profession. Nous attirons par exemple l’attention sur le fait que les savoirs ne peuvent être produits et cultivés que dans un environnement où sont instituées la méritocratie, la liberté de parole et de mouvement. Nous ne prenons pas position dans les affrontements entre Républicains et Démocrates, nous ne sommes pas encartés. Mettre l’accent sur la nécessité d’une liberté de circulation justifie par exemple la dénonciation de l’interdiction de séjour des ressortissants de pays à majorité musulmane (muslim ban), parce qu’elle interfère sur nos conditions de travail. Nous appliquons un protocole qui avait été décidé en 2002 dans un document public de l’ASA, et qui stipule quelles sont les conditions sous lesquelles le conseil de l’ASA peut prendre des positions politiques compte tenu de son statut légal d’organisme à but non lucratif, lequel interdit les positions politiques). Cela intervenait dans un contexte où de nombreux membres de l’association souhaitaient que soient exprimées des prises de position sur des questions plus explicitement politiques, comme la situation en Israël, sur le Guatemala ou quelque autre sujet disputé de politique internationale. Mais d’autres membres tout aussi nombreux s’y opposaient La division était grande. Il fallait trouver un compromis sur les manières d’intervenir dans l’espace public. C’est désormais défini. Sur les questions qui nous occupent aujourd’hui, nous avons eu très peu de retours défavorables sur les déclarations de l’association. Un consensus total et immédiat a émergé, ce qui est intéressant parce qu’en général le consensus est plus laborieux à atteindre au sein de l’association. Cela n’a pas posé de réel problème. Ou alors, le seul point de discussion concernait la tonalité des communiqués : certains auraient préféré que l’ASA prenne des positions encore plus fortes et résolues. Que nous dénoncions Trump. Mais cela n’est pas possible, parce qu’en nous exposant ainsi nos interventions seraient perçues comme partisanes, retraduites automatiquement dans l’un des camps de la bataille des partis. Notre stratégie est autre : affirmer que des politiques spécifiques porteraient atteinte à nos conditions de travail revient à nous situer dans une sphère de juridiction légitime. On peut par exemple souligner l’illégitimité et les effets pernicieux de toute décision politique qui limiterait les chances de mobilité sociale, car elle contreviendrait aux principes de la méritocratie et de l’universalisme, structurants de notre pratique professionnelle.

Chez certains scientifiques, en physique, en sciences du climat ou ailleurs, la crainte est manifeste que la mobilisation contre les politiques de Trump, qui peut s’incarner dans la future Marche sur le Mall à Washington, soit perçue comme une forme discutable de « politisation ». Ce serait prendre le risque de faire basculer « la science » dans le camp démocrate et cela donnerait des arguments aux supporteurs de Trump, qui pourraient se sentir confortés dans leur anti-intellectualisme ou leur perception que « l’establishment scientifique » est forcément à gauche, « idéologique »[3]. Comment envisagez-vous ces problématiques à l’ASA ?

Notre positionnement est en phase avec celui prôné par les organisateurs de la Marche. Elle aussi se définit comme « apolitique ». Le but générique est d’affirmer l’importance des sciences dans la société. C’est ce que précise le document que nous avons signé, ainsi que de très nombreux organismes qui soutiennent l’initiative. Cela ne peut pas être une marche « politique », cela ne peut pas être anti-Trump. Il s’agit de mettre l’accent sur l’importance des sciences, sur les conditions qui en garantissent le bon fonctionnement, la bonne marche ; il s’agit également d’expliquer quelles sont les valeurs qui sous-tendent cette activité collective. C’est la même stratégie que j’évoquais tout à l’heure. Et c’est la raison pour laquelle, en tant que présidente de l’ASA, j’ai invité à marcher à Washington et partout où des marches sont organisées. Il se pourrait que je prenne la parole publiquement à cette occasion, mais l’organisation n’est pas encore confirmée. Quoi qu’il en soit, cela a l’air de prendre, et dans le monde entier, puisque des centaines de « marches-satellites » sont programmées. Pour l’instant, de ce que j’observe, les discussions et les esquisses de coordination ont surtout concerné des associations de chercheurs à Washington D.C., par exemple par l’intermédiaire du Consortium of Social Science Associations. De nombreuses associations ont publié des déclarations dans le même style que nous. J’ai lu par exemple celle de l’American Political Science Association, qui est un peu plus timide, un peu plus académique disons, tandis que la nôtre est plus pragmatique sur les questions qui concernent l’exercice de la profession.

Donc, la stratégie de l’ASA est de répondre à chaque politique spécifique qui mettrait en cause le travail. Mais aussi, ai-je lu dans les actualités publiées sur le site de l’association, de répondre à chaque déclaration que des résultats et des preuves sociologiques contrediraient.

Oui, exactement. Par exemple, nous sommes intervenus dans cette affaire au sujet de l’accès interdit des étudiant.e.s transgenres ou transsexuel.le.s aux toilettes qui sont les plus appropriées à leur identité genrée. Trump avait révoqué le 22 février dernier des directives inclusives pour ces personnes, lesquelles étaient pourtant essentielles pour garantir leur santé psychologique et leur réussite scolaire. Nous avons demandé à des collègues experts sur ces questions de discrimination à l’égard des personnes LGBTQ de préparer une lettre informée s’appuyant sur les travaux disponibles. Nous l’avons adressée au Président le 9 mars. Sans ambiguïté aucune, nous avertissons Trump et son cabinet que non seulement cette décision est infondée et contraire à ce qui est établi dans la littérature scientifique, mais qu’en plus cela met en péril l’existence des personnes discriminées pour des raisons de non-conformité de genre[4]. Nous réfléchissons sur d’autres problèmes, par exemple sur les catégories utilisées pour l’identification ethnique des latinos dans le recensement américain. Ce problème est aigu et il n’est pas aisé de trouver un consensus, comme c’est le cas avec les discriminations contre les personnes LGBTQ. Si l’on demande aux Hispaniques de s’identifier comme Noir ou Blanc, les réponses ne tarderont pas à être partagées. C’est un sujet très polarisant. Il n’est pas possible de se prononcer de façon définitive, car c’est une controverse qui n’est pas close.

Les scientifiques du climat sont très inquiets concernant d’éventuels effacements de leurs données et ont lancé des campagnes de sauvegarde des bases. Qu’en est-il des données sociologiques qui pourraient être sensibles ?

C’est un point crucial. Des marathons ont été organisés très vite autour de la sauvegarde des données sur le réchauffement climatique. L’administration Trump pourrait être tentée de les effacer de façon unilatérale, parce que cela contrarie ses politiques. Le problème s’est aussi posé avec le financement et la protection de données très spécifiques servant à l’analyse géospatiale, qui sont utilisées pour lutter contre la discrimination dans l’accès au logement. Nous appelons les collègues à nous alerter des développements dans leur domaine. Je me suis rendue récemment à Milwaukee, à une conférence de la Midwestern Sociological Association, mais aussi à Greenville, en Caroline du Sud, pour la Southern Sociological Association – qui sont des associations régionales qui comptent à peu près 1000 membres –, j’y ai encouragé les membres de ces associations à nous contacter dès qu’ils perçoivent la moindre menace aux intérêts des sociologues. C’est important de pouvoir compter sur l’aide des sociologues sur place, parce qu’il nous est vraiment difficile de suivre tout ce qui se passe au jour le jour. C’est une période intense et imprévisible.

Les libertés académiques vous paraissent-elles également menacées ?

Pas vraiment. Ou alors, disons que dans les États où les supporteurs de Trump et ses électeurs sont majoritaires, les intimidations (bullying) se multiplient, surtout vis-à-vis des professeurs plus jeunes ; dans les cours qui traitent les questions d’immigration, il semble que le nombre de micro-agressions ait augmenté. Les étudiants « nativists » (partisans de l’« Américanité » vantée par Trump durant sa campagne) n’ont plus d’hésitation à remettre en question leur enseignant. Je pense à une jeune collègue en particulier, qui est africaine-américaine. Elle me disait qu’après l’élection, la situation s’est dégradée en classe. Les étudiants sur la même ligne que Trump se sentent plus légitimes et n’hésitent plus à faire part de leurs objections, bien plus qu’il y a six mois. Cela change la donne. Mais à part ces problématiques liées à l’enseignement, il me semble que le monde universitaire est en général très anti-Trump. Je ne sais pas comment cela se passe dans les États où les supporteurs les plus virulents de Trump – étudiants et enseignants – pourraient exercer plus de pression dans le milieu universitaire. Il n’est pas impossible que cela se produise, mais je n’ai pas encore de confirmation ni d’exemples spécifiques qui indiqueraient que cette tendance s’est accrue (il y a toujours eu des évangéliques chrétiens qui critiquent la sociologie). On assiste certes à des heurts sur certains campus. Par exemple, Charles Murray a été violemment pris à parti par des étudiants gauchistes – pour le situer : Murray est un idéologue dont les livres de sciences sociales, à succès, traitent des questions d’inégalité raciale. Lorsque qu’il s’est rendu à Middlebury College, petit établissement libéral à quatre heures de voiture au Nord de Boston, Charles Murray a été hué par les étudiants, sans pouvoir donner sa conférence. L’atmosphère est donc tendue. De nombreux observateurs s’en inquiètent et y voient un déclin de la liberté d’expression, qui est une des valeurs de base du monde universitaire.

Les données, les libertés académiques… Quels sont les autres fronts sur lesquels vous travaillez ?

De manière plus significative, dans la dernière livraison de Footnotes de l’ASA, nous alertons sur les conséquences du projet de budget proposé il y a quelques semaines par Trump[5]. Il implique une diminution drastique des fonds pour les sociologues. 25 % de baisse pour la National Institute of Health, 10 % pour la National Science Foundation (NSF), abolition du National Endowment for the Humanities. C’est ce qui me préoccupe le plus, parce que nous avons besoin de ces ressources pour faire de la recherche et pour mieux comprendre nos sociétés. Les dangers sont réels, il faut être vigilant.

Dans l’allocation de ces fonds en baisse, des priorités seront-elles données par l’administration à certains types de recherche qui seraient compatibles avec les politiques de Trump ?

Les choses sont un peu plus compliquées. Contrairement à la France, l’évaluation par les pairs fonctionne vraiment à fond aux États-Unis. Une personne employée au cabinet du ministre qui décroche son téléphone pour demander à la direction de l’ANR de modifier les classements établis par les comités, cela ne peut pas se produire ici. En revanche, il pourrait être décidé de donner plus d’argent à l’économie qu’à la sociologie. Pour l’instant, les budgets sont alloués à la NSF de telle sorte que c’est l’agence qui décide par elle-même quels seront les budgets affectés au sein de la section « Social, Behavioral and Economic Sciences ». Mais il est possible que dans le futur les politiciens puissent décider de voter en faveur d’une allocation par section plutôt que pour la NSF dans sa globalité. C’est encore incertain.

Comment cela fonctionne ? L’administration nomme des gens pour faire ce travail ?  

Les administrateurs de la NSF y travaillent depuis longtemps pour certains. Par exemple, la personne qui était chargée des programmes de la sociologie vient tout juste de prendre sa retraite après quinze années de service[6]. Ils font carrière dans l’organisation, indépendamment des changements à la Maison Blanche. En France, c’est différent. Les hauts-fonctionnaires issus des grandes écoles sont recrutés au ministère de la Recherche ; ils ont eu position, me semble-t-il, beaucoup plus dictatoriale vis-à-vis de l’ANR. Il y a eu des scandales qu’on connaît. Il n’y a pas d’équivalent aux États-Unis, parce que la NSF dispose d’une grande autonomie et parce qu’il n’y a pas de ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au niveau fédéral. Il y a des commissions, mais elles n’ont pas vraiment de pouvoir. Par exemple, Trump a nommé le fils de Jerry Falwell[7], un des grands chrétiens évangéliques, à la tête de sa task force for higher education ; il est par ailleurs président de la Liberty University, université à but lucratif (for profit) qui n’a aucune espèce de crédibilité académique. Il y a des chances que ses recommandations aient très peu d’impact, car les universités sont indépendantes de l’État fédéral. Toutes les universités le sont, et les universités publiques sont dépendantes des finances de leur État. Donc c’est très difficile pour l’État fédéral de transformer quoi que ce soit dans le monde universitaire. C’est trop décentralisé, contrairement à la France. Le cas est différent avec les organismes fédéraux comme l’EPA, la Nasa ou la NOAA qui, eux, sont davantage exposés aux décisions de l’administration Trump…

Le congrès de l’ASA se tiendra du 12 au 15 août 2017 à Montréal. L’occasion de faire passer des messages ? D’afficher la contestation sur un thème d’ailleurs très politique (« Culture, Inequalities and Social Inclusion Across the Globe ») ?

Le thème de ce grand colloque (on attend 4 000 personnes) a été décidé par moi avant le résultat des élections. Sur l’organisation de certaines sessions plénières ou présidentielles, je dispose d’une certaine souplesse et de marge de manœuvre. Des sessions discuteront la situation actuelle. Les élections ont eu l’effet d’un choc électrique chez les universitaires. Ils sont nombreux à réorienter leur agenda de recherche. C’est difficile de ne pas y penser. Ce sera donc forcément à l’affiche, tout le monde est préoccupé.

Quand vous dites que c’est un choc électrique, cela veut dire que personne ne s’y attendait parmi les gens avec qui vous travaillez à Harvard ou ailleurs ?

Non, pas vraiment. Il y avait quelques sceptiques qui disaient que nous étions trop complaisants, mais en fait tout le monde a fait l’expérience de suivre la diffusion progressive des résultats des élections avec des amis avec au départ un certain optimisme, puis à 21h30 le silence et le découragement l’emportaient devant l’issue des élections. S’en est suivie une période de grande déprime pour de nombreuses personnes. On ne répondait plus aux emails, on ne parvenait plus à travailler.

Mais dans quelle mesure ce qui arrive aujourd’hui est nouveau ? Sous George W. Bush, la contestation a été par moments très importante…

Une grande différence réside dans le fait que Trump n’est pas un politique de profession. C’est un expert en marketing, il ne suit aucune des règles normales, il passe son temps à faire des choses auxquelles personne ne s’attendrait. Maintenant on commence à s’y habituer, mais de surprise en surprise, cela prend des proportions étonnantes.

Pour revenir à l’exercice de la sociologie « hors les murs », s’adressant aux publics. S’agit-il de développer le genre de « sociologie publique » que Michael Burawoy appelait de ses vœux dans une conférence mémorable à l’ASA en 2004 ? 

Dans le contexte de la sociologie américaine, quand Michael Burawoy était président, en 2004, il avait vraiment poussé l’idée que les sociologues devraient se muer en intellectuels organiques au service des forces progressistes de la société. Il distinguait cette figure des sociologues professionnels, qui pouvaient s’adonner à de la policy research ou recevaient des subventions des fondations. Néanmoins, la situation a beaucoup évolué depuis ces dernières années. Certaines fondations ont lancé des programmes qui bousculent ces divisions. Par exemple, la Robert Wood Johnson Foundation a financé l’année dernière le programme « Culture of Health ». Ils m’ont demandé de coordonner le numéro spécial de Social Science & Medicine, consacré aux facteurs de la solidarité sociale et qui est paru en septembre dernier. Je peux citer également la Gates Foundation, qui a lancé un grand programme de lutte contre la mobilité sociale descendante, aux questions de dignité et de communauté. On se trouve donc dans une situation où sont présentes et proactives des fondations qui affichent des ambitions progressistes. L’opposition un peu artificielle qu’a proposée Michael Burawoy – en fait, le reflet de ce qui se passait dans le département qu’il dirigeait à Berkeley à l’époque – ne vaut plus tellement dans les mêmes termes. Des sociologues continuent de se reconnaître dans les catégories qu’il a forgées, mais d’autres sociologues choisissent d’intervenir sur la scène publique en se prévalant de leur expertise, sans se dire nécessairement alliés de la classe ouvrière. Il y a une variété de manières d’intervenir, et l’on n’a pas besoin d’être trop inflexibles sur la meilleure façon de le faire.

Ce serait encore de la « sociologie publique », dans une version amendée ?

Chez Michael Burawoy, il y avait une ligne de partage nette : soit vous êtes un intellectuel qui intervient dans l’espace public, soit vous êtes un outil du système (pour caricaturer un peu). Or, il me semble que ce ne sont pas alternatives exclusives, ces postures peuvent parfaitement coexister – et en fait elles coexistent. Quoi qu’il en soit, cela va continuer de bouger dans les prochains temps. On l’observe en particulier au niveau des doctorants, qui s’interrogent sur ce qu’ils devraient faire pour se rendre utiles dans la situation que nous vivons. En fait, beaucoup de collègues finissent par trouver que la situation est revigorante. Ils trouvent une nouvelle énergie pour essayer d’y répondre. Tout n’est pas mauvais pour les sciences sociales. Comme les Républicains contrôlent tout Washington D.C., la sphère publique est devenue beaucoup plus importante, et c’est justement une opportunité pour les sociologues d’offrir des alternatives à ce que décide Trump. Et si l’on pense à la relation de la sociologie avec d’autres disciplines, telles l’économie ou les sciences cognitives, c’est aussi l’occasion de marquer la différence. Mettre l’accent sur ce qui se passe juste entre les deux oreilles, comme le font les sciences cognitives, ce n’est pas la façon la plus optimale de répondre dans la situation actuelle. Les contributions importantes de la sociologie, l’attention qu’elle porte aux forces structurelles (institutionnelles, culturelles, etc.) ou sur l’importance du niveau méso, sont précieuses pour comprendre ce qu’il se passe. Pour les sociologues culturels comme moi, c’est le moment propice pour définir nos interventions dans un mouvement de dé-stigmatisation. Les chercheurs des sciences sociales contribuent à la définition des catégories à travers lesquelles les citoyens définissent le monde. Faisons-le consciemment en étudiant les conditions culturelles et sociales de dé-stigmatisation (pour les pauvres, les musulmans, les LGBTQ, les ouvriers blancs, etc.). C’est la le programme que je proposerai dans ma « presidential lecture » en août.

Vous insistiez très récemment sur ces aspects dans une interview donnée au New York Times[8]. À rebours de la complainte qui consiste à envisager la discipline comme inéluctablement infériorisée par l’économie, il s’agit pour vous d’affirmer que la sociologie n’a pas à rougir : elle établit des faits et produit des résultats bien plus solides pour analyser la réalité sociale – que l’expertise économiciste ne peut épuiser.

Ce n’est pas comme si la science économique était un projet qui avait si bien réussi par exemple (rires) ! Je pense en effet qu’il faut affirmer très fort quelles peuvent être nos contributions. L’article du New York Times met beaucoup l’accent sur la stigmatisation, après d’ailleurs que j’en ai parlé au journaliste, à la suite du livre que je viens de publier avec des collègues sur la question[9]. Insister sur des questions sur lesquelles nous sommes les mieux équipés scientifiquement et qui ne peuvent pas être traitées par les autres disciplines, c’est ce sur quoi il faut travailler.

Propos recueillis par Arnaud Saint-Martin

 

Image en bandeau : The Reflecting Pool, National Mall Washington, 2012, par Ron Cogswell, sur commons.wikimedia.org.


[1] « Sociologists Reflect on the 2016 Presidential Election », Footnotes, 44 (8), décembre 2016 ; « ASA Continues to Respond to the Changing Climate for Sociologists in America », Footnotes, 44 (8), décembre 2016.
[2] Statement of the American Sociological Association Concerning the New Administration’s Recent and Future Activities, 30 janvier 2017.
[3] Voir les prises de position relayées sur le blog de John Dupuis : « The Trump War on Science: Is the March for Science too political or not political enough? », Confession of a Science Librairian, 13 février 2017.
[4] ASA writes letter to President Trump in protest of executive order on transgender access, 9 mars 2017.
[5] « President’s Proposed Budget Blueprint Significantly Threatens Research and Education Funding », Footnotes, 45 (1), janvier-mars 2017.
[6] Roberta Spalter-Roth, « Pat White, a Force for Sociology, Retires from the NSF », Footnotes, 45 (1), janvier-mars 2017.
[7] Matthew Rozsa, « Donald Trump taps Liberty University leader Jerry Falwell Jr. to lead higher education task force », Salon.com, 1er février 2017.
[8] Neil Irwin, « What if Sociologists Had as Much Influence as Economists? », The New York Times, 17 mars 2017.
[9] Michèle Lamont, Graziella Moraes Silva, Jessica S. Welburn, Joshua Guetzkow, Nissim Mizrachi, Hanna Herzog & Elisa Reis, Getting Respect: Responding to Stigma and Discrimination in the United States, Brazil and Israel, Princeton, Princeton University Press, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *