La sociologie, c’était mieux avant ? Pour en finir avec une vision passéiste et élitiste de la discipline

La sociologie connaît depuis près de trois ans des attaques récurrentes. Si elle a toujours été une « science qui dérange »[1], elle est en effet l’objet d’incriminations, parfois virulentes, contre certains présupposés qu’elle véhiculerait. Dans un contexte où les drames provoqués par le terrorisme participent à un climat de très forte crispation sociale et politique, des journalistes et des représentants politiques l’ont accusée de chercher des « excuses » aux auteurs de ces exactions : en souhaitant apporter des explications sur la genèse et les parcours de ces terroristes, les sociologues feraient preuve au mieux d’angélisme, au pire de complicité. De telles affirmations peuvent surprendre de la part de personnalités officiellement issues des rangs de la gauche. Elles proviennent toutefois d’individus qui occupent une position particulière dans l’univers progressiste : Philippe Val comme Manuel Valls se sont depuis longtemps distingués par des trajectoires, des décisions et des prises de positions qui n’ont cessé de contredire les valeurs et les formes d’appréciation du monde qui dominent dans leurs familles politiques.

9782707192165

On est en revanche beaucoup plus étonné quand les critiques proviennent de pôles journalistiques dont les prétentions intellectuelles et politiques s’affichent volontiers pétries de considérations sociales. Le 20 octobre 2016, dans son numéro 5, la revue Le Crieur publiait un article intitulé « La sociologie est-elle encore un sport de combat ? » sous la plume d’un historien du nom d’Alexandre Hagège. On aurait pu se réjouir qu’une publication non académique interpelle la profession sur son rôle dans la Cité : si la sociologie est traversée en permanence par des débats sur le rapport qu’elle est supposée entretenir à l’égard du politique – l’appel à une « sociologie publique » de Michael Burawoy en constitue probablement l’un des meilleurs exemples –, une telle interrogation ne pouvait a priori provoquer qu’une discussion bienvenue sur les attentes sociales et idéologiques du monde « profane » à l’égard des sciences sociales. En l’occurrence, l’article constitue bien une invitation en ce sens. Mais la thèse que défend l’auteur est très surprenante, pour ne pas dire hasardeuse : les attaques subies par la sociologie révéleraient le déclin de la discipline dans l’espace public et médiatique ; victime de son institutionnalisation, elle serait désormais incapable de produire de grandes figures intellectuelles, à même de « fournir de grands récits et des cadres globaux de compréhension de la société »[2]. Une telle vision ne reprend pas simplement un poncif passéiste sur le rôle des intellectuels ; en soutenant l’idée d’un supposé déclin de la sociologie, elle concourt également à faire de ce déclin une réalité.

Une vision de la discipline qui sent la naphtaline

Bien écrit, l’article s’appuie sur un faisceau de témoignages et de lectures plutôt fiables qui lui donnent tous les gages d’une thèse sérieuse. Prenant comme point de départ les récentes polémiques sur la discipline, l’article revient dans un premier temps sur les raisons  historiques qui ont conduit à la disparition de figures prestigieuses issues de la sociologie. Déclarations de collègues à l’appui, il rappelle quelques jalons importants de l’évolution de notre science : sa naissance institutionnelle provient d’un nombre restreint d’individus – deux générations successives, celle des Aron, Stoetzel, Gurvitch et Friedmann, puis des Bourdieu, Boudon, Touraine et Crozier – qui ont construit le champ disciplinaire à la manière de grands seigneurs, distribuant des moyens et des postes selon le degré d’allégeance de leurs vassaux. Pendant près de trente ans, ces « pionniers » créent leurs écoles, leurs réseaux et leurs places dans l’espace académique, mais aussi médiatique. À cette ère des « patrons » a succédé progressivement une période – la nôtre – dans laquelle désormais les clivages théoriques auraient progressivement disparu, emportant avec eux la spécificité, notamment critique, qui a longtemps auréolé les savoirs sociologiques. Prise dans un mouvement irrépressible de banalisation de ses méthodes – avec l’ascendant de l’enquête de terrain sur des considérations généralistes – et de ses catégories d’analyses – avec la « victoire » de Bourdieu sur les autres « chapelles » –, la sociologie aurait connu un processus singulier d’émiettement en une kyrielle d’auteurs anonymes. Résultat : « il est ainsi de plus en plus difficile de trouver des sociologues capables de vulgariser en s’adaptant aux contraintes des médias, à la fois compétents dans le détail et capables de tenir une réflexion plus vaste »[3]. Les sociologues se retrouveraient à présent incapables de rivaliser avec des disciplines « concurrentes », en premier lieu l’économie et la philosophie, laissant la place à des figures marquantes telles que Piketty, Onfray ou Finkielkraut. Ce recul médiatique s’inscrirait alors dans un mouvement de déclin plus large, dans lequel la french theory aurait cédé sa place de leader dans l’hégémonie intellectuelle mondiale au profit de penseurs américains ou allemands. L’auteur précise que la sociologie française a néanmoins quelques beaux restes, grâce à Boltanski ou Latour et quelques espoirs prometteurs – comme Lahire, Lemieux ou Chateauraynaud. Mais en dépit de leurs efforts respectifs à faire persévérer dans son être une entreprise intellectuelle un tant soit peu collective, le constat est sans appel : « le manque de noms et de profils saillants nuit à sa visibilité [et] la sociologie perd du terrain au profit d’autres secteurs plus dynamiques. »[4] Toutefois, tout n’est pas entièrement perdu, en particulier grâce à ces financements connus et adulés dans le milieu académique pour leur générosité et leur transparence : « l’évolution des structures de financement favorise de plus en plus la perspective d’un retour des grandes têtes d’affiche, notamment à travers les programmes de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) ou les financements de l’European Research Council Grants (ERC) qui peuvent allouer plusieurs millions d’euros de budget sur de longues périodes et autour d’un porteur de projets prestigieux. »[5] Car la thèse défendue par l’auteur est bien celle d’un retour d’une « division entre le travail de terrain et des tentatives de généralisation plus ambitieuses »[6] : il appelle en effet de ses vœux le « retour vers l’organisation des grands centre de sociologie du passé » qu’il souhaite néanmoins « sur un mode moins féodal »[7].

« Il va y avoir du sport [de combat]. Mais moi j’reste tranquille [merci la sociologie]. » Source : généré via http://www.keepcalm-o-matic.co.uk/

Un « sport de combat » qui s’est largement démocratisé

Il est important de contester une telle vision afin qu’elle n’évite de se consolider parmi des esprits progressistes dorénavant emportés dans les affres du déclinisme ambiant[8]. Rappelons tout d’abord deux choses sur la place des « patrons » d’autrefois. Premièrement, ces sociologues – tous des hommes, bien entendu – ont constitué leur empire intellectuel sur un fonctionnement très vertical. Si l’auteur prend soin de le rappeler, il ne semble pas prendre réellement la mesure d’une telle pratique : leur prestige s’est bâti le plus souvent sur l’accumulation de données et d’analyses produites par des centaines de petites mains rompues au travail de terrain. Le plus souvent étudiants, ces « collaborateurs » sont demeurés complètement invisibles. Pourtant leur contribution est essentielle dans l’échafaudage des œuvres de ces penseurs. L’ouvrage dirigé par Jean-Michel Chapoulie, Olivier Kourchid et Anne-Marie Sohn sur les sociologies des années 1960 en France réunit des contributions édifiantes à cet égard[9]. Il n’est pas question ici de faire le procès d’une organisation du travail qui allait de soi il y a un demi-siècle. Toujours est-il que la notoriété et l’autorité de ces intellectuels se sont constituées sur l’accumulation d’un énorme capital scientifique accaparé sur le dos d’une multitude de petits producteurs de la connaissance sociologique. Il peut paraître donc étrange pour une revue s’affichant comme de gauche d’appeler au retour d’un mode de travail fondé sur des formes d’exploitation souvent capitalistiques. Deuxièmement, l’auteur semble souffrir d’une vue de l’esprit en extrapolant la visibilité médiatique et politique des sociologues dans l’espace public : en dehors d’une presse marquée peu ou prou à gauche – Libération, Le Monde, Le Monde diplomatique – les sociologues n’ont jamais vraiment été adeptes de l’intervention dans le champ des médias. Pour ne prendre que le plus célèbre d’entre eux, Bourdieu est apparu assez tardivement dans l’univers télévisuel, pour aussitôt s’en éloigner. Il a à cette occasion très bien montré l’incapacité de ce monde à accueillir les « grandes théories sociales » dont l’auteur fait l’éloge. Ce faisant, Bourdieu a contribué pendant longtemps à tenir à bonne distance les sociologues – du moins ceux qui se reconnaissent dans la sociologie critique – des médias mainstream. Quant à l’influence que ces mandarins ont eue sur la politique, l’auteur a une vision encore une fois très personnelle de la question. Si Bourdieu a connu une certaine reconnaissance, son influence a probablement été moindre que d’autres collègues de sa génération : sa voix a porté essentiellement auprès d’organisations d’extrême-gauche – ou dans la « gauche de gauche », pour reprendre sa formule – tandis que celles d’Alain Touraine ou de Michel Crozier semblent avoir inspiré nombre de décideurs politiques. Et encore, hormis la séquence d’agitation qui suit le mouvement social de 1995, Bourdieu semble avoir peu d’échos parmi les mouvements sociaux, souvent partagés d’ailleurs à l’égard de certaines de ses analyses.

Pierre Bourdieu. Photographie de profil d'un compte Twitter mexicain dédié au sociologue, "@bourdieu" (voir http://sociologiac.net/)
Pierre Bourdieu. Photographie de profil d’un compte Twitter mexicain dédié au sociologue, « @bourdieu » (voir http://sociologiac.net/)

Cette appréciation tout à fait subjective de l’aura de grands sociologues sert alors de support pour dénoncer un soi-disant affadissement actuel de la discipline. La sociologie aurait abandonné les « grands récits » au profit d’enquêtes de terrain hyper ciblées. Cette hyperspécialisation l’aurait conduite à perdre de vue les dimensions politiques de la société, annihilant par conséquent sa portée critique. L’auteur évoque bien l’existence actuelle d’enquêtes porteuses de cette démarche. Mais les exemples qu’il mobilise semblent destiner davantage à des effets de rhétorique qu’à défendre la persistance d’une ontologie contestataire de la sociologie. Ignorant visiblement ce que sont et la sociologie critique et les recherches de terrain, il développe en effet une vision profondément biaisée – et souvent parisiano-centrée – de la production sociologique contemporaine. Une lecture un peu plus attentive des travaux récents et une oreille un peu plus prudente à l’égard de certains interlocuteurs lui auraient ainsi permis d’apprendre que la sociologie critique ne vise pas à produire des armes intellectuelles à destination des mouvements sociaux ou du grand public : elle sert avant tout à fournir une compréhension du monde social, notamment en dévoilant des lois et des mécanismes sociaux qui œuvrent de façon inconsciente à la reproduction de la société. Si la sociologie est critique, c’est avant tout parce qu’elle met à distance la manière dont les gens (se) disent et (se) perçoivent.  De même, la sociologie tire aujourd’hui en grande partie l’« anti-conformisme » des enquêtes menées par ses praticiens : la connaissance du terrain lui donne les arguments nécessaires pour déconstruire les murailles de préjugés et de mensonges érigés par les dominants – mais pas que – afin de perpétuer l’ordre établi. Contrairement à l’idée qu’il s’en fait, les sociologues sont alors loin de se « complaire dans la “slow science” et ses délais » : le travail de terrain est souvent une épreuve qui impose une somme considérable de contraintes qu’il serait d’autant plus confortable d’éviter. Mais s’ils se plient à un tel exercice, c’est parce qu’ils ont justement conscience que l’utilité sociale de la profession réside dans la quête d’une véracité des réalités sociales, qui nécessite du temps et de l’abnégation. Ainsi, c’est parce qu’ils ont mené des enquêtes de longue haleine que Christelle Avril ou Nicolas Jounin peuvent rendre compte en toute objectivité de la violence sociale et raciste qui se déroule dans le monde du travail[10]. C’est grâce au même dévouement pour l’enquête de terrain que les Pinçon-Charlot ont permis de mettre en lumière les ressorts de la domination à l’autre bout de l’échelle sociale. On pourrait multiplier à l’envi les exemples de ce type. Autrement dit, c’est justement parce qu’elle a rompu avec des schémas généralistes, souvent fondés sur des prénotions et aux contours approximatifs, que la sociologie n’a jamais été aussi critique et efficace à la fois. Affirmation d’ailleurs qu’il faudrait nuancer : l’ouvrage Commun de Pierre Dardot et Christian Laval[11], n’est rien d’autre qu’une montée en généralité, critique et politique, à partir de la somme de travaux empiriques. Or, cet ouvrage a rencontré un succès éditorial et politique incontestable.

*

*            *

Contrairement aux conclusions déclinistes défendues dans ce papier, la disparition de figures emblématiques témoigne moins en définitive de l’affaiblissement de la discipline qu’elle ne révèle une certaine vision élitiste de son évolution. À en croire des recherches récentes[12], la sociologie hexagonale ne se porte pas si mal au regard des moyens dont elle dispose, contribuant à une activité internationale particulièrement dynamique de cette science. Le double mouvement de professionnalisation et d’extension des missions académiques de la sociologie, bien décrit d’ailleurs dans l’article, est moins le signe de sa décadence que celui de la démocratisation de ses savoirs : elle n’est désormais n’est plus réservée à un groupe d’initiés destiné à éclairer le peuple de son génie, ou à produire en vase clos dans l’indifférence des réalités sociales. Les départements, les cursus, les enseignements se sont multipliés suivant la croissance continue du nombre d’étudiants, présentant une connaissance toujours plus grande des différentes dimensions du social. Les sociologues proposent peut-être moins de « grands récits » – termes d’ailleurs bien malheureux dans le contexte actuel- mais contribuent par leurs publications, leurs cours et leurs interventions dans de multiples espaces sociaux –dans les réunions politiques, associatives, syndicales, communales, scolaires, etc. mais aussi de plus en plus par les blogs ou les réseaux sociaux – à diffuser de manière beaucoup plus directe les savoirs produits par la sociologie, et ce par le simple fait de sa croissance numérique de ses membres et de ses spécialités dans la Cité. Son expansion au-delà des enceintes feutrées des séminaires du Quartier latin a conduit forcément à une certaine formalisation de ses modes de pensée et de ses pratiques. Mais la variété des publics auxquels les sociologues ont désormais affaire autorise moins les envolées stratosphériques déconnectées des problématiques et des préoccupations matérielles et symboliques des gens. Ce qu’elle a perdu en magie, elle l’a gagné en autorité intellectuelle. De fait, la sociologie a peut-être « moins en moins de têtes qui dépassent », mais elle possède désormais un corps robuste qui fournit quotidiennement des explications couvrant, de façon honnête et précise, d’innombrables pans du monde social. Et par la même, elle offre des outils uniques contre toutes les fausses évidences et les vraies dominations que l’ordre social ne cesse de vouloir nous imposer. Dans un contexte où les velléités conservatrices sont de plus en plus fortes, particulièrement sur les questions culturelles et sociales, il est en définitive malheureux qu’une revue critique et de gauche se joigne à la fois au concert d’une certaine décadence de la France et aux entreprises de discrédit d’une des rares professions à œuvrer pour une compréhension alternative du monde.

Maxime Quijoux, sociologue au CNRS,
membre du laboratoire PRINTEMPS et du CE de l’AFS

Image en bandeau : disques qui ne cessent pas de tourner. Source : disquaires.canalblog.com.


[1] Pierre Bourdieu, « Une science qui dérange », in Question de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p. 19-36.
[2] Alexandre Hagège, « La sociologie est-elle encore un sport de combat ? », Le Crieur, n° 5, 2016, p. 147.
[3] Ibid., p. 154.
[4] Ibid., p. 158.
[5] Idem.
[6] Idem.
[7] Ibid., p. 158 et 159.
[8] Dont le milieu de la sociologie n’est pas exempt. Au début des années 2000, Bernard Lahire faisait déjà un constat similaire dans son ouvrage À quoi sert la sociologie ? (Paris, La découverte, 2002). Plus récemment, l’ouvrage dirigé Catherine Paradeise, Dominique Lorrain et Didier Demazière sur l’état de la sociologie en France partageait une vision similaire de la discipline, qui a visiblement fortement inspiré cet article d’ailleurs. Voir Catherine Paradeise, Dominique Lorrain et Didier Demazière (dir.), Les sociologies françaises. Héritages et perspectives, 1960-2010, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.
[9] Jean-Michel Chapoulie, Anne-Marie Sohn et Olivier Kourchid (dir.), Sociologues et sociologies dans la France des années 1960, Paris, L’Harmattan, 2005.
[10] Christelle Avril, Les Aides à domicile : un autre monde populaire, Paris, La Dispute, 2014 ; Nicolas Jounin, Chantier interdit au public, Paris, La Découverte, 2008.
[11] Pierre Dardot et Christian Laval, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014.
[12] Catherine Paradeise, Dominique Lorrain et Didier Demazière (dir.), Les sociologies françaises, op. cit. ; Johan Heilbron, French sociology, Ithaca, Cornell University Press, 2015. Alors qu’ils partagent une vision décliniste de la discipline, les auteurs de sociologies françaises dressent néanmoins un portrait très « vivant » de la sociologie actuelle (Paradeise et al.op. cit.).

 


3 réflexions au sujet de « La sociologie, c’était mieux avant ? Pour en finir avec une vision passéiste et élitiste de la discipline »

  1. Salut ici c’est Loic Vasseur, ENS Cachan, Agrégé de Sciences sociales,, et surtout DJ FOU ! Alors, je me suis délicieusement marré en voyant sur ta couverture la VRAIE Platine de Remix des Années 1980 : La TEchnics et sa pointe Shure ! TOUT est dit, excellent 😉 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *